BFMTV

Société

Jeudi 6 mai, le lycée Malraux, situé à Montataire, dans l'Oise, a été la cible de tirs de mortiers d'artifice. Une conseillère d'éducation aurait été ciblée par les tirs, mais s'en est sorti indemne. Pour Arnaud Pericard, maire "divers droite" de Saint-Germain-en-Laye, il n'y a pas "une ville de France qui n'a pas connu de tirs de mortiers". 

Story 3 : Le profil du tireur d'Avignon se précise - 07/05

Story 3 : Le profil du tireur d'Avignon se précise - 07/05

La traque du tueur d'Avignon qui continue encore ce vendredi. Visiblement, ce n'était pas le dealer. Il est toujours recherché ainsi que son complice. Difficile de reconstituer son parcours. Il n'y avait pas de caméra sur le lieu du drame. On en parle avec Angy Louatah, envoyé spécial de BFMTV à Avignon (Vaucluse). Matthieu Valet, secrétaire général adjoint du Syndicat Indépendant des Commissaires de Police. Mélanie Bertrand, journaliste police-justice BFMTV. Et Guillaume Farde, consultant sécurité BFMTV.

Story 1 : Un lycée pris pour cible par des tirs de mortiers dans l'Oise - 07/05

Story 1 : Un lycée pris pour cible par des tirs de mortiers dans l'Oise - 07/05

Le lycée André-Malraux de Montataire a été visé par des tirs de mortiers, ciblant notamment le proviseur adjoint et le CPE. Un fait qualifié d'"attaque scandaleuse" par le ministre de l'Éducation nationale. Une enquête a été ouverte par le parquet de Senlis, et un mineur de 15 ans a été placé en garde à vue. On en parle avec Matthias Tesson,envoyé spécial de BFMTV devant le lycée André Malraux, Montataire (Oise). Jean-Rémi Girard, président du SNALC (Syndicat national des lycées, collèges, écoles et du supérieur) et professeur de lettres en lycée à Asnières-sur-Seine. Et Alexandra Gonzalez, journaliste police-justice BFMTV.

Les images de tirs de mortiers lancés devant un lycée dans l'Oise

Les images de tirs de mortiers lancés devant un lycée dans l'Oise

Des tirs de mortiers ont été lancés ce jeudi en milieu de journée devant le lycée André-Malraux, à Montataire dans l'Oise. Les examens du bac blanc allaient démarrer. Ces tirs visaient notamment deux professeurs, un CPE et le directeur adjoint de l'établissement. "Ça fait plusieurs années qu'on subit une violence qui s'accélère", témoigne un professeur au micro de BFMTV, qui réclame plus de moyens humains pour sécuriser le lycée.