BFMTV
Dossier

François Fillon

Elu de la Sarthe, député de Paris et plusieurs fois ministre, François Fillon a surtout été le chef du gouvernement sous la présidence de Nicolas Sarkozy pendant 5 ans, avant de soutenir sa candidature à la présidentielle de 2012. Il échoue ensuite à prendre la tête de l'UMP lors de l'élection interne de 2012 face à Jean-François Copé. Un scrutin qui laissera la droite longtemps divisée. A l'occasion de la primaire de la droite, il s'est imposé à la faveur d'une fin de campagne canon. Outsider, mais loin des favoris Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, François Fillon s'est finalement imposé très clairement, lors d'un second tour face au maire de Bordeaux. Lancé dans la course très tôt, il affirme être un "candidat qui veut proposer un projet de rupture et de progrès". Son programme économique, libéral, préconise une maitrise stricte des dépenses publiques, veut atteindre 110 milliards d'économies en cinq ans, la suppression des 35 heures et de l'ISF ainsi que celle de la retraite à 65 ans. Sur les sujets sociétaux comme l'éducation, il propose notamment de "réécrire les programmes d'histoire avec l'idée de les concevoir comme un récit national" et souhaite "imposer" aux musulmans de France "les règles communes qu'ont acceptées les chrétiens et les juifs". Pas question cependant de durcir les règles de la laïcité.

Ce lundi soir, le candidat de la droite et du centre réunissait son comité de campagne. A l'issue de cette réunion, Thierry Solère, son porte-parole, affirmait que la droite était en ordre de marche derrière François Fillon.

François Fillon: "J'ai peut-être mis un peu plus de temps qu'il n'aurait fallu à entendre les évolutions de la société"

François Fillon: "J'ai peut-être mis un peu plus de temps qu'il n'aurait fallu à entendre les évolutions de la société"

Lors d'une conférence de presse, François Fillon s'est exprimé sur la polémique sur l'emploi présumé fictif de son épouse comme assistante parlementaire. Il a admis que cela avait pu choquer l'opinion. "J'ai peut-être mis un peu plus de temps qu'il n'aurait fallu à entendre les évolutions de la société sur les sujets dont nous parlons" a déclaré le candidat de la droite et du centre à la présidentielle.

François Fillon sur l'emploi de son épouse : "C'était une erreur"

François Fillon sur l'emploi de son épouse : "C'était une erreur"

"C’était une erreur. Je le regrette profondément" a déclaré François Fillon lors d'une conférence de presse pour répondre à la polémique au sujet de la polémique sur les emplois présumés fictifs de son épouse et de ses enfants. "En travaillant avec ma femme et mes enfants, j'ai privilégié une collaboration de confiance qui aujourd’hui suscite la défiance" a précisé le candidat de la droite et du centre à la présidentielle.

François Fillon : "Oui, j'ai employé mon épouse comme collaboratrice"

François Fillon : "Oui, j'ai employé mon épouse comme collaboratrice"

Lors d'une conférence de presse, François Fillon s'est expliqué face à la polémique sur les présumés emplois fictifs de son épouse et de ses enfants. "Oui, j'ai employé mon épouse comme collaboratrice" a déclaré le candidat de la droite et du centre. Il a précisé que Penelope Fillon avait touché un revenu moyen mensuel de 3.677 euros net, un "salaire parfaitement justifié pour une personne diplômée de droit et de lettres".

"Ne baissez pas les yeux!", l'appel de François Fillon à ses soutiens

"Ne baissez pas les yeux!", l'appel de François Fillon à ses soutiens

François Fillon, dans une vidéo diffusée sur Facebook, a de nouveau appelé ses soutiens à résister. "Nous portons le seul projet capable de redresser enfin notre pays. Entre les utopistes et les extrémistes, il n’y a que nous", a d'abord lancé l'ancien Premier ministre, ajoutant qu'il allait "se battre de toutes ses forces". "En voulant m'atteindre, ils veulent vous contraindre à baisser les yeux […] Je vous le demande: ne baissez pas les yeux, ne baissez pas la tête", a-t-il ainsi déclaré.

Penelope Gate: "Il n'y a pas de plan B, nous sommes mobilisés derrière François Fillon", Caroline Cayeux

Penelope Gate: "Il n'y a pas de plan B, nous sommes mobilisés derrière François Fillon", Caroline Cayeux

Caroline Cayeux, sénateur-maire LR de Beauvais (Oise), a répondu aux questions d'Olivier Truchot, depuis le meeting de François Fillon à Charleville-Mézières (Ardennes). Elle a réagi à l'affaire des emplois présumés fictifs attribués à la femme du candidat de la droite et du centre. Pour elle, François Fillon a la capacité et la volonté de défendre son projet, "le seul qui peut redresser la France". Face à l'hypothèse d'un candidat alternatif à la présidentielle, Caroline Cayeux assure que "Il n'y a pas de plan B, nous sommes mobilisés derrière François Fillon". - BFM Story, du jeudi 2 février 2017, présenté par Olivier Truchot, sur BFMTV.

François Fillon face aux affaires

François Fillon face aux affaires

Chaque jour apporte désormais son lot de révélations au sujet de François Fillon. Après Le Canard Enchaîné, Mediapart et Le Monde signent ce soir de nouveaux éléments à charge contre le candidat de la droite. Il est accusé d'opacité au sein de sa discrète société 2F Conseil. Une activité lancée en juin 2012, juste à temps légalement pour démarrer un travail de consultant, avant d'être élu député de Paris 13 jours plus tard. Une activité bien déclarée publiquement en 2014 et qui lui a rapporté plus de 750 000 euros entre juin 2012 et décembre 2015 selon Le Monde. Mais c'est la clientèle à laquelle François Fillon distille ses services qui fait polémique. Si Mediapart fournit le nom d'un groupe, Ricol Lasteyrie, le flou persiste sur les autres clients, alimentant des soupçons de conflits d'intérêt. François Fillon fait notamment face à des suspicions de dispense de ses conseils à une clientèle russe. - Un document "Grand Angle BFMTV" du mercredi 1er février 2017.

François Fillon dans la tourmente

François Fillon dans la tourmente

La pression grandit sur le candidat de la droite qui, lui, refuse d'imaginer un retrait. Une semaine après les révélations du Canard Enchaîné sur les emplois fictifs présumés de l'épouse de François Fillon, l'affaire s'emballe et certains députés commencent à le lâcher. Le député LR Georges Fenech a évoqué ce mercredi la situation "très compromise" de François Fillon. "Nous ne pouvons pas continuer avec un candidat en extrême difficulté", estime-t-il. Le clan Fillon, lui, est bien décidé à maintenir son candidat. Ce matin, l'ancien chef du gouvernement a exhorté les parlementaires Les Républicains de rester "solidaires" le temps que se termine l'enquête. Mais malgré les soutiens affichés à François Fillon, c'est désormais une droite affaiblie qui fait campagne pour la présidentielle. Seule une réponse judiciaire rapide, qui écarterait la mise en examen, pourrait peut-être ramener l'unité autour du candidat de la droite. - Un document "Grand Angle BFMTV" du mercredi 1er février 2017.

Fillon: "Je serai candidat à cette élection présidentielle"

Fillon: "Je serai candidat à cette élection présidentielle"

François Fillon, en visite au Salon des Entrepreneurs ce mercredi à Paris, a affirmé qu'il irait "jusqu'au bout" des attaques qui se dressent dans sa campagne présidentielle. "Quand on choisit d'être candidat à l'élection présidentielle, on ne vient pas se plaindre de la violence des attaques, on les accepte (…) Je vais les affronter jusqu'au bout, je serai candidat à cette élection présidentielle", a déclaré le candidat.

Les Fillon dans la tourmente

Les Fillon dans la tourmente

Au lendemain de son meeting à La Villette, François Fillon était entendu par le parquet national financier avec son épouse à Versailles. Ils ont été auditionnés séparément à titre de témoins pendant près de 5h par les enquêteurs de l'office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales. Les policiers voulaient savoir plus sur l'emploi de Penelope Fillon en tant qu'assistante parlementaire de son mari et de son supplément de travail. - Un document "Grand Angle BFMTV" du lundi 30 janvier 2017.

Meeting de François Fillon au Zénith: Le couple ovationné à leur arrivée (3/3)

Meeting de François Fillon au Zénith: Le couple ovationné à leur arrivée (3/3)

En plein "Penelopegate", François Fillon et son épouse, soupçonnée d'emplois fictifs, ont été acclamés, dimanche, à leur entrée dans la salle de La Villette. Le candidat de la droite à la présidentielle y tient un grand meeting. Sous les cris de "Penelope, Penelope", Penelope Fillon s'est vu offrir un bouquet de fleurs. Après avoir salué les principaux ténors du parti Les Républicains, le couple Fillon s'est ensuite installé au premier rang, visiblement ému et les yeux embués. Environ 13.000 personnes avaient fait le déplacement, selon les organisateurs. - On en parle avec: Thierry Arnaud, chef de notre service politique. Ainsi que nos éditorialistes Camille Langlade, Christophe Barbier, Ruth Elkrief et Éric Brunet. - Édition spéciale du dimanche 29 janvier 2017 autour du meeting de François Fillon, présentée par Igor Sahiri et Céline Pitelet, sur BFMTV.

L’édito de Christophe Barbier: Présidentielle 2017: François Fillon a-t-il réussi son meeting ?

L’édito de Christophe Barbier: Présidentielle 2017: François Fillon a-t-il réussi son meeting ?

Hier, François Fillon a organisé un grand meeting à La Villette à Paris. Son épouse Penelope Fillon était aussi présente, alors qu'elle est au cœur d'une polémique sur des soupçons d'emploi fictif. Durant son discours, le candidat Les Républicains à la présidentielle a défendu sa femme et a tenté de remobiliser les militants déconcertés par ces accusations. A-t-il été convaincant ? - L’édito de Christophe Barbier, du lundi 30 janvier 2017, sur BFMTV.

Penelope Gate:“On est aujourd’hui tous derrière François Fillon”, Daniel Fasquelle

Penelope Gate:“On est aujourd’hui tous derrière François Fillon”, Daniel Fasquelle

Daniel Fasquelle, député LR du Pas-de-Calais, a réagi au discours de François Fillon. Le candidat LR à la présidentielle s'est exprimé ce dimanche en meeting à la Porte de la Villette, à Paris. Il a rendu un hommage à sa femme, aujourd'hui au coeur d'un scandale d'emplois fictifs et a aussi appelé à ce qu'on la laisse "en dehors de ce débat politique". “On est, aujourd’hui, tous derrière notre candidat qui est François Fillon. Il n’y a pas d’autres”, a précisé le trésorier Les Républicains sur BFMTV.