BFMTV
Europe

Ukraine: la plus grande centrale nucléaire d'Europe touchée par des frappes russes, sa sécurité "garantie"

Selon Kiev, des tirs de chars russes sur la centrale de Zaporijjia ont mis le feu à un bâtiment consacré aux formations et à un laboratoire. Les services de secours ont pu accéder au site et éteindre l'incendie, après en avoir été un temps empêchés par les soldats russes.

A-t-on frôlé la catastrophe? La plus grande centrale nucléaire d'Europe, Zaporijjia, située dans le centre de l'Ukraine, a été touchée dans la nuit de jeudi à vendredi par des tirs de l'armée russe qui ont provoqué un incendie, mais sa sécurité est "garantie" selon Kiev.

• La centrale visée par des tirs russes

Selon Kiev, dans la nuit de vendredi, des tirs de chars russes sur la centrale provoquent un incendie dans un bâtiment consacré aux formations et dans un laboratoire. Peu après, les services de secours indiquent ne pas pouvoir accéder au site pour intervenir, empêchés par les soldats russes.

"L'envahisseur n'autorise pas les unités des secours publics ukrainiens à entamer l'extinction de l'incendie", déplorent les secours ukrainiens dans un communiqué, précisant qu'un seul des six réacteurs de le centrale fonctionnait.
Une image de l'incendie qui s'est déclaré sur une unité de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, après une frappe russe, le 4 mars 2022.
Une image de l'incendie qui s'est déclaré sur une unité de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, après une frappe russe, le 4 mars 2022. © BFMTV

>> Retrouvez toute l'actualité en direct dans notre live

• Appels à cesser les tirs

Immédiatement, les réactions se multiplient, appelant les Russes à cesser les tirs.

"Si ça explose, ce sera 10 fois pire que Tchernobyl! Les Russes doivent IMMEDIATEMENT cesser le feu, laisser passer les pompiers et permettre un périmètre de sécurité", a ainsi écrit sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.

Dans la foulée, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) lui emboîte le pas. "L'AIEA "appelle à cesser l'usage de la force et avertit d'un grave danger si les réacteurs sont touchés", a tweeté l'organisation, précisant que son directeur général Rafael Mariano Grossi est en contact avec les autorités ukrainiennes et l'opérateur de la centrale pour évaluer la situation."

Après un appel avec Volodymyr Zelensky, le président américain Joe Biden a aussi réagi, exhortant "la Russie à cesser ses activités militaires dans la zone et permettre aux pompiers et services de secours d'accéder au site" de la centrale, a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

• L'incendie éteint, la sécurité des lieux "garantie"

Les secours ukrainiens ont finalement pu accéder au site de la centrale nuclaire pour stopper la propagation de l'incendie, puis l'éteindre à 6h20 locales (4h20 GMT). "La sécurité nucléaire est maintenant garantie", a affirmé sur Facebook Oleksandre Staroukh, chef de l'administration militaire de la région de Zaporijjia. L'attaque n'a fait aucune victime, ont indiqué les secours ukrainiens sur Facebook.

Les équipements "essentiels" n'ont pas été touchés, a tenu à rassurer l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), dans un tweet.

Les niveaux de radioactivité restent inchangés sur le site de la centrale, qui compte six réacteurs nucléaires et fournit une grande partie de l'énergie du pays, a précisé l'organisme.

Une image de l'incendie qui s'est déclaré sur une unité de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, après une frappe russe, le 4 mars 2022.
Une image de l'incendie qui s'est déclaré sur une unité de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, après une frappe russe, le 4 mars 2022. © BFMTV

• Les forces russes sur le territoire de la centrale nucléaire

Si l'incendie a pu être éteint, les forces russes occupent désormais le territoire de la centrale nucléaire, a indiqué l'agence d'inspection des sites nucléaires, assurant que le personnel assurait l'exploitation du site.

"Le territoire de la centrale nucléaire de Zaporoijjia est occupé par les forces armées de la Fédération de Russie. Le personnel opérationnel contrôle les blocs énergétiques et assure leur exploitation en accord avec les exigences des règlements techniques de sécurité d'exploitation", a indique l'organisme d'État ukrainien.

• Zelensky accuse Moscou de vouloir "répéter" Tchernobyl

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé Moscou de recourir à "la terreur nucléaire" et de vouloir "répéter" la catastrophe de Tchernobyl, après ce bombardement. Selon lui, ce sont des chars russes qui ont ouvert le feu sur la centrale.

"Ces chars sont équipés de viseurs thermiques donc ils savent ce qu'ils font, ils s'étaient préparés", a-t-il affirmé dans une vidéo publiée par la présidence ukrainienne. "L'Ukraine compte quinze réacteurs nucléaires. S'il y a une explosion, c'est la fin de tout. La fin de l'Europe. C'est l'évacuation de l'Europe", a-t-il poursuivi.

"Seule une action européenne immédiate peut stopper les troupes russes. Il faut empêcher que l'Europe ne meure d'un désastre nucléaire", a ajouté le président ukrainien.

• Boris Johson appelle à une réunion d'urgence à l'ONU

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a de son côté appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU "dans les prochaines heures".

Les "actions irresponsables" du président russe Vladimir Poutine peuvent "menacer directement la sécurité de toute l'Europe", a-t-il dénoncé.

Cy.C avec AFP