BFMTV

Dossiers

Profitez de tous les bons plans et promotions disponibles sur le site Rakuten. Que ce soit dans l'univers high-tech, informatique, son & vidéo, électroménager... Vous trouverez forcément ce qu'il vous faut !

Une femme devant un immeuble détruit de Kiev, le 25 février 2022, après le lancement de l'invasion russe en Ukraine.

Ukraine-Russie: la guerre

Après des années de tension, le président russe Vladimir Poutine a relancé le conflit entre son pays et l'Ukraine - dirigée par Volodymyr Zelensky - en annonçant, le 21 février 2022, "reconnaître l'indépendance de la République populaire de Donetsk et de la République populaire de Lougansk", deux régions séparatistes prorusses du Donbass. Dans la foulée, le leader du Kremlin a enclenché, le 24 février, une opération militaire de grande envergure en Ukraine pour officiellement défendre ces séparatistes. "Nous nous efforcerons d'arriver à une démilitarisation et une dénazification de l'Ukraine", a-t-il dit. Le Kremlin a précisé que cette opération ayant pour objectif l'imposition d'un "statut neutre" à l'Ukraine, durerait le temps nécessaire, en fonction de ses "résultats" et sa "pertinence". Cette offensive russe intervient huit ans après que Moscou a annexé la Crimée et parrainé la prise de contrôle de régions du Donbass par des séparatistes prorusses, déclenchant un conflit régional qui a fait plus de 14.000 morts. L'Ukraine a de son côté dénoncé le début d'une "invasion de grande ampleur de la Russie". Cette opération vise à "détruire l'État ukrainien, s'emparer de son territoire par la force et établir une occupation", a notamment réagi le ministère des Affaires étrangères ukrainiens. Juste après le discours de Vladimir Poutine, des explosions ont retenti à Kiev, à Kramatorsk, ville de l'est servant de quartier général à l'armée ukrainienne, à Kharkiv (nord-est), deuxième ville d'Ukraine, à Odessa, sur la mer Noire, et à Marioupol, principal port de l'est. La centrale de Tchernobyl, théâtre du pire accident nucléaire de l'histoire en 1986, est tombée plus tard aux mains des soldats russes. Dès les premières heures de la journée, des habitants de Kiev se sont pressés dans le métro pour s'y abriter ou tenter de quitter la ville, cependant que des voitures remplies de familles fuyant la capitale créaient de vastes embouteillages. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ordonné dans un décret la mobilisation générale des personnes soumises "à la conscription militaire et des réservistes", sous 90 jours dans toutes les régions du pays. Le dirigeant a regretté que l'Ukraine soit "laissée seule" face à l'armée russe alors que l'Alliance atlantique (Otan) a indiqué qu'elle n'enverrait pas de troupes pour la soutenir. De nombreux pays ont malgré tout condamné l'invasion russe. Le président américain Joe Biden, pour qui le maître du Kremlin va devenir "un paria sur la scène internationale", a imposé des restrictions aux exportations de produits technologiques vers la Russie. Le numéro deux de l'ambassade russe à Washington a été expulsé. Les dirigeants des 27 pays de l'UE ont parallèlement pris des sanctions "massives" contre la Russie dans les secteurs de l'énergie, de la finance et des transports mais sans l'exclure dans l'immédiat du réseau bancaire Swift, qui permet de recevoir ou d'émettre des paiements dans le monde entier. Des sanctions qui auront des conséquences sur l''économie européenne. Emmanuel Macron a lui annoncé que la France allait accélérer le déploiement de soldats en Roumanie dans le cadre de l'Otan. "La France continuera à jouer pleinement son rôle de réassurance des alliés de l'Otan en envoyant en Estonie un nouveau contingent au sein de la présence avancée renforcée, en anticipant sa participation à la police du ciel balte dès le mois de mars, et en accélérant aussi son déploiement en Roumanie", a déclaré le président français à l'issue d'un sommet exceptionnel de l'UE à Bruxelles.

Des lycéens découvrent les résultats du baccalauréat à Paris, le 6 juillet 2021.

Baccalauréat 2022

Le baccalauréat est, en France, un diplôme national qui marque la fin des études secondaires. Le taux de réussite a fortement progressé ces dernières décennies: près de 94% des 732.800 candidats au baccalauréat 2021 ont été reçus au terme de la première session de rattrapage: 97,6% dans la voie générale, 94% dans les séries technolgoiques et 86,7% pour le baccalauréat professionnel. Le record absolu date de 2020, année de crise sanitaire, où 95,7% des candidats avaient décroché leur diplôme: en raison de la crise du Covid-19, les épreuves finales avaient été supprimées et seules avaient compté les notes des premier et deuxième trimestres pour la délivrance de l'examen Depuis une réforme menée par le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, les modalités d'évaluation ont fortement évolué par rapport à ce qui prévalait par le passé, avec désormais une dose de contrôle continu et des épreuves finales. Pour le baccalauréat général et technologique, la moyenne annuelle obtenue dans certaines disciplines - celles qui ne font pas l'objet d'épreuves terminales, ainsi que les enseignements optionnels - est censée représenter 40% de la note finale. Le reste est théoriquement censée provenir d'épreuves anticipées - le français en fin de classe de première - et d'épreuves finales en terminale - des enseignements de spécialité, la philosophie et un grand oral. Pour la session 2022, la crise sanitaire a encore une fois chamboulé le calendrier initialement envisagé par le ministère de l'Éducation. Les épreuves écrites de spécialité du baccalauréat général et technologique, initialement programmées les 14, 15 et 16 mars, auront finalement lieu les 11, 12 et 13 mai - elles ne compteront pas dans Parcoursup, la procédure d’orientation dans l’enseignement supérieur. Doivent suivre le 15 juin l'épreuve de philosophie pour les séries générales et technologiques et l'épreuve de français le jeudi 16 juin. L'épreuve du grand oral est pour l'heure programmée du lundi 20 juin au vendredi 1er juillet, avant l'annonce des résultats à partir du mardi 5 juillet.

Fabien Roussel pose le 25 mai 2021 à Paris

Fabien Roussel

Elu secrétaire national du PCF en 2018, Fabien Roussel a été choisi pour représenter les communistes à l'élection présidentielle 2022. Le député de la 20e circonscription du Nord a confirmé que le parti communiste français serait présent à la présidentielle, contrairement aux deux élections précédentes, où il avait été choisi de soutenir Jean-Luc Mélenchon (candidat Front de gauche en 2012 et La France Insoumise en 2017). Fabien Roussel est donc le premier candidat à la présidentielle depuis Marie-George Buffet en 2007. Il défend une imposition plus progressive, la restauration de l'ISF, la retraite à 60 ans et le recrutement de 90.000 professeurs. Il se distingue de la ligue du parti de Georges Marchais avec des propositions plus strictes sur la sécurité et l'immigration.