BFMTV

Dossiers

Digital, entrepreneuriat, finances, artisanat, les formations sont indispensables pour diversifier vos compétences, faire évoluer votre carrière, mettre à jour vos connaissances ou simplement commencer une nouvelle activité professionnelle. Dans ce dossier, retrouvez tous nos articles dédiés aux formations, aux outils et aux organismes pour vous accompagner dans votre projet professionnel.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le 20 décembre 2022.

Volodymyr Zelensky

Né le 25 janvier 1978 à Kryvyï Rig, une ville industrielle ukrainienne au cœur d'une région majoritairement russophone, Volodymyr Zelensky a succédé à Petro Porochenko et est devenu président de l'Ukraine le 20 mai 2019. Avant de se lancer en politique, il s'était forgé une belle carrière dans la comédie - en Ukraine, comme en Russie d'ailleurs. À partir de 2015, il interprète dans Le Serviteur du peuple, une série à succès, un professeur d'histoire honnête mais naïf qui devient par hasard président de l'Ukraine. La fiction rattrape donc la réalité avec son élection en 2019 par des Ukrainiens fatigués de leur classe politique corrompue et de leur président milliardaire, Petro Porochenko. Si Volodymyr Zelesnky n'a pas su répondre aux attentes de ses électeurs au début de son mandat, la guerre a tout changé. Quelques semaines avant l'invasion russe du 24 février 2022, sa présidence semblait en perte de vitesse, l'ancien comédien peinant à tenir ses promesses électorales dans un pays rongé par la pauvreté et la corruption. Facile alors pour ses rivaux de dire que le costume présidentiel est trop grand pour un amuseur public. Et aux Occidentaux de se désoler que le nouveau dirigeant ukrainien se montre incapable de réformer le pays. Quand, à l'aube du 24 février 2022, Vladimir Poutine lance l'invasion de l'Ukraine, Moscou est convaincu que l'offensive sera courte, que le faible pouvoir ukrainien s'écroulera. Kiev, Kharkiv, Lviv, Dnipro, Odessa: toutes les grandes villes ukrainiennes sont frappées, l'armée russe se dirige vers la capitale ukrainienne. Volodymyr Zelensky marque les esprits, apparaissant dans une vidéo filmée devant les bâtiments de l'administration présidentielle, en plein centre de Kiev, flanqué de ses conseillers. Depuis, Volodymyr Zelensky et son armée ont infligé des humiliations surprises à Vladimir Poutine: en avril 2022, le Kremlin renonce à Kiev, en septembre il perd la région de Kharkiv puis en novembre Kherson, capitale de la région éponyme. Faisant de lui son homme de l'année, le quotidien britannique Financial Times n'hésite pas à le comparer à Winston Churchill, chef de guerre britannique face aux nazis. Lui-même présente régulièrement son pays comme un rempart face à l'impérialisme russe, en défenseur des valeurs démocratiques, comme en juin, lorsqu'il dit devant les députés tchèques que Moscou vise "un vaste territoire de Varsovie à Sofia, de Prague à Tallinn".

Des passagers attendent leur train à la gare de Lyon, à Paris, le 2 décembre 2022, durant un mouvement de grève des contrôleurs de la SNCF.

Grèves dans les transports

Les fêtes de fin d'année 2022 sont-elles menacées par des grèves dans les transports? La situation se complique pour les week-ends de Noël et du Nouvel An à la SNCF où les syndicats CGT-Cheminots et Sud-Rail laissent désormais à chaque chef de bord - le nom officiel des contrôleurs - le soin de se joindre ou non au mouvement lancé par un collectif. Un premier week-end de grève, du 2 au 5 décembre 2022, avait conduit la SNCF à annuler 60% de ses TGV et Intercités. Un scénario catastrophe qu'elle souhaite éviter pour les week-ends de Noël et du Nouvel An. Depuis novembre, celle-ci peine à nouer le dialogue avec le collectif de contrôleurs à l'origine du mouvement social, et que les syndicats tentent d'encadrer tant bien que mal. Le collectif national ASCT (CNA) rassemble sur Facebook plus de 3500 membres et rejette toute accointance avec les syndicats, même s'il a dû s'appuyer sur les organisations syndicales pour porter ses revendications et déposer des préavis de grève. Le collectif de contrôleurs, qui réclame une meilleure reconnaissance de la spécificité de ce métier, a été reçu avec les syndicats le 8 décembre 2022. À l'issue de celle-ci, la direction a proposé d'augmenter la "prime de travail" des chefs de bord de 600 euros par an, dont une partie serait intégrée à leur salaire en 2024, ainsi qu'une indemnité supplémentaire de 600 euros bruts par an. D'autres mesures spécifiques concernant l'avancement ont été mises sur la table afin de faciliter le déroulement de carrière des chefs de bord. Le climat social reste fragile à la SNCF puisque les propositions de hausse de salaire pour 2023 formulées par la direction le 7 décembre lors des négociations annuelles obligatoires (NAO), n'ont été signées que par un syndicat - la CFDT - sur quatre. La direction a proposé une série de mesures aboutissant selon elle à une revalorisation salariale de 5,9% en moyenne, dont 2% d'augmentation générale pour tous. Des mesures jugées insuffisantes par la CGT, l'Unsa et SUD-Rail. Du côté du transport aérien, Air France a affirmé ne pas envisager "d'annulations à ce stade", malgré un préavis de grève des syndicats Unac et Sngaf du personnel navigant commercial pour la période du 22 décembre 2022 au 2 janvier 2023. Des conflits sociaux ont par ailleurs été désamorcés chez Air Antilles, Air Guyane, Corsair et Easyjet. Le mouvement social devrait s'élargir à la rentrée, l'ensemble des syndicats de la RATP ayant appelé mercredi à "poursuivre et durcir le mouvement de grève dès janvier 2023", autour de la question salariale mais aussi des retraites.

Norman Thavaud, le 22 novembre 2019

Norman Thavaud

Pionnier de YouTube, Norman Thavaud a été accusé par plusieurs femmes de violences sexuelles. Une enquête a été ouverte en janvier 2022 après la plainte d'une jeune Québécoise, Maggie Desmarais. Cinq autres femmes l'accusent de viol. Le 5 décembre 2022, "Norman fait des vidéos" a été placé en garde à vue pour viol et corruption de mineur, avant d'être relâché sans aucune poursuite à ce stade. Une décision qui n'a pas mis fin aux investigations. Après son placement en garde à vue, YouTube a décidé de démonétiser sa chaîne, privant la star d'internet d'une partie de ses revenus publicitaires.

Des pompiers dans un immeuble du quartier du Mas-Du-Taureau où un incendie a fait de nombreuses victimes, dont des enfants, à Vaulx-en-Velin, le 16 décembre 2022

Incendie mortel à Vaulx-en-Velin

Un incendie "effroyable" a ravagé un immeuble de Vaulx-en-Velin, dans la nuit du jeudi 15 au vendredi 16 décembre 2022, provoquant choc et colère dans cette commune populaire du nord-est de Lyon. Dix personnes sont mortes, dont cinq enfants, et 19 autres ont été blessés, selon un dernier bilan. Le feu s'est déclaré peu après 3h00 dans l'immeuble de sept étages et a mobilisé près de 170 pompiers et 65 engins, selon la préfecture. "Sans la rapidité des sapeurs-pompiers et leur héroïsme, il y aurait eu un bilan encore plus dramatique", a souligné le ministre de l'Intérieur Gerald Darmanin, venu sur place avec le ministre du Logement, Olivier Klein. Les secours "ont pu sauver 15 personnes en prenant des risques considérables pour leur propre vie, en escaladant l'immeuble de l'extérieur car on ne pouvait pas entrer de l'intérieur et en sauvant jusqu'au 7e étage des enfants, des bébés", a-t-il détaillé. Des résidents prisonniers des flammes se sont précipités dans le vide. Les flammes se sont propagées du rez-de-chaussée vers les étages, selon les pompiers. Des résidents prisonniers des flammes se sont précipités dans le vide, une mère de famille ayant même jeté son fils de dix ans du haut de son balcon pour le sauver. Sur place vendredi 16 décembre 2022, Gérald Darmanin a rappelé que l'origine de l'incendie était encore inconnue, en soulignant qu'il y avait "beaucoup d'hypothèses et de témoignages". "Les familles ont évoqué évidemment les points de deal", notamment un point à la fois de deal et de squat qui se trouvait à l'adresse de l'immeuble, a-t-il dit, tout en rappelant qu'il était "beaucoup trop tôt pour en tirer des conclusions". La maire socialiste de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy, "signale très souvent les immeubles de sa commune, et notamment du quartier du Mas du Taureau qui présentent des risques en terme de sécurité", a pour sa part rappelé le député LR Alexandre Vincendet dans un communiqué. La Métropole de Lyon a confirmé dans un communiqué que l'immeuble faisait partie d'un ensemble de copropriétés "dégradées" pour lesquelles un plan de sauvegarde avait été voté en janvier. Selon le ministre du Logement, le bâtiment est "une copropriété dans laquelle des travaux d'urgence avaient été réalisés en 2019" et "on ne peut pas incriminer à ce stade l'état de l'immeuble". Les autorités ont évacué les sinistrés dans une salle municipale et commencé à chercher des solutions de relogement. Le processus d'identification des victimes était toujours en cours en milieu de journée. Deux cellules d'écoute ont été déployées dans deux établissements scolaires voisins, selon un communiqué du rectorat.

Le black friday a démarré. Découvrez nos sélections des tops offres de bons plans chez Cdiscount, Amazon, Samsung...

Black Friday 2022

Le Black Friday 2022, en direct ! De nombreux sites de vente en ligne proposent des promotions sur tous types de produits : Audio, Maison, TV, Smartphone... Il y en aura pour tous les goûts chez Amazon, Cdiscount, Dyson ou Samsung pour ne pas les citer ! Pour les internautes, c’est l’occasion de réaliser des économies substantielles sur l’achat d’un smartphone, d’une TV, mais aussi en s’offrant des vêtements, des produits de beauté ou des accessoires pour la maison. L’opération commerciale se terminera le lundi 28 novembre, à l’occasion du Cyber Monday 2022.

Des gendarmes enquêtent à Bullecourt, dans le Pas-de-Calais, le 22 novembre 2022, après le meurtre d'un agent du fisc

Meurtre d'un agent des impôts dans le Pas-de-Calais

Un agent du fisc de 43 ans a été tué le 21 novembre 2022 après avoir été séquestré avec une collègue dans le cadre d'un contrôle fiscal chez un brocanteur de Bullecourt (Pas-de-Calais), qui s'est ensuite donné la mort. La victime, inspecteur principal des finances publiques, a été retrouvée morte "probablement à la suite de coups de couteau", a affirmé le parquet d'Arras dans un communiqué. L'inspectrice "qui l'accompagnait, très choquée, a été prise en charge par les secours. Ses jours ne sont pas en danger", a-t-il ajouté. Tous deux "procédaient à une intervention à domicile pour effectuer une vérification de la comptabilité" de l'entreprise d'un homme de 46 ans, qui les auraient alors séquestrés et ligotés, est-il précisé dans le communiqué. "Le mis en cause se serait donné la mort par arme à feu", selon le parquet. "Cet homme faisait simplement son travail (...) Aujourd'hui, il n'est pas revenu. Il a été tué dans le cadre de ce contrôle fiscal", a affirmé le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal, qui s'est exprimé le soir-même devant le Sénat. La victime était chef de brigade de vérification dans le Pas-de-Calais, a-t-il précisé.

Photos de Vanesa, l'adolescente tuée vendredi 18 novembre dans le Lot-et-Garonne

Meurtre de Vanesa

Un homme de 31 ans a été mis en examen pour enlèvement, viol et meurtre sur mineure après avoir avoué le meurtre de Vanesa, une adolescente de 14 ans enlevée le 18 novembre 2022 à la sortie de son collège à Tonneins (Lot-et-Garonne). "Je sais pourquoi vous êtes là": c'est par ces mots que le mis en cause a accueilli les gendarmes venus l'interpeller le soir-même à son domicile dans le Marmandais, a précisé le procureur de la République Olivier Naboulet lors d'une conférence de presse. Quatre heures auparavant, à 18h45, la mère de la jeune fille avait alerté la gendarmerie de Tonneins, inquiète de ne pas avoir vu sa fille rentrer du collège depuis la mi-journée. Scolarisée en 4e, la collégienne était l'aînée d'une fratrie de trois. Elle résidait à Tonneins avec son frère, sa sœur, sa mère d'origine espagnole et le compagnon de celle-ci. Le suspect, Romain C., a expliqué en garde à vue avoir passé la matinée de vendredi à Tonneins dans sa voiture, consommant du cannabis, près du collège Germillac où était scolarisée la jeune fille. Il a remarqué sa victime qui marchait sur le trottoir et l'a fait "entrer de force dans son véhicule avant de rapidement quitter les lieux". "Confus dans ses explications" sur son parcours en voiture, le trentenaire a dit aux enquêteurs s'être garé "à l'abri des regards" et avoir décidé de violer sa victime. Afin de masquer son crime, il a alors décidé de la tuer "en l'étranglant". Le mis en cause a assuré qu'il avait ensuite repris la route et déposé le corps à l'intérieur d'une maison abandonnée qu'il n'avait pas repérée au préalable, à Birac-sur-Trec, à une quinzaine de kilomètres au nord de Tonneins. Selon le procureur d'Agen, l'homme, locataire d'un logement et en situation de couple, a assuré "ne pas connaître" sa victime et "ne pas avoir effectué de repérage" mais a indiqué que "la motivation de ses agissements était de nature sexuelle". En 2006, alors qu'il avait 15 ans, il avait été condamné à 15 jours d'emprisonnement assortis d'un sursis avec mise à l'épreuve de deux ans pour des faits d'agression sexuelle sur mineurs. Il n'était pas inscrit au fichier des auteurs d'infractions de nature sexuelle.

Les acteurs de "Plus belle la vie".

Plus belle la vie

Plus belle la vie est un feuilleton quotidien français lancé le 30 août 2004 et diffusé du lundi au vendredi sur France 3 avant le programme de première partie de soirée. La série, qui raconte le quotidien des habitants du quartier fictif du Mistral, à Marseille, est devenue un phénomène en s'emparant de thèmes sociétaux jusque-là rarement abordés dans la fiction tricolore: mariage pour tous, GPA, transidentité... Après des débuts timides et des scénarios jugés pas assez palpitants, les scénaristes ont rapidement décidé d'introduire de nouveaux lieux, comme le commissariat, et de donner une tournure un peu policière à la série qui ronronnait. Serial killers, mafieux et fous font alors leur entrée au casting. Le quotidien des habitants du Mistral devient alors beaucoup moins tranquille. Les audiences décollent, jusqu'à atteindre un pic de quelque sept millions de téléspectateurs dans les années 2000, mais elles sont tombées à 2,7 millions de téléspectateurs sur la saison 2021-2022. Une érosion qui a conduit France Télévisions à annoncer la fin du feuilleton après 18 ans de diffusion. "Plus belle la vie aura marqué l'histoire de la télévision française", a cependant vanté la patronne de France Télévisions, Delphine Ernotte, en soulignant que le feuilleton "a accompagné le quotidien de millions de Français", "a osé aborder sans tabous nos vies et fait résonner les évolutions de notre société". Près de 600 personnes ont travaillé chaque année pour la série et 3232 acteurs en tout, auxquels il faut ajouter les figurants. Chaque jour, les équipes de montage produisaient un épisode de 26 minutes, ce qui leur imposait une cadence très soutenue sans commune mesure avec les rythmes des séries non quotidiennes et du cinéma. Les derniers épisodes sont diffusés le vendredi 18 novembre 2022 sur France 3, qui produit la série avec la société Newen.

Lula et son épouse Rosangela "Janja" da Silva célèbrent la victoire de l'homme de gauche à la présidentielle, à Sao Paulo, le 30 octobre 2022

Lula élu président du Brésil

"Le Brésil est de retour!", a lancé le président du Brésil Lula après son élection, le 30 octobre 2022. 12 ans après avoir quitté le pouvoir avec une popularité record à l'issue de ses deux premiers mandats (2003-2010), le candidat - icône insubmersible de la gauche latino-américaine l'a emporté d'une courte tête avec 50,9% des voix, contre 49,1% pour le président sortant d'extrême droite Jair Bolsonaro, à l'issue d'une campagne ultra-polarisée. L'écart, de moins d'un point de pourcentage, est le plus serré entre deux finalistes de la présidentielle depuis le retour à la démocratie après la dictature militaire (1964-1985). "À partir du 1er janvier (2023, date de début du mandat, NDLR), je vais gouverner pour les 215 millions de Brésiliens et Brésiliennes, pas seulement ceux qui ont voté pour moi", a promis Luiz Inacio Lula da Silva, 77 ans, lors de son discours de la victoire dans un hôtel à Sao Paulo. "Personne ne veut vivre dans un pays divisé, en état de guerre perpétuelle. Ce pays a besoin de paix et d'union. (...) Il n'y a pas deux Brésil, nous sommes un seul peuple, une seule nation", a insisté l'icône de la gauche, en référence à la présidence clivante de Bolsonaro. Le come-back de Luiz Inacio Lula da Silva, qui voit sa 6e campagne présidentielle le mener de nouveau à la fonction suprême, est une première dans l'Histoire récente du Brésil. Mais Lula, ancien metallo qui a connu un destin hors norme, revient de loin. Condamné pour corruption dans le plus grand scandale de l'Histoire du Brésil, "Lavage express", il avait été incarcéré 580 jours, d'avril 2018 à novembre 2019. Le chef de file du Parti des Travailleurs (PT) s'est toujours dit victime d'un complot politique qui a permis à Bolsonaro d'être élu à la présidence en 2018 alors qu'il en était le grand favori. En mars 2021, il pouvait de nouveau rêver à une revanche éclatante. La Cour suprême annulait ou prescrivait ses condamnations, lui permettant de recouvrer ses droits politiques, sans l'innocenter pour autant. Pour le Comité des droits de l'Homme de l'ONU, l'enquête et les poursuites engagées contre Lula avaient violé son droit à être jugé par un tribunal impartial. Rien ne prédisposait Lula à un tel destin, ce cadet d'une fratrie de huit enfants, né le 27 octobre 1945 dans une famille d'agriculteurs pauvres du Pernambouc (nord-est). Enfant, Lula était cireur de chaussures. Il a sept ans lorsque sa famille déménage à Sao Paulo pour échapper à la misère. Vendeur ambulant puis ouvrier métallurgiste à 14 ans, il perd l'auriculaire gauche dans un accident du travail. À 21 ans, il entre au syndicat des métallurgistes et conduit les grandes grèves de la fin des années 1970, en pleine dictature militaire (1964-1985). Cofondateur du PT au début des années 1980, il se présente pour la première fois à l'élection présidentielle en 1989 et échoue de peu. Après deux nouveaux échecs, en 1994 et en 1998, la quatrième tentative sera la bonne, en octobre 2002. Il est réélu en 2006. Premier chef de l'État brésilien issu de la classe ouvrière, il a mis en oeuvre d'ambitieux programmes sociaux, grâce aux années de croissance portées par le boom des matières premières. Sous ses deux mandats, près de 30 millions de Brésiliens sont sortis de la misère. Lula a aussi incarné un pays qui s'ouvrait sur le monde, et a conféré au Brésil une stature internationale avec, notamment, le Mondial de football (2014) et les jeux Olympiques (2016) à Rio de Janeiro.

Bruce Toussaint spécialement vieilli pour le docu-fiction "2050: ouvrons les yeux!" sur BFMTV

"2050, ouvrons les yeux!"

BFMTV innove ce lundi 14 novembre 2022 avec la diffusion d’une émission d’anticipation exceptionnelle "2050: ouvrons les yeux!", présentée par Bruce Toussaint. Basé sur l’expertise d’un collège d’experts, ce concept original offrira aux téléspectateurs deux scénarios des effets de la crise climatique, pour envisager notre avenir en 2050. Élisabeth Borne sera l’invitée spéciale de la chaîne à l'issue de l'émission pour réagir, répondre aux questions sur les actions du gouvernement et revenir sur les 22 chantiers dévoilés pour la mise en œuvre de la planification écologique. Les équipes de BFMTV emmèneront les téléspectateurs dans le futur avec une émission exceptionnelle en direct de 2050 présentée par Bruce Toussaint spécialement vieilli, qui incarnera successivement les deux scenarios: • Comment nous avons réussi à atteindre la neutralité carbone et limiter le réchauffement climatique à 1,7°C? Quels efforts ont été nécessaires? • Pourquoi le scénario du pire s’est-il produit avec un réchauffement de plus de 2,4°C? Quelles sont les conséquences de l’inaction climatique? Les téléspectateurs découvriront une série de sujets, duplex et de reportages d’anticipation incarnés par les personnalités de la chaîne pour se projeter en 2050: Aurélie Casse, Marc Hay, Ashley Chevalier, Roselyne Dubois, Agathe Lambret et Benjamin Duhamel. Une émission placée sous le signe de la pédagogie pour comprendre les enjeux et les conséquences concrètes des deux scénarios au travers de témoignages, mesures politiques mises en place, bouleversements géopolitiques engendrés, changements des modes de consommation, évolution des consciences et situation de la biodiversité...

La COP27 se tient à Charm el-Cheikh en Égypte, le 6 novembre 2022

COP27

Les dirigeants politiques du monde entier défilent à partir du 7 novembre 2022 à la COP27, sous pression pour renforcer leurs engagements climatiques face à un réchauffement qui s'emballe et apporter un soutien financier aux pays pauvres, qui en souffrent le plus. Cette conférence des parties intervient après une année au cours de laquelle les impacts dévastateurs du réchauffement climatique se sont multipliés - inondations, canicules, sécheresses mettant à mal les récoltes. "Toutes les crises sont importantes, mais aucune n'a autant d'impact" que le réchauffement climatique, dont les effets dévastateurs "ne vont qu'empirer", a martelé lors de l'ouverture formelle de la COP27, Simon Stiell, le patron de l'ONU-Climat. Or, les pays sont loin de faire ce qui est nécessaire pour lutter contre le réchauffement. Les émissions de gaz à effet de serre doivent en effet baisser de 45% d'ici 2030 pour avoir une chance de limiter le réchauffement à 1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, objectif le plus ambitieux de l'accord de Paris, pierre angulaire de la lutte contre le réchauffement. Mais les engagements actuels des Etats signataires, même s'ils étaient enfin respectés, entraîneraient une hausse de 5 à 10% des émissions, mettant le monde sur une trajectoire au mieux de 2,4°C d'ici la fin du siècle. Et avec les politiques menées actuellement, c'est un catastrophique +2,8°C qui se profile, selon l'ONU. Les éventuelles annonces de réductions supplémentaires à Charm el-Cheikh seront donc scrutées de près. Tout comme celles sur l'aide aux pays pauvres et souvent les plus exposés aux effets du réchauffement, même s'ils n'y ont presque pas contribué, ayant des émissions de gaz à effet de serre minimales. La COP27 ne débouchera pas sur une décision, les discussions devant se poursuivre à horizon 2024.

Evolution en France du nombre de nouveaux cas, hospitalisations, entrées en réanimation et décès, totaux et tendances pour ces quatre indicateurs, au 23 janvier

Covid-19: où en est l'épidémie en France?

Face la pandémie de Covid-19, l'exécutif a expérimenté plusieurs stratégies en fonction de la situation sanitaire sur le territoire. En France comme dans d'autres pays européens, les chiffres sont surveillés au quotidien pour anticiper les rebonds épidémiques et éviter une catastrophe hospitalière : nombre de cas, taux d'incidence, taux de reproduction (ou R), nombre de morts. La courbe du nombre de personnes en réanimation inquiète chaque fois qu'elle atteint de nouveaux seuils. Après le confinement strict de la première vague, de nouvelles mesures sanitaires ont été prises alternativement : confinements partiels, couvre-feu, restrictions de déplacement, port du masque obligatoire, fermeture des restaurants, commerces, écoles, lieux culturels... La deuxième et la troisième vague seront-elles suivies d'une quatrième ? La vigilance est renforcée tandis que le nombre de contaminations augmente. Les Français, dont la vie quotidienne est bouleversée, suivent chaque allocution du président de la République et chaque conférence de presse du Premier ministre, diffusées en direct sur BFMTV. La maladie Covid-19, provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 (acronyme de severe acute respiratory syndrome coronavirus 2), est à l'origine de la plus importante pandémie mondiale depuis un siècle. Apparu en 2019, ce nouveau virus a d'abord sévi en Chine avant de se propager partout à travers le monde. Provoquant notamment des symptômes respiratoires pouvant être très graves, il a rapidement entraîné une saturation des services de réanimation des hôpitaux. Pour éviter de recourir au tri des patients et freiner le nombre de décès, la plupart des gouvernements ont été contraints de prendre des mesures radicales et de mettre des régions en quarantaine. En France, le confinement a été décrété le 17 mars 2020 par le président Emmanuel Macron, quelques semaines après l'Italie et l'Espagne, également très touchés par l'épidémie. L'OMS a déclaré l'état de pandémie le 11 mars 2020. L'arrivée d'une deuxième vague puis d'une troisième vague en 2021 contraignent régulièrement le gouvernement à prendre de nouvelles mesures. Alors que la vaccination tarde, le virus mute et certains variants semblent plus contagieux ou plus résistants. Une course contre la montre s'engage pour endiguer l'épidémie sans mettre l'économie à l'arrêt.

Justine Vayrac.

Meurtre de Justine Vayrac

Justine Vayrac a été retrouvée morte le 27 octobre 2022, quelques jours après sa disparition. La jeune femme de 20 ans, mère d'un enfant de 2 ans, qui résidait à Tauriac (Lot), avait été vue pour la dernière fois le week-end précédent, à la sortie d'une discothèque de Brive-la-Gaillarde. Un homme de 21 ans, Lucas L., a été mis en examen dans cette affaire, après avoir avoué "avoir tué la victime alors qu'ils étaient tous deux à son domicile et qu'ils venaient d'avoir un rapport sexuel consenti", selon son récit, livré par le procureur de la République de Limoges Baptiste Porcher lors d'un point presse. Cet agriculteur de 21 ans a également déclaré aux enquêteurs avoir "donné un coup de poing, ce qui aurait occasionné le décès" de la jeune femme, et s'être servi d'un "engin agricole" pour "enfouir le corps" en forêt. Des fouilles de la zone ont permis de retrouver le corps de Justine Vayrac. "Les premières constations établissent la pluralité des coups au niveau de la face dont au moins un avec une arme contondante", a expliqué le procureur de la République. Le suspect "n'a jamais été condamné" mais a été mis en examen et placé en détention provisoire jusqu'en avril 2021 "dans une procédure de destruction par moyen dangereux et dégradation", selon le magistrat. Il avait mis le feu à une grange en 2020, selon des témoignages d'habitants de son village, Beynat. Selon plusieurs sources, Justine Vayrac se serait sentie mal en discothèque après avoir bu quelques verres d'alcool et aurait décidé de partir dormir dans sa voiture. Elle aurait alors croisé la route du suspect, une "connaissance" selon un ami de la jeune femme qui l'a laissée avec lui puis est reparti dans la boîte de nuit. Ses amis se sont alarmés en constatant que la jeune femme n'avait plus donné de nouvelles à son compagnon depuis 2h du matin. Ses plus proches amies décrivent une jeune femme "très drôle" et "intelligente". L'une d'entre elles, Marie-Claude, a rendu hommage à "une super maman", qui était "folle" de son enfant. "Elle demandait des conseils en permanence parce qu'elle voulait le bonheur de son fils", a-t-elle expliqué.

Rishi Sunak quitte son bureau dans le centre de Londres, le 23 octobre 2022

Rishi Sunak, prochain Premier ministre britannique

Battra-t-il le record de Liz Truss, restée seulement 44 jours à son poste? Rishi Sunak va devenir le prochain Premier ministre britannique, après avoir remporté le 24 octobre 2022 la course à Downing Street. L'ex-ministre des Finances britannique va ainsi prendre la tête d'un pays en pleine crise sociale et d'une majorité très divisée. À 42 ans, cet ex-banquier au parcours typique de l'élite britannique devient le plus jeune chef de gouvernement, mais aussi le premier d'origine indienne, au Royaume-Uni. Il devient aussi le Premier ministre le plus riche de l'histoire: estimé à 730 millons de livres sterling (plus de 840 millions d'euros) par la presse britannique, son patrimoine est deux fois plus élevé que celle du couple royal actuel - le roi Charles III et la reine consort Camilla. Il sera le cinquième Premier ministre depuis le référendum du Brexit de 2016, qui a ouvert un long chapitre de turbulences économiques et politiques inédites au Royaume-Uni. Il est le troisième dirigeant du parti en deux mois, une période d'instabilité inédite, à la tête d'une majorité traversée par les déchirements après 12 ans au pouvoir. Élu député du Yorkshire (nord de l'Angleterre) en 2015, Rishi Sunak accède à peine cinq ans plus tard, à 39 ans, au poste très convoité de ministre des Finances, peu avant le début de la pandémie. Ce partisan du Brexit de la première heure a gagné en popularité en distribuant des milliards de livres d'aides publiques pendant la pandémie de Covid-19. Né le 12 mai 1980 à Southampton, sur la côte sud de l'Angleterre, Rishi Sunak est l'aîné de trois enfants et le fils d'un médecin généraliste du système de santé public et d'une pharmacienne. Nés en Inde ou d'origine indienne, ses grands-parents ont émigré d'Afrique orientale vers le Royaume-Uni dans les années 1960. Rishi Sunak a cependant très vite accédé à l'élite en fréquentant le Winchester College, un très chic pensionnat pour garçons. Il a ensuite étudié la politique, la philosophie et l'économie dans les prestigieuses universités d'Oxford, en Angleterre, et de Stanford, aux États-Unis. Avant d'entrer en politique, il a travaillé dans la finance, en particulier chez Goldman Sachs, et fondé sa propre société d'investissement.

Giorgia Meloni lors du meeting de la coalition de droite Piazza del Popolo (Rome) , le 22 septembre 2022

Giorgia Meloni

Première ministre de l'Italie, Giorgia Meloni, présidente du parti Fratelli d'Italia (FDI), incarne un mouvement à l'ADN post-fasciste qu'elle a réussi à "dédiaboliser" pour arriver au pouvoir. Sous la houlette de cette Romaine de 45 ans, FDI est devenu le premier parti du pays en raflant plus de 26% des suffrages lors des élections législatives du 25 septembre 2022. Sa coalition avec la Ligue d'extrême droite de Matteo Salvini et le parti conservateur Forza Italia (FI) de Silvio Berlusconi a obtenu environ 44%, ce qui lui assure une majorité dans les deux chambres. Aux législatives de 2018, FDI avait dû se contenter d'un maigre 4% des voix, mais Giorgia Meloni est parvenue depuis à rassembler sous son nom les mécontentements et frustrations des nombreux Italiens excédés par les "diktat" de Bruxelles, la vie chère et l'avenir bouché des jeunes. Renvoyée par ses adversaires à sa longue expérience de militante dans la mouvance néo-fasciste, elle a tenté de rassurer après les élections législatives dans une courte allocution à la presse où elle a multiplié les appels à l'apaisement et à la concorde nationale. "Nous gouvernerons pour tous les Italiens... Nous le ferons dans l'objectif d'unir le peuple", a-t-elle assuré. De fait, Meloni et son parti sont les héritiers du Mouvement social italien (MSI), parti néofasciste créé après la Seconde Guerre mondiale dont elle a repris, à la fondation de Fratelli d'Italia fin 2012, la flamme tricolore. À 19 ans, elle affirme à la chaîne française France 3 que le dictateur Benito Mussolini était "un bon politicien". Elle reconnaît encore aujourd'hui à Mussolini d'avoir "beaucoup accompli", sans l'exonérer de ses "erreurs": les lois antijuives et l'entrée en guerre. Mais elle dit aussi que dans son parti "il n'y a pas de place pour les nostalgiques du fascisme, ni pour le racisme et l'antisémitisme". Née à Rome le 15 janvier 1977, Giorgia Meloni entre en militance à 15 ans dans les associations étudiantes classées très à droite, tout en travaillant comme babysitter ou serveuse. En 1996, elle prend la tête d'une association lycéenne, Azione Studentesca, dont l'emblème est la Croix celtique. En 2006, elle devient députée et vice-présidente de la chambre. Deux ans plus tard, elle est nommée ministre de la Jeunesse dans le gouvernement de Silvio Berlusconi. Il s'agit là de sa seule expérience gouvernementale. Elle fréquente alors assidûment les plateaux de télé. Sa devise? "Dieu, patrie, famille". Ses priorités? Fermer les frontières pour protéger l'Italie de "l'islamisation", renégocier les traités européens pour que Rome reprenne le contrôle de son destin, lutter contre les prétendus "lobbys LGBT" et "l'hiver démographique" du pays, dont la moyenne d'âge est la plus élevée du monde industrialisé juste derrière le Japon. Fin 2012, lasse des dissensions qui rongent la droite, elle fonde Fratelli d'Italia avec d'autres dissidents du berlusconisme, et choisit de camper dans l'opposition. Lorsque Mario Draghi, ancien gouverneur de la Banque centrale européenne forme en février 2021 un cabinet d'unité nationale pour sortir l'Italie de la crise sanitaire et économique, elle et son parti sont les seuls à refuser d'y participer.