BFMTV
Dossier

Benoît Hamon

Chef de file de l'aile gauche du PS, Benoît Hamon a lancé sa campagne en août 2016 pour la primaire organisée par le PS. Deux ans auparavant, fin août 2014, il avait quitté le gouvernement de Manuel Valls après une série de critiques acide à l'encontre de l'exécutif. Il y avait d'abord exercé en tant que secrétaire d'Etat à la consommation, puis en tant que ministre de l'Education. Après son départ du gouvernement, il redevient député des Yvelines: il s'oppose à la loi Macron ainsi qu'à l'inscription dans la Constitution de la déchéance de nationalité pour les Français bi-nationaux condamnés pour terrorisme. En parallèle, il s'attache à faire reconnaître le burnout comme maladie professionnelle. Benoît Hamon se décrit comme un anti-Manuel Valls. Il promet l'abrogation de la loi El Khomri, et souhaite instaurer un revenu universel. Il veut également introduire une dose de proportionnelle aux législatives, et mettre en place un "plan massif" pour la formation des professeurs. A l'issue de la primaire de la Belle alliance populaire, Benoît Hamon a été désigné comme le candidat de la gauche à la présidentielle, en s'imposant largement face à Manuel Valls.

Le candidat à la présidentielle tente d'imprimer sa marque avec une campagne différente de celle de ses adversaires. Au risque de ne pas se faire suffisamment connaître des Français, et de provoquer la grogne d'une partie de son camp.

Benoît Hamon est-il le candidat du rassemblement ?

Benoît Hamon est-il le candidat du rassemblement ?

Investi officiellement candidat du Parti socialiste, Benoît Hamon veut rassembler son parti. Mais la tâche s’annonce difficile. Hormis Najat Vallaud-Belkacem et Emmanuelle Cosse, les poids lourds du gouvernement ont boudé son meeting d'investiture. Manuel Valls, François de Rugy ou encore le Premier ministre Bernard Cazeneuve manquaient aussi à l’appel. Alors, le rassemblement est-il possible à gauche ? - Pour répondre: Laura Slimani, porte-parole de Benoît Hamon. - Week-end direct, du dimanche 5 février 2017, présenté par François Gapihan, sur BFMTV.

Benjamin Griveaux: "Emmanuel Macron est le candidat du travail parce qu’il est le seul à avoir déjà travaillé"

Benjamin Griveaux: "Emmanuel Macron est le candidat du travail parce qu’il est le seul à avoir déjà travaillé"

Lors de son discours d’investiture à la Mutualité à Paris, Benoît Hamon a attaqué Emmanuel Macron sur le travail. "Macron ne connaît rien au monde du travail dans notre pays", a-t-il affirmé. "Emmanuel Macron est le candidat du travail parce qu’il est le seul à avoir déjà travaillé", rétorque Benjamin Griveaux, porte-parole d'En Marche !, précisant que son leader "vit avec l’argent du travail qu’il a réalisé".

Présidentielle 2017: Investi par le PS, Hamon appelle au rassemblement

Présidentielle 2017: Investi par le PS, Hamon appelle au rassemblement

Une semaine après sa nette victoire à la primaire du PS et de ses alliés, Benoît Hamon a été investi ce dimanche par le Parti socialiste. Il démarre ainsi officiellement sa campagne pour la présidentielle. Lors de son discours d'investiture, il a appelé au rassemblement des gauches. "Ce qui compte aujourd'hui c'est l'horizon que l'on va dessiner ensemble. [...] C'est le programme que nous voulons conduire ensemble. Cette gauche associative, collaborative, horizontale, c'est celle-là que je veux rassembler", a-t-il lancé. Cependant, Benoît Hamon refuse le costume "d'Homme providentiel". - Pour en parler : Olivier Faure, président du groupe PS à l'Assemblée nationale. Georges Fenech, député LR du Rhône. Ruth Elkrief, notre éditorialiste politique. Maurice Szafran, éditorialiste à Challenges. Eugénie Bastié, journaliste au Figaro. Et Henri Vernet, rédacteur en chef adjoint du Parisien-Aujourd'hui en France. - Édition spéciale présentée par Jean-Baptiste Boursier, ce dimanche 5 février 2017 sur BFMTV.

Benoît Hamon refuse le costume "d'homme providentiel"

Benoît Hamon refuse le costume "d'homme providentiel"

Depuis sa victoire à la primaire de la gauche, Benoît Hamon a fait un bond de dix points dans les sondages. Fort de ce succès, le candidat investi par le Parti socialiste a une fois encore appelé au rassemblement de la gauche. Pour autant, l’ex-frondeur refuse le costume "d'Homme providentiel" que certains voudraient lui faire porter. "Je ne suis pas l’Homme providentiel. Non seulement je ne le suis pas. Mais je ne le veux pas. Je crois en l’intelligence collective. Et je rejette ce costume que l’on voudrait me mettre sur les épaules. Parce qu’il n’est pas utile et parce qu’il repose sur une tromperie et une imposture", a-t-il déclaré à la Mutualité à Paris. - Pour en parler: Alexis Lacroix, directeur délégué de la rédaction de L’Express. Jannick Alimi, rédactrice en chef adjointe au service Politique du Parisien. Ainsi que Christophe Barbier et Anna Cabana, nos éditorialistes politiques. - Édition spéciale, du dimanche 5 février 2017, présentée par Jean-Baptiste Boursier, sur BFMTV.

Christian Paul: "Benoît Hamon est en train de prendre son élan et très vite son envol"

Christian Paul: "Benoît Hamon est en train de prendre son élan et très vite son envol"

Benoît Hamon était à la Mutualité à Paris pour prononcer son discours d'investiture. face aux militants et à Christiane Taubira, il a appelé au rassemblement des gauches, tout en énumérant ses différentes propositions. "Je n’ai pas d’inquiétude sur la capacité de notre candidat à rassembler", a assuré Christian Paul, député PS de la Nièvre. "Aujourd’hui, c’était un pas considérable qui a été fait". Le vainqueur de la primaire de la gauche "est en train de prendre son élan et très vite son envol", a-t-il déclaré sur BFMTV ce dimanche 5 février.

Elysée 2017: Les ténors du PS absents à l'investiture de Benoît Hamon

Elysée 2017: Les ténors du PS absents à l'investiture de Benoît Hamon

Benoît Hamon, vainqueur de la primaire à gauche, sera officiellement investi candidat du Parti socialiste à la présidentielle aujourd'hui. C'est donc un grand jour pour lui, mais aussi l'occasion de tâter le terrain. En effet, pour le moment, très peu de poids lourds de la gauche lui ont accordé leur soutien. Jean-Marc Ayrault, Stéphane Le Foll, Michel Sapin,... ne seront pas de la partie. Il pourra d'ores et déjà compter sur Christiane Taubira, qui a confirmé sa présence jeudi à la cérémonie d'investiture. Il espère notamment rallier à sa cause Yannick Jadot, Nicolas Hulot et pourquoi pas Jean-Luc Mélenchon. Benoît Hamon aura donc pour grand défi de rassembler la gauche et de donner du poids à sa candidature. - Avec : Camille Langlade, journaliste du service politique de BFMTV. - Elysée 2017, du dimanche 5 février 2017, sur BFMTV.

Une nouvelle fronde vise Benoît Hamon

Une nouvelle fronde vise Benoît Hamon

À gauche, le rassemblement n'est pas gagné, malgré l'élection confortable de Benoît Hamon à la primaire de la Belle Alliance Populaire. Le Pôle des Réformateurs du Parti socialiste, regroupant les députés proches de Manuel Valls, demande des gages au candidat à la présidentielle, et ce, sous peine de faire valoir son droit de retrait. En clair, ces élus socialistes contestent son programme et évoquent la possibilité de ne pas participer à sa campagne. - Un document "Grand Angle BFMTV" du mardi 31 janvier 2017.

Parti socialiste: Benoît Hamon subit à son tour une fronde

Parti socialiste: Benoît Hamon subit à son tour une fronde

L'élection confortable de Benoît Hamon à la primaire à gauche n'a pas permis de réconcilier les différents courants au sein de son parti. Les mises en garde, les rappels à l'ordre ou encore les appels à la discussion se multiplient à l'attention du vainqueur du scrutin organisé par le PS. Ce mardi, dix-sept parlementaires socialistes, proches de Manuel Valls, ont annoncé la possibilité de ne pas participer à la campagne du candidat à la présidentielle. Dans une tribune publiée dans Le Monde, les représentants du Pôle des Réformateurs du Parti socialiste ont quant à eux dénoncé sa stratégie ainsi que son projet. Une mission difficile attend donc Benoît Hamon, qui doit rassembler son camp, sans changer son programme. - Pour en parler: Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat, chargé du Développement et de la Francophonie. - BFM Story, du mardi 31 janvier 2017, présenté par Olivier Truchot, sur BFMTV.

Benoît Hamon, candidat PS à l'élection présidentielle (2/2)

Benoît Hamon, candidat PS à l'élection présidentielle (2/2)

Benoît Hamon remporte la primaire de la gauche avec plus de 58% des voix contre 41% pour Manuel Valls. Le député des Yvelines pourra donc être investi comme candidat du Parti socialiste pour l'élection présidentielle. - Pour en parler: Luc Carvounas, sénateur de Val-de-Marne. Thierry Solère, porte-parole de François Fillon. Florian Philippot, vice-président du FN. Anna Cabana, éditorialiste politique de BFMTV. Et Bruno Jeudy, éditorialiste politique de BFMTV. - Édition spéciale présentée par Jean-Baptiste Boursier, ce dimanche 29 janvier 2017 sur BFMTV.