BFMTV

Premiers couacs: la mise au point d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron sur le perron de l'Élysée le 28 juillet 2017

Emmanuel Macron sur le perron de l'Élysée le 28 juillet 2017 - Bertrand Guay-AFP

Après les maladresses des députés LREM à l'Assemblée, des couacs de communication sans compter une baisse de popularité, Emmanuel Macron est contraint de rappeler ses troupes à l'ordre, lui qui se voyait en président jupitérien.

Controverse sur le budget de la Défense, recadrage puis démission du chef d'état major des armées, maladresses des députés LREM à l'Assemblée nationale, polémique sur la baisse des APL, sans compter sa chute de popularité dans les sondages, Emmanuel Macron a procédé à de premières mises au point.

"C'est du pipi de chat"

Comme le révèle Le Figaro ce lundi, le président de la République a recadré les membres de son gouvernement lors d'un conseil des ministres fin juillet. Emmanuel Macron leur a demandé "d'anticiper" et de "donner du sens" aux décisions. Lors d'un précédent conseil des ministres mi-juillet, il les avait déjà assaisonnés quant au contenu des notes qu'ils lui font parvenir.

"C'est du pipi de chat, ce qui me remonte actuellement de certaines de vos notes", a-t-il sévèrement jugé.

"Si vous continuez, vous aurez disparu"

Le locataire de l'Élysée a même mis en garde ses troupes, les prévenant qu'ils risquaient de "disparaître" s'ils ne rectifiaient pas le tir. 

"Ne vous laissez pas enfermer dans le confort des documents rédigés par vos administrations. Certes, cela peut vous paraître sympathique et confortable de vous placer entre leurs mains. Mais vous verrez, dans six mois, si vous continuez, vous aurez disparu."

Le quotidien Le Monde rapporte également qu'Emmanuel Macron a réuni sa garde rapprochée - dont Richard Ferrand et Christophe Castaner - à l'Élysée la semaine dernière afin de "reprendre la main", d'évoquer le fonctionnement de La République en marche (LREM) et de préparer la rentrée.

Une stratégie de communication revue

À la suite des nombreux couacs à l'Assemblée nationale, le président de la République a demandé au président du groupe LREM de parfaire la formation des nouveaux parlementaires. Et a même demandé que certains responsables dépassés par la tâche soient remplacés.

Alors que l'ancien ministre de l'Économie se voyait en chef d'État jupitérien, avec une parole présidentielle rare, l'Élysée a déjà dû assouplir sa communication: de plus en plus de conseillers commencent à donner des explications, indique Le Figaro. Y compris sur Twitter. À l'exemple de Stéphane Séjourné, le conseiller politique du président, qui a dénoncé sur le réseau social l'opposition parlementaire "qui teste la résistance de la majorité en multipliant les incidents de séance, technique bien connue de la politique à l'ancienne".

Autre point sur lequel Emmanuel Macron souhaite des améliorations: la communication gouvernementale. Le président n'aurait pas apprécié l'interview donnée au Parisien mi-juillet de Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des comptes publics, dans laquelle il dévoilait le plan pour économiser 4,5 milliards d'euros et évoquait la baisse controversée de 850 millions d'euros pour le budget de la Défense.

Céline Hussonnois-Alaya