BFMTV
Russie
en direct

Guerre en Ukraine: Moscou annonce des cessez-le-feu locaux en Ukraine dès 8h mardi matin

Au 12e jour de l'invasion russe en Ukraine, le président ukrainien a accusé les Russes d'avoir fait échouer l'évacuation des civils, dans une vidéo filmée dans son bureau, au palais présidentiel de Kiev. Moscou a de nouveau annoncé des cessez-le-feu locaux, en vigueur dès ce mardi matin 7h GMT (8h heure française).

Ce direct est terminé

Ce direct consacré au douzième jour du conflit entre la Russie et l'Ukraine est terminé. Merci de nous avoir suivi sur BFMTV.com.

>> Pour suivre les événements du mardi 8 mars, vous pouvez consulter notre nouveau direct

Guerre en Ukraine: le point à minuit

Voici l'essentiel des informations à retenir ce lundi soir, 12 jours après le début de l'invasion russe en Ukraine:

• La Russie a annoncé la mise en place de cessez-le-feu locaux dans plusieurs villes ukrainiennes à partir de mardi 8h heure française pour permettre l'évacuation de civils via des couloirs humanitaires. Les villes concernées sont les suivantes: Kiev, ainsi que des villes de Soumy, Kharkiv, Tcherniguiv et Marioupol.

Le président Volodymyr Zelensky se trouve toujours à Kiev. Il s'est filmé ce lundi soir depuis le bureau présidentiel où il a accusé l'armée russe d'avoir fait échouer l'évacuation des civils via les couloirs humanitaires.

Kiev voit "quelques résultats positifs" dans les nouvelles négociations qui ont eu lieu ce lundi avec Moscou. De son côté la Russie a jugé que la troisième session des pourparlers avec l'Ukraine n'était "pas à la hauteur des attentes".

François Hollande appelle à ne plus acheter de gaz russe. Dans une tribune parue dans le journal Le Monde, l'ex-président de la République que cet embargo sur le gaz permettrait d'"infliger un revers majeur à Vladimir Poutine".

Bernard Kouchner, "Vladimir Poutine avait très bien décrit ce qu'il allait faire et va jusqu'au bout de son raisonnement"

Invité de BFMTV ce lundi soir, l'ancien ministre des Affaires étrangères a donné son regard sur la guerre qui oppose depuis presque deux semaines la Russie à l'Ukraine.

"C'est un spectacle effrayant auxquels nous sommes quelques uns habitués", a déclaré Bernard Kouchner sur notre antenne, se disant étonné toujours "par la barbarie des autres et en particulier de la barbarie de monsieur Poutine"

"Il avait très bien décrit ce qu'il allait faire et va jusqu'au bout de son raisonnement et donc de l'horreur qu'il va déclencher et du nombre de morts", a-t-il ajouté. "Nous attendons tous, et c'est effrayant, l'assaut sur Kiev".

Volodymyr Zelensky est toujours à Kiev et se filme depuis le bureau présidentiel

À l'occasion d'une nouvelle prise de parole au douzième jour de l'invasion russe, Volodymyr Zelensky s'est filmé depuis le bureau présidentiel.

Se filmant d'abord avec son smartphone avant de s'adresser directement à une caméra.

"Nous sommes tous là, chacun à sa place. Nous travaillons. Moi je suis à Kiev", a déclaré le président ukrainien.

Zelensky accuse les forces russes d'avoir fait échouer l'évacuation des civils

Le chef d'Etat ukrainien Volodymur Zelensky accuse ce lundi soir les forces russes d'avoir fait échouer l'évacuation des civils, via les couloirs humanitaires qui devaient être mis en place dans le pays à la suite de pourparlers.

"Il y a eu un accord sur les couloirs humanitaires. Est-ce que ça a fonctionné? Les chars russes ont fonctionné à la place, les Grad (lance-roquettes multiples, ndlr) russes, les mines russes", a déclaré Volodymyr Zelensky dans une vidéo publiée sur Telegram.

Poutine annonce qu'il n'enverra pas de conscrits ou de réservistes en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé ce lundi qu'il n'enverrait pas de conscrits ou de réservistes combattre en Ukraine, assurant que l'offensive y était menée par des "professionnels" remplissant des "objectifs fixés".

"Je veux souligner le fait que les soldats passant la conscription ne participent pas et ne participeront pas aux combats. Il n'y aura pas non plus de conscription supplémentaire des réservistes", a déclaré Vladimir Poutine dans un discours à la télévision à l'occasion du 8 mars qui marque la journée internationale des droits des femmes.

Moscou annonce des cessez-le-feu locaux en Ukraine à partir de 07h00 GMT mardi

La Russie a annoncé ce lundi soir la mise en place de cessez-le-feu locaux dans plusieurs villes ukrainiennes à partir de 07h00 GMT mardi, soit 8h du matin heure française, pour permettre l'évacuation de civils via des couloirs humanitaires.

"La Fédération de Russie annonce un cessez-le-feu à partir de 10h00, heure de Moscou (07h00 GMT) le 8 mars" pour l'évacuation des civils en provenance de Kiev, ainsi que des villes de Soumy, Kharkiv, Tcherniguiv et Marioupol, a indiqué la cellule du ministère russe de la Défense, chargée des opérations humanitaires en Ukraine, dans un communiqué cité par les agences de presse russes.

L'Italie va utiliser des propriétés saisies à la mafia pour héberger des réfugiés ukrainiens

Les autorités italiennes recensent les propriétés saisies à la mafia pour y loger des réfugiés ukrainiens qui arrivent, a indiqué ce lundi la ministre de l'Intérieur.

Luciana Lamorgese a déclaré dans un communiqué que l'agence qui gère les biens saisis à la mafia avait commencé à étudier les propriétés "qui peuvent être utilisées à court terme, même temporairement, pour accueillir des réfugiés d'Ukraine".

L'ONU réclame de pouvoir fournir en sécurité de l'aide humanitaire aux zones de combats

L'ONU a "besoin de couloirs sûrs pour fournir de l'aide humanitaire dans les zones d'hostilités" en Ukraine, a déclaré ce lundi au Conseil de sécurité le secrétaire général adjoint des Nations unies pour les Affaires humanitaires, Martin Griffiths.

"Les civils dans des endroits comme Marioupol, Kharkiv, Melitopol et ailleurs ont désespérément besoin d'aide, en particulier de fournitures médicales vitales", a-t-il ajouté, lors d'une réunion d'urgence du Conseil consacré à la crise humanitaire provoquée par l'invasion russe de l'Ukraine.

"De nombreuses modalités sont possibles, mais cela doit se faire dans le respect des obligations des parties en vertu des lois de la guerre", a précisé le responsable.

Washington envoie 500 soldats supplémentaires en Europe

Les Etats-Unis dépêchent 500 militaires supplémentaires en Europe pour renforcer la sécurité de l'Otan, a annoncé ce lundi le Pentagone, qui estime désormais que la Russie a envoyé en Ukraine la quasi-totalité des troupes massées ces derniers mois à la frontière.

"Ces forces supplémentaires vont être positionnées pour répondre à l'environnement sécuritaire actuel à la lumière de l'agression russe renouvelée à l'égard de l'Ukraine, et pour renforcer la dissuasion et les capacités défensives de l'Otan, notamment sur son flanc oriental", a-t-il ajouté.

Washington avait déjà déployé 12.000 soldats en Europe depuis le début de l'année en plus de ceux qui y sont habituellement stationnés.

Clément Beaune considère que l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie pourront rejoindre l'UE "le moment venu"

"Le moment venu (l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie) pourront rentrer le moment venu dans la famille européenne", a déclaré ce lundi le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune sur BFMTV en déplacement en Pologne.

"Il faudra discuter bien sûr du rythme, des modalités. il y a beaucoup de questions et je crois qu'il ne faut pas vendre des illusions, ce serait irresponsable et l'Union européenne doit aussi bien fonctionner", a-t-il cependant précisé.

"Le combat que mènent les Ukrainiens est un combat européen", a-t-il salué.

Pétrole: le prix d'un baril peut atteindre 300 dollars en cas d'embargo occidental, met en garde Moscou

La Russie a mis en garde ce lundi contre des "conséquences catastrophiques" pour le marché mondial de la mise en place d'un embargo occidental sur le pétrole russe, discuté par Washington et l'Union européenne comme mesure de riposte à l'intervention militaire russe en Ukraine.

"Il est tout à fait évident que le refus d'acheter le pétrole russe va aboutir à des conséquences catastrophiques pour le marché mondial", a déclaré le vice-Premier ministre russe, chargé de l'Énergie, Alexandre Novak.

"La flambée des prix risque d'être imprévisible et d'atteindre plus de 300 dollars pour un baril, voire plus", a-t-il affirmé, cité par les agences de presse russes.

>> Plus de détails à lire dans notre article.

François Hollande appelle à ne plus acheter de gaz russe "pour arrêter Poutine"

L'ancien chef de l'Etat appelle à ne plus acheter de gaz russe "pour arrêter Poutine" dans une tribune parue dans Le Monde ce lundi.

"Peut-on encore moralement et politiquement acheter du gaz venant de Russie quand l’armée de Vladimir Poutine écrase l’Ukraine?", fait-il mine de s'interroger.

"Nous finançons ainsi la guerre que nous condamnons par ailleurs", dénonce-t-il.

Les Etats-Unis, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni veulent "augmenter" le coût imposé à la Russie

Le président américain Joe Biden, le président français Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique Boris Johnson sont "déterminés à continuer d'augmenter le coût" infligé à la Russie en réponse à l'invasion de l'Ukraine, selon un communiqué publié ce lundi par la Maison Blanche après une vidéoconférence entre les quatre hommes.

Le front très uni jusqu'ici des Occidentaux en matière de sanctions économiques semblait se fissurer ce lundi sur la question d'un embargo sur les ventes de gaz et de pétrole russe, une option que rejette l'Allemagne en particulier.

Un camion fonce sur le portail de l'ambassade russe en Irlande, un homme arrêté

La police irlandaise a arrêté un homme et ouvert une enquête ce lundi après qu'un camion a foncé sur le portail de l'ambassade russe à Dublin, qui a dénoncé un acte de "folie criminelle".

Dans un communiqué, l'ambassade de Russie à Dublin a exprimé son "extrême préoccupation" et a exigé des "mesures complètes" de la part des autorités irlandaises pour "assurer la sécurité de son personnel et de leurs familles".

Aucun blessé n'a été signalé.

Négociations russo-ukrainiennes: des "résultats positifs" selon Kiev

A rebours des déclarations russes, les Ukrainiens évoquent des "résultats positifs" sur les couloirs humanitaires après la tenue du troisième round des négociations entre Moscou et Kiev.

"Nous avons obtenu certains résultats positifs concernant la logistique des couloirs humanitaires", a déclaré sur Twitter Mykhaïlo Podoliak, conseiller de la présidence ukrainienne et membre de la délégation présente aux pourparlers.

"Des changements seront apportés, et on apportera une aide plus efficace aux personnes qui souffrent de l'agression de la Fédération de Russie", a-t-il ajouté.

Les livraisons d'armes à l'Ukraine pourraient se compliquer, selon Washington

Les pays occidentaux ont jusqu'ici livré des armes à l'Ukraine avec succès, mais ce soutien pourrait se compliquer dans les prochains jours, a averti ce lundi la vice-secrétaire d'État américaine Wendy Sherman.

"La communauté internationale a été très réactive et a trouvé des moyens d'acheminer le matériel" de guerre en Ukraine,"mais cela pourrait devenir difficile dans les prochains jours et nous devrons trouver d'autres voies", a estimé Wendy Sherman, sans donner davantage d'explications, devant la presse à Madrid.

La nouvelle session des pourparlers avec Kiev "pas à la hauteur des attentes" de Moscou

La nouvelle session des pourparlers achevés en début de soirée avec Kiev ne se situe "pas à la hauteur des attentes" de Moscou, a déploré le représentant russe à ces discussions, Vladimir Medinski lors d'un point de presse diffusé par la chaîne de télévision publique russe Rossia 24.

"Nous espérons que la prochaine fois nous pourrons réaliser une avancée plus importante", a-t-il ajouté.

Levi Strauss suspend la vente de ses jeans en Russie

Levi Strauss a suspendu ce lundi la vente de ses mythiques jeans, souvent considérés comme un symbole des Etats-Unis, en Russie, rejoignant ainsi une liste grandissante d'entreprises prenant leurs distances avec Moscou après l'invasion de l'Ukraine.

"Compte tenu des énormes perturbations dans la zone, qui ne permettent pas de mener des affaires normalement, (Levi Strauss) suspend temporairement ses opérations commerciales en Russie, y compris tout nouvel investissement", a détaillé l'entreprise dans un communiqué.

Londres installe un centre de demande de visas en France pour les réfugiés ukrainiens

Le Royaume-Uni a annoncé ce lundi l'installation à Calais, dans le Pas-de-Calais, d'un centre de demande de visas pour les réfugiés ukrainiens, le Premier ministre Boris Johnson affirmant que le pays serait "aussi généreux que possible".

La ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel a affirmé ce lundi qu'il est "faux de dire que nous ne faisons que renvoyer les gens, ce n'est absolument pas le cas, nous soutenons ceux qui sont venus à Calais".

Dans une lettre adressée à son homologue britannique, le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin avait critiqué samedi la "réponse totalement inadaptée" et le "manque d'humanité" du Royaume-Uni à l'égard des réfugiés ukrainiens refoulés au port de Calais.

Le troisième round de négociations russo-ukrainiennes s'est achevé au Bélarus

Le troisième round de négociations russo-ukrainiennes s'est achevé au Bélarus, annonce ce lundi l'ambassade russe.

De "petits progrès" sur les couloirs humanitaires ont été réalisés, se félicite un négociateur ukrainien.

L'échec de l'évacuation de Marioupol est dû aux hostilités, clarifie le CICR

Le Comité international de la Croix-Rouge a clarifié ce lundi que l'évacuation des civils du port assiégé de Marioupol dans le sud-est de l'Ukraine avait échoué en raison des hostilités et de l'absence d'accord précis sur un itinéraire sûr.

Dans une interview à la BBC, Dominik Stillhart, directeur des opérations du CICR, a expliqué qu'une des équipes de l'organisation avait commencé à ouvrir la voie d'évacuation de Marioupol dimanche, mais que "dès qu'ils ont atteint le premier poste de contrôle, ils se sont rendus compte que la route qui leur était indiquée était en fait minée."

"Beaucoup de marge" encore pour augmenter les sanctions contre la Russie, selon des experts au Parlement britannique

L'ampleur des sanctions adoptées contre la Russie par les pays occidentaux dans la foulée de l'invasion de l'Ukraine est "sans précédent", mais il reste "beaucoup de marge" pour les augmenter, selon des experts interrogés ce lundi au Parlement britannique.

Si "le gel des avoirs de la banque centrale (russe) a eu un impact massif", il y a encore "beaucoup de marge pour augmenter" les sanctions, notamment autour de mesures visant l'énergie russe, a estimé Tom Keatinge, directeur des études sur les crimes financiers et la sécurité au Royal United Services Institute (RUSI) de Londres, devant la commission du Trésor du Parlement britannique lors d'une audition.

L'ONU s'inquiète pour les 100.000 enfants ukrainiens en internats

Près de 100.000 enfants en Ukraine, dont la moitié sont handicapés, vivent dans des institutions ou internats et il est crucial de prendre des précautions avant de les évacuer vers un autre pays pour fuir l'invasion russe, s'est inquiété l'ONU ce lundi.

"Nous avons des informations selon lesquelles des institutions cherchent à mettre les enfants en sûreté dans des pays voisins ou au-delà", écrivent les deux responsables, alors que la guerre a déjà forcé 1,7 million d'Ukrainiens à fuir leur pays dont des centaines de milliers d'enfants.

Plus de 1,7 million de réfugiés ukrainiens depuis le début de l'invasion russe, selon un nouveau décompte

Plus de 1,7 million de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe lancée le 24 février, selon les derniers décomptes de l'ONU parus ce lundi.

Le Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) recensait exactement 1.735.068 réfugiés sur son site internet dédié à midi. Ce sont 200.000 de plus que lors du précédent pointage dimanche.

Le Haut Commissaire aux réfugiés Filippo Grandi avait dimanche parlé de "la crise de réfugiés la plus rapide en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale".

Les importations d'énergie russe sont "essentielles" pour l'Europe, prévient Scholz

Les importations d'énergie fossile en provenance de Russie sont "essentielles" pour la "vie quotidienne des citoyens" en Europe et l'approvisionnement du continent ne peut être assuré autrement à ce stade, a affirmé ce lundi le chancelier allemand Olaf Scholz

Des sanctions sur les hydrocarbures russes en représailles à l'invasion de l'Ukraine sont actuellement discutées par les États-Unis et l'Union européenne.

C'est "délibérément", rappelle Olaf Scholz, que l'Europe a exclu les livraisons d'énergie de la Russie des premières salves de sanctions contre Moscou car la mesure déstabiliserait les marchés et aurait un trop fort impact sur les économies européennes.

Les maires de France appellent à "amplifier" les dons financiers pour l'Ukraine

L'association des maires de France (AMF) montre sa solidarité avec l'Ukraine. Dans un communiqué paru ce lundi, l'AMF salue la mobilisation des communes et encourage les localités à "amplifier" les dons en faveur du peuple ukrainien et

"L'AMF invite les mairies à amplifier l'élan de solidarité sous forme de dons financiers, permettant d'acquérir ces matériels dont les particuliers ne disposent pas", indique le communiqué.

Les personnes parlant ukrainien sont également invitées "à se manifester auprès des autorités locales" ou via la plateforme "Hébergement solidaire pour réfugiés ukrainiens" sur Facebook pour aider à faciliter l'accueil et l'installation des Ukrainiens en France.

Le Canada annonce de nouvelles sanctions contre 10 "complices" de l'invasion russe en Ukraine

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé ce lundi de nouvelles sanctions contre 10 "complices" de l'invasion russe en Ukraine, hauts responsables gouvernementaux et oligarques.

"Le Canada annonce de nouvelles sanctions contre 10 individus complices de cette invasion injustifiée", a déclaré Justin Trudeau lors d'une conférence de presse à Londres avec ses homologues britannique Boris Johnson et néerlandais Mark Rutte.

Les noms de ces personnes proviennent d'une liste compilée par l'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny, parmi lesquels d'"anciens et actuels hauts responsables gouvernementaux, oligarques et soutiens" du pouvoir russe, a précisé Justin Trudeau.

"Les sanctions mettront une pression accrue" sur Moscou, "notamment la garde rapprochée" du président russe Vladimir Poutine, a-t-il assuré.

L'UE lance l'examen des candidatures de l'Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie

L'Union européenne (UE) a lancé ce lundi la procédure pour l'examen des demandes d'adhésion de l'Ukraine, de la Géorgie et de la Moldavie, a annoncé la présidence française du Conseil de l'UE.

Les 3 pays ont déposé leur demande à la suite de l'invasion russe de l'Ukraine. La Commission européenne va devoir exprimer un avis officiel et les 27 devront ensuite décider s'ils accordent le statut de candidat aux demandeurs, avant des négociations longues et complexes.

>> Plus d'informations à lire ici.

Au moins 13 morts dans le bombardement d'une boulangerie industrielle à l'ouest de Kiev

Au moins 13 personnes sont mortes lundi dans des bombardements qui ont touché une boulangerie industrielle à Makariv, à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Kiev, ont indiqué les services de secours ukrainiens.

Dans un message sur Telegram, les services ont indiqué qu'environ 30 personnes se trouvaient dans le périmètre de la boulangerie au moment des bombardements. Le message a cependant été effacé peu après, sans autre précision. 

Les informations essentielles à 17h

Voici les informations essentielles sur la guerre russo-ukrainienne ce lundi à 17h.

• Une visioconférence est en cours depuis 16h15 au sujet de l'Ukraine entre Emmanuel Macron, le président américain Joe Biden, le chancelier allemand, Olaf Scholz, et le Premier ministre britannique Boris Johnson.

• Les pourparlers entre les belligérants ont également repris ce lundi après-midi à Minsk, en Biélorussie, avec l'arrivée de la délégation ukrainienne. Il s'agit de la troisième session de ces négociations.

• Ce lundi matin, les autorités russes ont proclamé un "régime de silence" autour de quatre villes ukrainiennes - Kiev, Kharkiv, Marioupol et Soumy - afin d'y établir six couloirs humanitaires et permettre l'évacuation des civils de ces régions. Mais ces corridors supervisés par Moscou et menant en Russie ou Biélorussie ont été rejetés par l'Ukraine, tandis qu'Emmanuel Macron le "cynisme moral et politique" de Vladimir Poutine.

• Le maire de Kiev, l'ancien champion de boxe Vitali Klitschko, était l'invité de BFMTV ce lundi. "Les combats peuvent commencer d'une minute à l'autre", a-t-il déclaré, affirmant toutefois le "patriotisme" des habitants de la capitale ukrainienne: "Les Russes ne s'attendaient pas à autant de soutien de la part de nos citoyens". Il en a appelé à la communauté internationale: "Nous ne luttons pas seulement contre la Russie, mais pour la démocratie en Europe".

Emmanuel Macron s'entretient avec les leaders de la communauté internationale en visioconférence

La visioconférence entre leaders de la communauté internationale au sujet de l'Ukraine a débuté.

Y prennent part Emmanuel Macron mais aussi le président américain Joe Biden, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Selon l'UE, l'Europe peut s'attendre à recevoir "cinq millions d'exilés"

D'après une déclaration ce lundi de Josep Borrell, patron de la diplomatie de l'Union européenne, l'Europe peut s'attendre à accueillir "cinq millions d'exilés" ukrainiens en raison du conflit.

L'Europe peut s'attendre à recevoir cinq millions d'exilés si l'invasion de l'Ukraine par la Russie et les bombardements des villes se poursuivent, a en effet estimé lundi à Montpellier, Josep Borrell.

"Si les bombardements continuent, si on continue à bombarder les villes, de manière indiscriminée, on peut s'attendre à cinq millions d'exilés", a précisé le Haut-représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, lors d'une réunion des ministres européens des Affaires étrangères et du développement.

La Croix-Rouge avertit des besoins "massifs"

La Croix-Rouge a averti lundi que l'urgence humanitaire en Ukraine, provoquée par l'invasion de l'armée russe, allait créer des déplacements et des besoins "massifs", dans le pays même et chez les voisins.

"Le conflit en Ukraine est en passe de devenir la plus importante urgence humanitaire en Europe pour les années à venir", a déclaré Francesco Rocca, le président de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, lors d'un point de presse à Genève.

"Les déplacements et les besoins sont massifs, et ils vont encore grandir aussi bien en Ukraine même, qu'en-dehors", a-t-il souligné. 

Check-Points et sirènes: un Français habitant Jytomyr raconte son quotidien

Jacky Clairbeaux est Français et vit à Jytomyr, ville située à l'Ouest de Kiev. Il a raconté à BFMTV:

"La vie continue dans la ville, rythmée par les sirènes", a-t-il marqué. A son retour dans une ville qu'il avait temporairement quittée, il a remarqué "beaucoup de check-points il faut montrer patte blanche à chaque fois".

Car étant étranger, "les Ukrainiens se méfient un peu donc il faut montrer ses papiers". "La Défense civile est là, avec des hommes avec des kalachnikovs et beaucoup de cocktails Molotov", a-t-il encore noté.

Pologne: un projet de loi pour légaliser le séjour des réfugiés ukrainiens

Le gouvernement polonais a adopté lundi un projet de loi destiné à légaliser et faciliter le séjour des réfugiés ukrainiens en Pologne, pays qui a accueilli déjà plus d'un million de personnes fuyant l'invasion russe.

En vertu de ce projet, qui doit être encore débattu et voté au parlement, les citoyens ukrainiens bénéficieront du droit automatique à un séjour légal de 18 mois, avec la possibilité de prolonger ce permis de séjour de 18 mois supplémentaires.

Les Ukrainiens auront accès au marché du travail, aux services de santé et aux établissements d'éducation.

Le gouvernement prévoit aussi une aide financière aux réfugiés, aux familles d'accueil et aux autorités locales engagées dans l'assistance aux Ukrainiens.

Retrouvez notre interview du maire de Kiev

Vitali Klitschko, maire de Kiev, était l'invité de notre chaîné ce lundi après-midi.

Retrouvez son intervention ici.

Et en vidéo:

"Tout est bombardé, détruit": la consternation d'un habitant de Kharkiv sur BFMTV.

Ievgeni Lutsenko, habitant francophone de Kharkiv, a livré son témoignage sur notre antenne. "Tout est bombardé, détruit", a-t-il dit dénonçant un "insupportable mensonge" russe sur "nous, un pays civilisé qui n'a jamais agressé personne".

Il a pu échanger avec d'autres habitants de sa ville: "Le sentiment des gens c'est de se battre, de se soutenir les uns, les autres".

Le "Z", une lettre devenue le symbole des pro-Russes

D'abord tracé sur les blindés russes, le "Z" est devenu le symbole des pro-Russes du monde entier.

Notre article à retrouver ici en intégralité.

Macron-Biden-Scholz-Johnson: visioconférence au sommet à 16h15

L'Elysée a annoncé ce lundi après-midi qu'une visioconférence se tiendrait à partir de 16h15 entre Emmanuel Macron, le président américain Joe Biden, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

La délégation ukrainienne est arrivée en Biélorussie pour les négociations avec Moscou

La délégation ukrainienne est arrivée lundi en Biélorussie pour la troisième session de négociations avec des représentants de Russie visant à trouver une solution pour mettre fin au conflit armé en Ukraine, ont rapporté les agences de presse russes.

"La délégation ukrainienne est arrivée à Belovejskaïa Pouchtcha (un parc national à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne) à bord de deux hélicoptères pour des négociations avec la Russie", a indiqué l'agence de presse officielle russe TASS.

"Restez aux cotés de l'Ukraine s'il vous plait, restez unis avec nous", déclare le maire de Kiev

"Notre pouvoir c'est l'unité, tous ensemble, avec l'UE, avec tous les pays démocratiques, restez aux cotés de l'Ukraine s'il vous plait, restez unis avec nous", a demandé le maire de la capitale ukrainienne de Kiev Vitali Klitschko lundi sur BFMTV.

"Ensemble et uniquement ensemble, nous pourrons gagner ce défi. C'est un défi pour l'Ukraine mais aussi pour les Français, pour tout le monde démocratique."

"Je suis prêt à me battre" déclare le maire de Kiev

"Je suis un ancien soldat, et j'ai promis que si mon pays avait besoin de ma vie je donnerai ma vie" et " je le ferai" a déclaré sur BFMTV le maire de la capitale ukrainienne de Kiev Vitali Klitschko.

"Je suis ici chez moi, dans ma ville, dans mon pays, et je suis prêt à me battre avec les autres citoyens de ma ville, avec les citoyens ukrainiens", lance-t-il.

Actuellement, "le danger pèse sur tous les Ukrainiens, sur chaque citoyen de ma ville", déclare-t-il, et "moi aussi je suis en danger, mais je suis prêt à me battre".

"Nous avons été dans l'URSS et nous ne voulons pas y revenir", déclare le maire de Kiev

"Nous avons été dans l'URSS et nous ne voulons pas y revenir, notre objectif est de faire partie de la famille européenne", explique le maire de Kiev sur BFMTV ce lundi.

Il explique que l'Ukraine partage "les même valeurs" que l'Europe. Remerciant l'aide humanitaire qui afflue dans le pays, il souligne que "ce n'est pas suffisant, nous devons faire tout ce qui est possible dans ces moments critiques".

"Tous les matins j'espère que ce qu'il s'est passé est un cauchemar", lance le maire de Kiev

"Tous les matins je me réveille et j'espère que ce qu'il s'est passé est un cauchemar", déclare sur BFMTV le maire de la capitale ukrainienne de Kiev Vitali Klitschko.

"Mais je vois la réalité je vois des gens mourir, j'entends des enfants pleurer, la ville est pratiquement vide, il y a beaucoup de gens avec des armes... Jamais je n'aurais imaginé que cette idée folle aurait pu arriver à Poutine, déclare-t-il.

Biden, Macron, Scholz et Johnson s'entretiendront ensemble à 16h30

Le président américain Joe Biden s'entretiendra de la situation en Ukraine à 16h30, heure française, avec Emmanuel Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre britannique Boris Johnson, a annoncé la Maison Blanche.

Cet appel téléphonique aura lieu après une nouvelle nuit de violents bombardements de l'Ukraine par la Russie, et sur fond de débats entre Occidentaux sur les prochaines mesures à prendre contre Moscou.

La population de Kiev est passé de 3 millions à moins de 2 millions selon le maire de la capitale

Depuis le début du conflit, "nous avons évacué plus de 3000 enfants" a assuré le maire de la ville de Kiev Vitali Klitschko ce lundi sur BFMTV. Il a expliqué qu'avant l'attaque, la population de la capitale était d'environ 3,5 millions d'habitants.

Aujourd'hui ils sont moins de 2 millions, "les femmes et les enfants sont partis, pas tout le monde mais la majeure partie des femmes et des enfants sont partis", a-t-il expliqué, même si "certains ne veulent pas partir".

Le maire de Kiev dit attendre "une attaque d'une minute à l'autre"

Dans la capitale, "les combats peuvent commencer n'importe quand", déclare le maire de Kiev sur BFMTV, expliquant attendre "une attaque d'une minute à l'autre".

"Les sirènes d’alarme sonnent dix, vingt fois par jours, les gens passent beaucoup de temps dans les bunkers, nous avons eu également des cas d’explosions dans la ville" raconte-t-il.

Selon le maire de Kiev, "des milliers de personnes ont perdu la vie" dans le conflit avec la Russie

"Poutine veut contrôler la capitale ukrainienne", a expliqué ce lundi sur BFMTV Vitali Klitschko, maire de Kiev, car "Kiev est un avant-poste".

Les soldats ukrainiens "ont de quoi répondre et faire face au plan russe", assure-t-il mais les combats font rage aux abords de la ville et selon lui, "des milliers de personnes ont perdu la vie, ce n'est pas facile mais nous défendons nos familles, nos maisons".

"Des milliers de personnes sont restées pour prendre les armes", lance-t-il, se déclarant "optimiste" sur les suites du conflit.

"Nous luttons pour l'Ukraine mais pas uniquement, nous luttons pour la démocratie en Europe", lance le maire de Kiev

"Tout notre pays au niveau politique est contre les Russes, il faut soutenir l'Ukraine avec de l'aide humanitaire, la soutenir en cette période difficile, car nous luttons pour l'Ukraine mais pas uniquement, nous luttons pour la démocratie en Europe", déclare ce lundi sur BFMTV Vitali Klitschko, maire de la capitale ukrainienne Kiev.

"L'Ukraine a décidé de devenir membre de l'Union Européenne alors que Poutine veut reconstruire l'union soviétique, l'empire russe et c'est une partie importante du puzzle pour lui", explique-t-il.

Boris Johnson défend la politique d'immigration britannique, vantant sa "générosité", après des critiques

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a défendu lundi la politique d'immigration de son gouvernement, vantant sa "générosité" tout en assumant les contrôles qui ont conduit à refuser l'entrée à des réfugiés ukrainiens dépourvus de visa.

Alors que, selon le ministère de l'Intérieur, seulement "environ 50 visas" avaient été accordés dimanche matin dans le cadre du programme de regroupement familial destiné aux réfugiés ukrainiens, Boris Johnson a assuré que des "milliers de dossiers" étaient actuellement traités par les services d'immigration.

Il a cependant averti que le Royaume-Uni ne laisserait pas entrer de réfugiés au Royaume-Uni "sans aucun contrôle ou vérification".  Depuis vendredi, plus de 10.000 réfugiés ukrainiens ont déjà fait une demande pour entrer au Royaume-Uni, selon ses services.

"On a besoin d'armes", lance une habitante de Kiev à l'Europe

"On craint d'être bombardés, car les Russes ne peuvent pas entrer dans la ville, donc on comprend très bien qu'ils vont attaquer Kiev et essayer de détruire comme il l'ont fait à Kharkiv" raconte à BFMTV Alina, Biélorusse vivant dans la capitale ukrainienne de Kiev.

Pour elle, l'armée russe "vise les civils, c'est un choix délibéré". Et si elle explique avoir accès à des provisions, elle appelle à la livraison d'armes pour les Ukrainiens. "L'Europe a commencé à nous aider sur le plan humanitaire, mais ici la société est unanime: il faut nous aider premièrement militairement. On a besoin d'armes" pour faire tenir Kiev, explique-t-elle.

"Si l'Ukraine tombe, ce sont les pays baltes qui seront les suivants, donc il faut agir tous ensemble", lance-t-elle.

Pourquoi les couloirs humanitaires proposés par la Russie ne conviennent pas à Kiev

Plusieurs couloirs humanitaires ont été ouverts par la Russie, partant de villes de l'est de l'Ukraine. Mais ces trajets ne sont pas acceptés par Kiev. Certains corridors mènent en effet en Russie ou en Biélorussie, ce qui n'est pas acceptable pour les autorités ukrainiennes et la communauté internationale.

"En gros, on dit aux habitants de ces villes: 'Vous n'avez pas le choix. Soit vous allez subir un sort épouvantable, soit vous venez comme otages chez nous'", explique le général Jérôme Pellistrandi, consultant Défense pour BFMTV.

Notre article complet à retrouver ICI.

J. K. Rowling prête à donner jusqu'à 1 million de livres pour les enfants ukrainiens

La Britannique J.K. Rowling, auteure de la célèbre saga Harry Potter, a lancé un appel aux dons ce lundi pour venir en aide aux enfants piégés dans des orphelinats en Ukraine, promettant d'égaliser ces dons jusqu'à 1 million de livres sterling.

"Les envahisseurs tuent des enfants ukrainiens" écrit la femme du président Zelensky

Olena Zelenska, la femme du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a publié dimanche soir un message écrit en plusieurs langues sur Instagram, accompagné de photos d'enfants, certains à l'hôpital semblant gravement blessés. Elle a accompagné ce message d'un texte commencant par "les envahisseurs tuent des enfants ukrainiens. Consciemment et cyniquement."

La Première dame liste les noms et âges d'enfants tués en Ukraine pendant l'assault russe, selon ses données. Elle appelle à la fermeture du ciel aux avions russes, et à l'ouverture de couloirs humanitaires.

"Combien d'enfants doivent encore mourir? De tels couloirs humanitaires sont impérieux en ce moment dans les villes les plus attaquées d'Ukraine – N’oubliez jamais que des centaines d'enfants y meurent dans des sous-sols sans nourriture ni soins médicaux", écrit-elle.

Macron dénonce le "cynisme moral et politique" de Poutine sur les couloirs humanitaires

Sur TF1, le président de la République Emmanuel Macron a dénoncé le "cynisme moral et politique" de Vladimir Poutine. Le président russe dit avoir ouvert des couloirs humanitaires sur le territoire ukrainien, qui mènent vers la Russie et son allié biélorusse. Une option depuis refusée par Kiev.

"Il faut que les acteurs de l'humanitaire puissent intervenir, qu'il y ait donc des trêves complètes quand ils interviennent, pour mettre en protection les femmes, les enfants, les hommes qui doivent être protégés, et pouvoir les sortir de la zone de conflit", a expliqué le président.

Il a parlé d'un "discours hypocrite" de la Russie, "qui consiste à dire: 'on va aller protéger les gens pour les emmener en Russie'. Tout cela n'est pas sérieux, c'est du cynisme, moral et politique qui m'est insupportable".

Le résumé des événements à 13 heures ce lundi

Moscou a ouvert des couloirs humanitaires, mais Kiev les refuse, car ils mènent à la Russie. Les conséquences de la guerre se font sentir sur l'économie, avec l'ouverture des bourses européennes dans le rouge. Voici un résumé des principaux évènements de la matinée :

  • Les négociations vont reprendre cet après-midi, à 15 heures (heure de Paris). Kiev refuse pour l'instant les couloirs humanitaires annoncés par Moscou, qui permettraient d'évacuer des civils... vers la Russie. Alors que la majorité des réfugiés veulent rejoindre l'Ouest de l'Europe.
  • La Russie est d'accord pour une réunion avec l'Agence internationale de l'énergie atomique et l'Ukraine, après l'attaque sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine vendredi 4 mars. Samedi 12, une rencontre tri-partite avec l'Ukraine, la Russie et la Turquie aura également lieu, a annoncé ce lundi Ankara.
  • Après des chutes de 4% à 6% vendredi, les Bourses européennes ont ouvert dans le rouge de nouveau. Vers 10 heures, Francfort lâchait 4,48%, Paris 4,25%, Milan 5,28%. L'euro a perdu 1% face au dollar, et le rouble est au plus bas.
  • Enfin, les prix de l'énergie continuent d'augmenter. C'est notamment le cas pour les carburants, dont les prix moyens ont explosé la semaine dernière, dans la foulée du prix du baril, qui a largement dépassé les 100 dollars toute la semaine: + 7,2 centimes sur le litre de sans-plomb 95-E10 et surtout +14 centimes sur le litre de gazole, le carburant le plus consommé en France.

Carburant: à 1,88 euro le litre, le prix du gazole dépasse désormais celui du sans-plomb 95-E10

Les prix de l'énergie continue d'augmenter dans le contexte de la guerre en Ukraine. C'est notamment le cas pour les carburants, dont les prix moyens ont explosé la semaine dernière, dans la foulé du prix du baril, qui a largement dépassé les 100 dollars toute la semaine: + 7,2 centimes sur le litre de sans-plomb 95-E10 et surtout +14 centimes sur le litre de gazole, le carburant le plus consommé en France.

Moscou adopte une liste de pays "hostiles" qui seront remboursés en roubles

Les autorités russes ont établi une liste de pays "hostiles" à la Russie, auxquels les particuliers et les entreprises russes pourront rembourser leurs dettes en roubles, monnaie dont la valeur a perdu 45% depuis janvier, a indiqué lundi le gouvernement.

Cette liste de pays, préparée à la suite d'un décret présidentiel de vendredi, comprend entre autres les pays de l'Union européenne, l'Australie, le Royaume-Uni, le Canada, Monaco, la Corée, les États-Unis, la Suisse et Japon.

La Lituanie presse Washington de durcir sa position face à Moscou

La Lituanie a exhorté lundi le secrétaire d'État américain Antony Blinken, en visite à Vilnius, à durcir l'attitude des États-Unis face à l'invasion russe en Ukraine, au cas où les forces de Moscou iraient plus loin. Le président russe Vladimir Poutine "ne s'arrêtera pas en Ukraine", a dit le président lituanien Gitanas Nauseda à Antony Blinken.

Entretien trilatéral des ministres des Affaires étrangères russe, ukrainien et turc samedi en Turquie

Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu va tenir une réunion trilatérale samedi avec ses homologues russe et ukrainien à Antalya dans le sud de la Turquie, a-t-il annoncé lundi.

"À la suite des initiatives de notre président et de nos intenses efforts diplomatiques, les ministres des Affaires étrangères de la Russie (Sergueï Lavrov) et de l'Ukraine (Dmytro Kuleba) ont décidé de se réunir avec ma participation en marge" du Forum diplomatique d'Antalya, a précisé Mevlüt Cavusoglu dans un message sur Twitter.

Nouvelles négociations avec la Russie lundi à 15 heures, selon Kiev

Le troisième round des négociations avec la Russie doit commencer lundi à 15 heures (heure française) au Bélarus, a annoncé sur Twitter un négociateur ukrainien.

"Troisième round. Début à 16H00 heure de Kiev. Délégation inchangée", a écrit Mykhaïlo Podoliak, membre de la délégation ukrainienne en publiant sa photo avec un hélicoptère en fond de toile. La Russie n'a pas encore confirmé de son côté la tenue de ce troisième round de négociations.

La diplomatie russe demande la protection de ses représentations en France

La Russie a exigé lundi la protection "adéquate" de ses représentations diplomatiques en France, après avoir signalé une "attaque" au cocktail molotov contre l'un de ses centres culturels à Paris, en pleine offensive russe contre l'Ukraine.

La Maison russe des sciences et de la culture, située dans le centre de la capitale française, a été visée dans la nuit de dimanche à lundi par un jet de "bouteille enflammée" qui s'est écrasée contre la grille du bâtiment, sans faire de victime, a indiqué sur Telegram la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

Netflix suspend son service en Russie

La plateforme américaine de vidéo en ligne Netflix a suspendu son service en Russie, ont rapporté dimanche plusieurs médias américains, pour protester contre l'invasion russe de l'Ukraine. Le géant de la vidéo à la demande avait déjà interrompu, plus tôt cette semaine, ses acquisitions en Russie ainsi que ses productions de programmes originaux.

Le maire de Gostomel, aéroport près de Kiev, meurt dans les combats

Le maire de Gostomel, ville qui accueille une base militaire au nord-ouest de Kiev, a été tué par l'armée russe, a indiqué lundi la mairie de cette commune, au douzième jour de l'invasion de l'Ukraine. "Le maire de la ville de Gostomel, Yuri Illitch Prylipko est mort, alors qu'il distribuait du pain et des médicaments aux malades, et réconfortait les blessés", écrit la ville de Gostomel dans un communiqué sur sa page officielle Facebook.

La Russie d'accord pour une réunion avec l'Agence internationale de l'énergie atomique et l'Ukraine

Le représentant russe auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mikhail Ulyanov, annonce ce lundi que Moscou soutient la proposition du directeur de l'AIEA d'organiser une réunion tripartite pour garantir la sécurité des installations nucléaires ukrainiennes.

Dans la nuit du jeudi 3 au vendredi 4 mars, des bombardements russes avaient touché la centrale nucléaire de Zaporijjia, dans le sud de l'Ukraine, émouvant une très large partie de la communauté internationale.

L'euro perd 1% face au dollar, le rouble au plus bas

Le conflit en Ukraine pesait lourdement sur les devises européennes lundi, dont l'euro, les investisseurs se montrant de plus en plus pessimistes sur les perspectives économiques du Vieux Continent alors que le prix de l'énergie s'envole. La possibilité de sanctions sur le pétrole russe faisait perdre 1,1% à l'euro, à 1,0808 dollar vers 11h30, un niveau plus vu depuis mai 2020, tandis que la devise russe atteignait un nouveau plus bas historique à 142,18 roubles pour un dollar.

Le bilan humain varie entre les chiffres donnés par l'Ukraine et la Russie

Après 12 jours de guerre, le bilan humain varie entre les chiffres donnés par l'Ukraine et la Russie. Moscou a annoncé mercredi que 498 de ses militaires avaient été tués en Ukraine, selon le premier bilan annoncé de ses pertes dans cette guerre, qui n'a pas été actualisé depuis. L'Ukraine et des observateurs occidentaux assurent de leur côté que le bilan est très nettement supérieur. Kiev affirme que plus de 11.000 soldats russes sont morts.

L'hymne ukrainien a retenti ce matin à Kiev

Alors que les troupes russes approchent de la capitale ukrainienne en ce 12e jour de guerre, l'hymne de l'Ukraine a résonné ce matin à 7 heures sur Maïdan, la place de l'Indépendance au cœur de Kiev.

Comment Vladimir Poutine met-il la pression sur ceux qui l'entourent?

Après bientôt deux semaines de guerre en Ukraine, alors que l'offensive russe se durcit tragiquement, qui a encore les moyens d'arrêter Vladimir Poutine ? En 22 ans de pouvoir, le maître du Kremlin s’est enfermé et isolé dans son obsession de reconstruire une Russie puissante.

"Poutine l’incontrôlable", une enquête de Caroline Mier, Pauline Revenaz et Elodie Noiret à retrouver en intégralité ce lundi soir sur BFMTV.

La Chine va fournir une aide humanitaire à l'Ukraine

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a annoncé ce lundi que la Croix Rouge chinoise fournira une aide humanitaire "dès que possible" à l'Ukraine. Pour autant, l'amitié entre Pékin et Moscou est "solide comme un roc", a-t-il assuré.

En six jours, les États-Unis et l'Otan ont envoyé 17.000 missiles antichars à l'armée ukrainienne

Un pont aérien sans précédent a été mis en place par les Etats-Unis et les pays membres de l'Otan pour envoyer vers l'Ukraine de l'armement permettant de faire face à l'invasion russe. Selon le New York Times, 17.000 armes antichars ont été envoyés en seulement six jours aux forces armées ukrainiennes.

L'Europe peut s'attendre à 5 millions de réfugiés, selon Josep Borrell

"On est déjà à un million et demi de réfugiés en une semaine. Si les bombardements continuent comme ça, s’ils [les Russes] continuent à bombarder les villes de manière indifférenciée, on peut s’attendre à 5 millions (…) d’exilés qui cherchent à échapper à la guerre", a déclaré ce lundi Josep Borrell, Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité.

La Russie absente lors d'audiences devant la CIJ sur la guerre en Ukraine

La Russie était absente lundi lors de l'ouverture des audiences devant la Cour internationale de justice (CIJ) dans une procédure initiée par l'Ukraine, qui demande au plus haut tribunal de l'ONU d'ordonner à Moscou de stopper son invasion militaire.

"La cour déplore la non-comparution de la Fédération de Russie lors de cette procédure orale", a déclaré Joan Donoghue, juge présidente de la CIJ, indiquant avoir été notifiée de cette absence par l'ambassadeur russe aux Pays-Bas, où siège la cour.

Kiev refuse les couloirs humanitaires vers la Biélorussie et la Russie proposés par Moscou

Le gouvernement ukrainien a annoncé ce lundi matin refuser les couloirs humanitaires proposés par Moscou.

"Ce n'est pas une option acceptable", a déploré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. Selon elle, les civils appelés par les Russes à être évacués des villes de Kharkiv, Kiev, Marioupol et Soumy "n'iront pas au Bélarus pour ensuite prendre l'avion et aller en Russie".
Des couloirs humanitaires ont été annoncés lundi 7 mars par Moscou.
Des couloirs humanitaires ont été annoncés lundi 7 mars par Moscou. © Capture d'écran

"La cause ukrainienne, c'est la cause de la liberté": un combattant français témoigne sur BFMTV

Florent Coury a quitté son travail et la France pour aller combattre l'armée russe aux côtés de l'Ukraine. Il est le premier français intégré dans la légion internationale ukrainienne et témoigne ce lundi sur BFMTV.

"Ce qui se passe en Ukraine est relativement simple: il y a un agresseur et un agressé, il y a des enfants qui dorment dans le métro de Kiev. Et ces enfants, ce sont les nôtres."

Le gaz européen s'enflamme de 60% à plus de 300 euros le mégawattheure

Le prix du gaz naturel a atteint un nouveau record historique sur le marché européen, alors que des sanctions sur l'énergie russe sont discutées par les États-Unis et l'Union européenne face à l'invasion de l'Ukraine.

La crainte de perturbations des exportations en provenance de Russie, qui fournit 40% des importations de gaz européen, faisait grimper la référence du marché en Europe, le TTF néerlandais, à un nouveau record, à 345 euros le mégawattheure (MWh).

Neuf personnes tuées dans le bombardement de l'aéroport de Vinnytsia

Des frappes russes ont détruit ce dimanche l'aéroport de la ville de Vinnytsia, à quelque 200 kilomètres au sud-ouest de Kiev. Au moins neuf personnes ont été tuées, ont annoncé les secours ukrainiens.

"Lundi, quinze personnes ont été dégagées des décombres, dont neuf personnes décédées: cinq civils et quatre soldats", ont-ils indiqué sur Telegram, précisant que "les recherches continuaient" pour retrouver d'autres victimes éventuelles.

Carburants: Michel-Edouard Leclerc prévoit une hausse des prix de "8 à 10 centimes" cette semaine

Rien ne devrait pouvoir stopper la hausse des prix du carburants dopés par la flambée des cours du pétrole (le prix du baril de Brent de la mer du Nord a frôlé les 140 dollars dimanche proche de son record absolu) eux-mêmes alimentés par la guerre en Ukraine.

Interrogé ce lundi par Franceinfo, Michel Edouard-Leclerc, président du comité stratégique des centres Leclerc, estime même que la hausse des prix à la pompe devrait êtrer violente cette semaine.

"La barre mythique des 2 euros (le litre, NDLR) est dans toutes les têtes. On y arrive à Paris cette semaine. Il va avoir une augmentation de 8 à 10 centimes dans toutes les stations de France dans la semaine", indique le dirigeant.

Alstom et Société Générale, fortement exposés à la Russie, perdent plus de 10% à la Bourse de Paris

Les actions d'Alstom, Société Générale, et d'autres entreprises exposées à la Russie dégringolaient à nouveau lundi, en raison des sanctions occidentales qui isolent économiquement la Russie.

Alstom, qui détient une participation de 20% dans le constructeur ferroviaire Transmashholding, chutait de 12,45%, Société Générale, présent via sa filiale Rosbank, reculait de 10,41%.

Les constructeurs automobiles Renault (-7,83%) et Stellantis (-10,05%) qui exploitent des usines en Russie étaient également pénalisés.

Bruno Le Maire appelle tous les Français à "faire un effort" sur leur consommation d'énergie

Interrogé sur la hausse des prix de l'énergie, Bruno Le Maire estime qu'il faut "tous faire un effort." "Il faut tous prendre conscience que nous entrons dans un monde nouveau. Tous prendre conscience qu'il va falloir accélérer notre indépendance vis-à-vis des énergies fossiles", a déclaré le ministre de l'Économie sur BFMTV.

Nouvelle chute des Bourses européennes à l'ouverture

Les Bourses européennes ont de nouveau chuté à l'ouverture lundi, face aux conséquences économiques de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, dont une envolée des prix du pétrole qui pourrait accentuer l'inflation déjà élevée. La Bourse de Francfort lâchait 4,10%, Paris 4,04%,, Milan 4,58% et la place de Londres, qui est plus résiliente depuis le début de cette crise, perdait 1,05% dans les premiers échanges.

Bruno Le Maire : une "réponse" sera apportée "à tous les Français les plus touchés par la crise"

Invité sur BFMTV ce lundi, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire assure que l'État est "prêt à faire davantage" sur la hausse des prix de l'énergie. Mais "ça ne sera pas un quoi qu'il en coûte qui consisterait à verser de l'essence sur un incendie", prévient le ministre.

Il faut apporter des réponses ciblées et efficaces sur ceux qui en ont le plus besoin.

Plus de 5000 manifestants opposés à l'invasion de l'Ukraine arrêtés en Russie

Au moins 5000 personnes manifestant sans autorisation contre l'intervention militaire en Ukraine ont été arrêtées dimanche dans 69 villes de Russie, a indiqué lundi l'ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations.

Il s'agit d'un nombre d'une ampleur inédite en une seule journée, bien plus que lors de la vague de protestations début 2021 à travers le pays contre l'emprisonnement de l'opposant Alexeï Navalny.

Guerre en Ukraine: le point à 9 heures

Voici l'essentiel des informations à retenir, ce lundi matin, au 12e jour de l'invasion russe en Ukraine:

Moscou a promis d'ouvrir des couloirs humanitaires, pour évacuer les civils de plusieurs villes. Sont concernées: Kiev, la capitale, Kharkiv, Soumy et Marioupol. Par deux fois des cessez-le-feu et des opérations d'évacuations des civils ont été annoncées ce week-end pour Marioupol, avant d'être interrompues car les combats continuaient.

• Si l'annonce russe de ce lundi matin peut sembler aller dans le bon sens, elle s'accompagne d'un imbroglio diplomatique. Vladimir Poutine a précisé mettre en place ces corridors humanitaires "vers la Russie" à la suite d'une demande d'Emmanuel Macron, lors de leur appel de dimanche. Une version depuis contestée depuis l'Élysée.

• Sur le terrain, les bombardements ont continué sur plusieurs fronts, dans la banlieue qui entoure la capitale Kiev, ainsi que de la seconde ville du pays, Kharkiv. Les combats se rapprochent également d'Odessa, principal port ukrainien, que les Russes seraient sur le point d'envahir selon les déclarations du président Volodymyr Zelensky. Des missiles russes, tirés depuis la mer, se sont abattus ce lundi sur le village de Touzly, selon un porte-parole militaire régional, Sergueï Bratchouk.

• Une troisième séance de négociations entre Russes et Ukrainiens est prévue lundi. Mais les espoirs de succès sont minces, le président russe Vladimir Poutine ayant posé comme condition préalable à tout dialogue l'acceptation par Kiev de toutes les exigences de Moscou. Une détermination qu'il a rappelé, dimanche, lors de son échange avec Emmanuel Macron.

• Les conséquences du conflit en Ukraine se font de nouveau ressortir sur les tarifs de l'énergie. Le prix du pétrole, le baril de Brent frôle les 140 dollars, proche de son record absolu.

Le porte-parole de l'ambassade de Russie en France : "'Bombarder', je dirais que c'est un gros mot"

Au douzième jour de la guerre en Ukraine, le porte-parole de l'ambassade russe en France remet en cause l'ampleur des bombardements réalisés dans l'Est du pays. "'Bombarder', je dirais que c'est un gros mot", déclare même Alexander Makogonov, invité ce lundi sur France 2.

"'Bombarder', je dirais que c'est un gros mot. Si on mène une opération autour de Kiev, il s'agit d'une opération très ciblée qui est menée avec des armes de précision."

Pékin assure que l'amitié entre la Chine et la Russie "solide comme un roc"

L'amitié entre Pékin et Moscou est "solide comme un roc" a assuré ce lundi le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, en dépit de la condamnation internationale de l'invasion russe de l'Ukraine.

"L'amitié entre les deux peuples est solide comme un roc et les perspectives de coopération future sont immenses", a affirmé devant la presse Wang Yi, précisant que la Chine était prête à participer "en cas de besoin" à une médiation internationale pour résoudre le conflit en Ukraine.

Emmanuel Macron n'a "pas demandé des couloirs humanitaires vers la Russie", contrairement à ce qu'affirme Moscou

Des couloirs humaitaires ont été annoncés par Moscou ce lundi, mais ils seront entre plusieurs villes ukrainiennes et la Russie. L'armée russe précise que cette décision a été prise après une "demande personnelle" du président français Emmanuel Macron.

Auprès de BFMTV, l'Élysée dément. "Le président de la République n'a pas ni demandé ni obtenu des couloirs vers la Russie après sa conversation avec Vladimir Poutine. Le président de la République demande de manière insistante de laisser partir les populations civiles et de permettre l'acheminement de l'aide."

"C'est une manière encore pour Poutine de pousser son narratif et de dire que ce sont les Ukrainiens les agresseurs et eux qui offrent l'asile à tous."

L'ambassadeur de France en Ukraine n'est "pas du tout certain que Kiev va tomber"

Sur RTL, Étienne de Poncins, l'ambassadeur de France en Ukraine, est revenu sur la résistance des Ukrainiens face à l'invasion russe. "C'est toute la nation ukrainienne qui se lève", a-t-il déclaré.

Le diplomate, qui a avancé le chiffre de "65.000 Ukrainiens qui sont revenus dans leur pays pour prendre les armes", n'a pas exclu l'hypothèse de revenir à Kiev au sein de l'ambassade française.

"Il n'est pas du tout certain que Kiev va tomber", a annoncé l'ambassadeur. "Occuper Kiev sur la durée, c'est autre chose, surtout si les troupes russes font face à une guérilla", a-t-il ajouté.

L'évacuation des Français est "en bonne voie" annonce l'ambassadeur de France en Ukraine

Invité de RTL ce matin, l'ambassadeur de France en Ukraine Étienne de Poncins a révélé que l'évacuation des ressortissants français d'Ukraine était "en bonne voie".

"Depuis le 19 février, nous incitons les Français qui sont en Ukraine à quitter le pays. Ils étaient 1700 au départ. On a maintenant un flux presque continu de sortie. Ils sont encore 300 sur les routes, et un autobus part presque chaque jour, de Lviv ou Kiev. Nous estimons que dans les prochains jours, il restera 300 Français sur place, principalement des franco-ukrainiens qui ne souhaitent pas partir", a déclaré l'ambassadeur.

Des responsables américains accusent Moscou d'embaucher des mercenaires syriens pour aller se battre en Ukraine

Des responsables américains affirment que Moscou recrutent depuis quelques jours des mercenaires syriens pour aller se battre en Ukraine, comme l'a révélé dimanche le Wall Street Journal.

Selon ces mêmes sources, la Russie, qui est présente en Syrie depuis 2015, espère que leur expertise en guérilla urbaine pourra être utile pour prendre la ville de Kiev.

Pétrole: le baril de Brent frôle les 140 dollars, proche du record absolu

L'arrêt quasi-total des exportations russes continuent de faire flamber les prix du pétrole. Le baril de Brent de la mer du Nord a frôlé lundi matin les 140 dollars, proche du record absolu.

Dans la foulée, les Bourses de Tokyo et de Hong Kong chutaient de plus de 3% lundi matin. Et l'or, valeur-refuge par excellence, a dépassé les 2000 dollars l'once.

L'envolée des cours du pétrole intervient après des déclarations dimanche du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, selon qui les États-Unis et l'Union européenne discutent "très activement" de la possibilité d'interdire les importations de pétrole russe.

>> Plus d'informations à retrouver ici.

L'armée russe annonce un cessez-le-feu pour permettre aux civils d'évacuer

Pour permettre aux civils d'évacuer à Kiev, Marioupol, Kharkiv et Soumy, l'armée russe a annoncé l'instauration d'un cessez-le-feu à partir de ce lundi.

"Les forces russes, dans un but humanitaire, déclarent un 'régime de silence' à partir de 10h le 7 mars et l'ouverture de couloirs humanitaires", a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Le communiqué ne précise pas si les couloirs ouvriront à l'heure locale en Ukraine (9h heure de Paris) ou à celle de Moscou (8h heure de Paris) et combien de temps ils resteront ouverts.

>> Plus d'informations à retrouver ici.

La Russie annonce l'ouverture de plusieurs couloirs humanitaires

Le ministère de la Défense russe a annoncé ce lundi l'ouverture de plusieurs couloirs humanitaires dans les villes de Kiev, Marioupol, Kharkiv et Soumy.

Cette décision fait suite à la demande formulée par Emmanuel Macron à Vladimir Poutine lors de leur appel téléphonique de dimanche.

D'intenses bombardements ont visé Kharkiv durant la nuit

Dans la nuit de dimanche à lundi, la ville de Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine, a été la cible d'intenses bombardements.

Selon un journaliste de l'Agence France Presse, ces frappes ont visé le complexe sportif d'une université locale ainsi que des immeubles civils.

Depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, Kharkiv, situé dans le nord-est du pays, est la cible de violentes frappes de la part de l'armée russe. Le siège du gouvernement local a été visé, ainsi que des habitations, faisant de nombreuses victimes.

L'état-major ukrainien a annoncé que les forces russes concentrent actuellement leurs efforts sur Kharkiv, Tcherniguiv, Soumy et Mykolaïev, accumulant "leurs ressources pour lancer un assaut" sur Kiev.

Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se sont entretenus ce dimanche

Les présidents français et russes ont échangé pendant 1h45 au téléphone ce dimanche, évoquant notamment les craintes de la communauté internationale quant à la sécurité autour des centrales nucléaires ukrainiennes, menacées par les combats en cours.

Selon l'Elysée, Vladimir Poutine a assuré à Emmanuel Macron "qu'il était prêt à respecter les normes de l'AIEA pour la protection des centrales".

>> Ce que se sont dit Vladimir Poutine et Emmanuel Macron

De nouvelles négociations prévues en ce 12e jour de guerre

Une troisième séance de négociations entre Russes et Ukrainiens est prévue ce lundi. Mais les espoirs de succès sont minces, le président russe Vladimir Poutine ayant posé comme condition préalable à tout dialogue l'acceptation par Kiev de toutes les exigences de Moscou, notamment la démilitarisation de l'Ukraine et un statut neutre pour le pays.

Bonjour à tous !

Bienvenue sur ce direct consacré au suivi de ce 12e jour de guerre en Ukraine.

BFMTV