BFMTV

François Fillon appelle à voter pour Emmanuel Macron

Après Benoît Hamon, François Fillon a appelé à voter pour le candidat d'En Marche! au second tour de l'élection présidentielle.

Après Benoît Hamon, François Fillon a appelé à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, afin de battre Marine Le Pen. Le candidat Les Républicains, donné à la troisième place, tout juste devant Jean-Luc Mélenchon d'après les premières estimations, a tiré le bilan de ce résultat. Il s'est exprimé depuis son QG de campagne, les yeux brillants, pendant quelques minutes.

Malgré tous mes efforts, ma détermination, je n’ai pas réussi à vs convaincre. Les obstacles mis sur ma route étaient trop nombreux. Le moment venu, la vérité de cette élection sera écrite", a-t-il déclaré. 

La "violence" et "l'intolérance" du FN

Le candidat a évoqué les législatives de juin, pour appeler ses électeurs à ne pas "se disperser", à rester "unis, déterminés" et à faire entre la voix de la droite et du centre lors de ces élections. 

"En attendant il ns faut choisir ce qu’il y a de meilleur pour notre pays, je ne le fais pas de gaîté de cœur. Le FN a une histoire qui est connu pour sa violence et pour son intolérance. Je vous l’assure, l’extrémisme ne peut qu’apporter malheur et division à la France", a lancé François Fillon, dont un certain nombre d'électeurs pourraient être tentés par un vote en faveur de Marine Le Pen.

"Dès lors, il n'y a pas d’autre choix que de voter contre l’extrême droite, je voterai donc en faveur d’Emmanuel Macron", a expliqué le candidat vainqueur de la primaire à droite. 

Les ténors LR appellent à voter Macron

Après l'annonce des premières estimations, qui créditent Emmanuel Macron de 24% et Marine Le Pen de 21,8% des voix au premier tour, plusieurs ténors LR ont appelé à voter pour le candidat d'En Marche!. Parmi eux, Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé, Christian Estrosi, Valérie Pécresse ou encore Xavier Bertrand. Laurent Wauquiez et Bruno Retailleau ont quant à eux appelé à "faire barrage" au Front national. 

dossier :

Benoît Hamon

Charlie Vandekerkhove