BFMTV

Ce que signifie le président "jupitérien" que souhaite incarner Macron

Emmanuel Macron le 14 mai 2017 sur les Champs-Élysées

Emmanuel Macron le 14 mai 2017 sur les Champs-Élysées - Alain Jocard-AFP

Il l'avait annoncé dès le mois d'octobre dernier: Emmanuel Macron sera un chef de l'État "jupitérien". Si la métaphore mythologique semble emphatique, elle a le mérite d'être porteuse de nombreux symboles. Décryptage.

Après "l'hyperprésident" de Nicolas Sarkozy et la présidence "normale" de François Hollande, Emmanuel Macron souhaite incarner un président "jupitérien". Il l'avait assuré dès le mois d'octobre 2016. La France a besoin d'un chef de l'État "jupitérien", déclarait-il dans un entretien à Challenges alors qu'il n'était encore que le candidat d'En Marche! le mouvement qu'il avait lui-même fondé quelques mois plus tôt.

"Ce n'est pas un simple dieu, c'est le roi des dieux"

Un président "jupitérien" serait donc un chef de l'État qui tient de Jupiter -le dieu romain qui gouverne la terre, le ciel et tous les autres dieux- et "en a le caractère impérieux, dominateur", précise le Larousse.

"Jupiter, dans la mythologie, ce n'est pas un simple dieu, c'est le roi des dieux et protecteur de la cité, au sens de l'ensemble des citoyens, en l'occurrence, pour nous, la République", remarque pour BFMTV.com Marie Treps, sémiologue.

Selon la linguiste, auteure de "Maudits mots: la fabrique des insultes racistes", Emmanuel Macron a marqué le début de son quinquennat par une série de symboles, comme au soir de son élection devant la Pyramide du Louvre. "Il essaie, par cette succession d'images, d'impulser un retour à un président fort."

La figure consensuelle de Jupiter

Mais comme l'analyse Julien Longhi, professeur de linguistique à l'université de Cergy-Pontoise pour BFMTV.com, il ne faut pas voir dans l'emploi de "jupitérien" un adjectif prétentieux.

"Emmanuel Macron, ancien ministre de l'Économie de François Hollande, cherchait un terme pour exprimer le contraire du 'président normal'. 'Extraordinaire' ou 'exceptionnel' auraient été malvenus. La référence mythologique est habile et porteuse d'une symbolique qui a l'avantage de revenir à la verticalité du pouvoir. Jupiter est le dieu des dieux, celui qui commande, Emmanuel Macron prend de la noblesse tout en se dégageant de la politique politicienne."

Dans cette même interview à Challenges, Emmanuel Macron citait également comme modèles le général de Gaulle et François Mitterrand, qui avaient tous deux "une capacité à éclairer, une capacité à savoir, une capacité à énoncer un sens et une direction ancrés dans l'histoire du peuple français", selon lui. "Emmanuel Macron aurait pu tout aussi bien assurer qu'il serait un président gaulliste ou mitterrandien, mais ces figures ont des connotations partisanes, alors que celle de Jupiter est consensuelle", ajoute Julien Longhi.

Rester au-dessus de la mêlée

En somme, un président comme l'étaient ceux de la Ve République avant 2007. C'est d'ailleurs ce qu'assurait son entourage au Monde début avril: Emmanuel Macron souhaiterait "revenir à la lettre et à l'esprit de la Ve" République. Ce que confirme pour BFMTV.com Alexandre Eyries, enseignant-chercheur en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Bourgogne-Franche-Comté.

"Emmanuel Macron affiche un retour aux sources de la Ve avec un pouvoir exécutif absolu. Il a tiré les leçons de ses deux prédécesseurs. François Hollande a essuyé de nombreux couacs de communication, qui lui ont certainement coûté son quinquennat. Emmanuel Macron ne veut pas entamer sa crédibilité dans des querelles intestines de ses ministres pour rester au-dessus de la mêlée. Nicolas Sarkozy, 'l'hyperprésident', a pris en charge toutes les fonctions ministérielles et a donné une impression d'éparpillement. Emmanuel Macron veut faire l'inverse: occuper pleinement sa place et rester à son niveau sans empiéter sur celle de ses ministres afin de ne pas les affaiblir, et lui-même par ricochet."

Trouver la bonne distance

Un premier indice corrobore déjà cette hypothèse: au jour de son investiture, il a remonté les Champs-Élysées en véhicule militaire. "Emmanuel Macron veut donner de la hauteur à la fonction présidentielle et redonner de sa puissance symbolique, indique Alexandre Eyries, également auteur de "Lectures critiques en communication". Il veut fixer le cadre, donner la marche à suivre, avec panache et autorité, sans que cela ne soit discuté."

Tout l'enjeu pour le nouveau locataire de l'Élysée sera de trouver la bonne distance. "L'autorité impose une certaine hauteur, estime Alexandre Eyries. Mais il ne faudra pas qu'il apparaisse comme un monarque républicain, ni qu'il se coupe du peuple." Le calcul devra donc être fait avec doigté. Et, comme l'ajoute Marie Treps, d'autorité à autoritaire, "il n'y a qu'un pas".
https://twitter.com/chussonnois Céline Hussonnois Journaliste BFMTV