BFMTV
Russie
en direct

Guerre en Ukraine: les troupes russes se trouvent toujours à une quinzaine de kilomètres de Kiev

Au 15e jour depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, les combats ne faiblissent pas. Ce jeudi, les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien doivent se rencontrer en Turquie.

Ce direct est terminé

Merci de l'avoir suivi sur BFMTV.com. Pour suivre l'actualité du 16e jour de guerre en Ukraine, rendez-vous sur ce direct.

Facebook assouplit son règlement sur les discours violents contre l'armée russe

Facebook a annoncé jeudi faire des exceptions à son règlement sur les contenus violents et haineux en ne supprimant pas des messages hostiles à l'armée et aux dirigeants russes.

"En raison de l'invasion russe de l'Ukraine, nous faisons preuve d'indulgence pour des formes d'expression politique qui enfreindraient normalement nos règles sur les discours violents telles que 'mort aux envahisseurs russes'", a confirmé Andy Stone, responsable de la communication de Meta, la maison mère de Facebook.

"Nous continuons de ne pas autoriser des appels à la violence crédible contre des civils russes."

Le point sur la guerre en Ukraine à minuit

La Russie a tué plus de civils que de militaires selon le ministère de la Défense ukrainien. Oleksiï Reznikov a par ailleurs déclaré que Moscou menait une "guerre terroriste" contre Kiev.

Kiev accuse Moscou d'avoir attaqué un institut de physique abritant un "réacteur nucléaire expérimental". Le bombardement a causé un incendie dans une auberge à proximité selon les autorités.

Washington affirme que l'Ukraine n'a pas vraiment besoin d'avions contre les forces russes. Les Américains estiment en revanche qu'il pourrait être utile de livrer des systèmes de défense sol-air à Kiev.

Selon Volodymyr Zelensky, 100.000 personnes ont été évacuées des villes ukrainiennes en deux jours. Il a par ailleurs accusé Moscou d’avoir « attaqué » un convoi humanitaire à destination de Marioupol.

Volodymyr Zelensky accuse Moscou d'une "attaque" sur un couloir humanitaire vers Marioupol

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé les troupes russes d'avoir attaqué un couloir humanitaire aux alentours de Marioupol ce jeudi.

Volodymyr Zelensky estime qu'environ 100.000 personnes ont été évacuées en deux jours des villes ukrainiennes

Le président ukrainien a estimé ce jeudi soir qu'environ 100.000 personnes ont été évacuées des villes ukrainiennes sur les deux derniers jours.

Interpol renforce ses contrôles pour la Russie mais refuse de suspendre le pays

Interpol a annoncé jeudi un renforcement des procédures de contrôle appliquées dans la transmission des messages de la Russie aux autres pays membres, mais est restée sourde aux appels de plusieurs pays occidentaux lui ayant demandé de suspendre Moscou.

"Pour éviter tout abus potentiel des réseaux d'Interpol en rapport avec la recherche d'individus dans le cadre ou en marge du conflit en Ukraine, des mesures renforcées de supervision et de contrôle concernant la Russie ont été mises en oeuvre par le Secrétariat général", a indiqué l'organisation internationale de coopération policière dans un communiqué.

Ainsi, "le bureau central national (NCB) d'Interpol à Moscou ne peut plus envoyer directement ses messages aux autres pays membres", explique Interpol. "Ils doivent désormais être adressés au Secrétariat général" de l'organisation "pour vérifier s'ils respectent les règles d'Interpol". Ce n'est qu'à cette seule condition que le Secrétariat général "les adressera alors aux pays membres".

Kiev accuse Moscou d'avoir attaqué un institut de physique abritant un "réacteur nucléaire expérimental"

Le Parlement ukrainien a accusé la Russie sur Twitter d'avoir bombardé l'Institut de physique et de technologie de Kharkiv ce jeudi. "Un réacteur nucléaire expérimental est situé à l'intérieur", assure l'institution.

D'après le Parlement, l'attaque a entraîné un incendie dans une auberge voisine.

La Russie a tué plus de civils que de militaires selon le ministère de la Défense ukrainien

Une accusation claire. Ce jeudi, le ministère de la Défense ukrainien Oleksiï Reznikov a déclaré que les forces russes ont tué plus de civils que de militaires depuis le début de la guerre selon des propos relayés par le média The Kyiv Independant.

Il accuse par ailleurs Moscou de mener une "guerre terroriste" en Ukraine.

Des lions, des tigres et d'autres félins réfugiés en Espagne et en Belgique

Six lions, des tigres et d'autres félins évacués d'Ukraine sont arrivés dans des refuges pour animaux situés en Espagne et en Belgique après un périlleux voyage en camion au cours duquel le véhicule s'est retrouvé face à des chars russes et dû éviter les zones bombardées, ont indiqué les associations qui les ont recueillis.

Les lions, ainsi que six tigres, deux autres félins et un chien sauvage, sont arrivés la semaine dernière dans un parc zoologique situé en Pologne en provenance d'un refuge pour animaux des environs de Kiev après un périple de deux jours en contournant les zones de guerre.

Quatre lions et un chien sauvage ont été recueillis mercredi à Alicante dans l'est de l'Espagne par un centre géré par l'association néerlandaise de protection des animaux AAP, a indiqué cette organisation dans un communiqué.

Washington affirme que l'Ukraine n'a pas vraiment besoin d'avions contre les forces russes

Les États-Unis ont affirmé jeudi que l'Ukraine n'avait pas vraiment besoin d'avions de combat pour contrer les attaques russes, mais ont envisagé de lui fournir davantage de systèmes de défense sol-air.

"Les avions, ce n'est pas ce dont nos partenaires ukrainiens ont principalement besoin en ce moment", a déclaré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price devant la presse.

"Quand on analyse la destruction semée par le Kremlin sur des régions d'Ukraine, c'est essentiellement dû à des missiles", "à des roquettes", "à des tirs d'artillerie", a-t-il estimé. "Les avions ne sont pas les mieux placés pour éliminer ces armes."

L'ancien chancelier allemand Schröder à Moscou pour discuter avec Poutine

L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, critiqué pour ses liens avec la Russie, était jeudi à Moscou pour discuter avec Vladimir Poutine de l'invasion de l'Ukraine, affirme le site d'information Politico.

Arrivé à Moscou via la Turquie, l'ancien dirigeant social-démocrate, âgé de 77 ans, aurait été sollicité, dans le cadre d'un "effort de médiation", par un membre de la délégation ukrainienne qui a mené jeudi des pourparlers avec la partie russe à Antalya (Turquie), selon Politico, citant des "sources bien informées".

"L'Ukraine voulait voir si Schröder pouvait jeter un pont pour le dialogue avec Poutine", a déclaré l'une des sources à Politico.

Le gouvernement allemand a assuré n'avoir pas été informé de cette visite. Interrogé en marge du sommet de l'Union européenne à Versailles, le chancelier Olaf Scholz n'a pas souhaité faire de commentaire.

Nucléaire: l'Ukraine et la Russie "prêtes" à discuter avec l'AIEA

L'Ukraine et la Russie sont "prêtes" à discuter pour garantir la sécurité des sites nucléaires ukrainiens, compromise par la guerre, a déclaré jeudi soir le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

"Mon premier objectif était d'établir un dialogue direct à un très haut niveau", a expliqué Rafael Grossi, de retour d'Antalya en Turquie où il a rencontré séparément les ministres des Affaires étrangères russe Serguei Lavrov et ukrainien Dmytro Kuleba, en marge de pourparlers qui ont échoué à conclure un cessez-le-feu.

"Les deux parties sont prêtes à travailler et à discuter avec l'AIEA", s'est-il félicité devant la presse à Vienne, siège du gendarme onusien du nucléaire, faisant état de "réunions fructueuses mais pas faciles".

Le point sur la guerre en Ukraine à 21h30

Moscou annonce des couloirs humanitaires quotidiens vers la Russie. Cette mesure va à l'encontre des demandes ukrainiennes, puisque Kiev réclame des couloirs à l'intérieur du territoire.

Les troupes russes se trouvent toujours à une quinzaine de kilomètres de Kiev. Un membre de l'entourage du maire estime ainsi que les forces de Vladimir Poutine pourraient "lancer une attaque massive" dans les prochains jours.

Plus de 80.000 personnes évacuées de Soumy et des environs de Kiev en deux jours. La vice-Première ministre ukrainienne a mis l'accent sur les couloirs humanitaires, notamment pour l'arrivée de médicaments et de produits alimentaires.

Emmanuel Macron n'imagine pas de "solution diplomatique dans les prochaines heures". Avant le début du sommet européen, Emmanuel Macron s'est dit "pessimiste", mais assure qu'il continuera de discuter avec Vladimir Poutine pour obtenir la fin de la guerre.

Moscou annonce des couloirs humanitaires quotidiens vers la Russie

La Russie a affirmé qu'elle ouvrirait chaque jour des couloirs humanitaires pour permettre aux Ukrainiens fuyant les combats de rejoindre son territoire, alors que Kiev réclame des couloirs permettant l'évacuation de civils à l'intérieur de l'Ukraine.

"Nous annonçons officiellement que des couloirs humanitaires pour la Fédération de Russie seront désormais ouverts unilatéralement, sans coordination, chaque jour à partir de 10 heures du matin", a déclaré le ministère russe de la Défense.

Les troupes russes se trouvent toujours à une quinzaine de kilomètres de Kiev

L'étau se resserre sur la capitale ukrainienne mais Kiev tient toujours. Ce jeudi soir, un long convoi de chars russes se trouvent à une quizaine de kilomètres de l'entrée de la ville, par le nord.

"Nous sommes sûrs qu'ils vont essayer de lancer une attaque massive dans les prochains jours. Mais Kiev est prête", affirme un membre de l'entourage du maire.

Boris Johnson craint que Moscou n'emploie des armes chimiques

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a exprimé son inquiétude quant à l'hypothèse que le régime "cynique" et "barbare" de Moscou ne recoure à des armes chimiques en Ukraine.

"Ils (les Russes) commencent par dire qu'il y a des armes chimiques qui ont été stockées par leurs opposants ou par les Américains. Et donc quand eux-mêmes déploient des armes chimiques, comme je crains qu'ils le fassent, ils ont une sorte de maskirovka" - terme russe qui désigne l'art de tromper l'ennemi - "une fausse histoire toute prête", a déclaré Boris Johnson.

La Cour européenne des droits de l'Homme demande à Moscou de respecter la liberté d'expression du journal russe Novaïa Gazeta

La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), saisie en vertu d'une procédure d'urgence, a demandé à Moscou de respecter la liberté d'expression du journal indépendant Novaïa Gazeta, après la loi votée en Russie qui prévoit de lourdes sanctions en cas de diffusion "d'informations mensongères" sur la guerre en Ukraine.

La requête auprès de la Cour faisait mention "d'un risque imminent de dommage irréparable pour la liberté d'expression et de la mise sous silence des médias indépendants en Russie".

La CEDH invite les autorités russes "à s'abstenir, jusqu'à nouvel avis, de toute action et décision visant à faire totalement obstacle et à mettre fin aux activités de Novaïa Gazeta", et de toute autre action susceptible de priver le journal de son droit à la liberté d'expression, selon un communiqué.

Plus de 80.000 personnes évacuées de Soumy et des environs de Kiev en deux jours

Plus de 80.000 personnes ont été évacuées ces deux derniers jours de Soumy, une ville du nord-est de l'Ukraine, et des environs de Kiev, a annoncé le gouvernement ukrainien.

Iryna Verechtchouk, la vice-Première ministre ukrainienne a assuré que le gouvernement ukrainien "faisait tout pour que les couloirs humanitaires fonctionnent", permettant notamment l'arrivée de médicaments, de produits alimentaires et d'eau potable.

La Lituanie interdit les rassemblements et les médias soutenant l'invasion russe

La Lituanie a décrété ce jeudi l'interdiction temporaire de toutes les émissions des télévisions d'État russe et bélarusse, ainsi que de tout rassemblement public de soutien à l'invasion russe de l'Ukraine, suscitant un tollé chez les défenseurs de la liberté d'expression.

Le pays balte, membre de l'Otan, a prolongé l'état d'urgence imposé le mois dernier quand Vladimir Poutine a donné l'ordre aux troupes russes de lancer l'assaut contre l'Ukraine.

"Nous ne restreignons pas les droits des citoyens, mais les droits des propagandistes à diffuser en Lituanie des mensonges sur la guerre que Poutine a déclenchée en Ukraine", a déclaré la Première ministre Ingrida Simonyte.

L'hôpital pédiatrique de Marioupol est le troisième détruit en Ukraine depuis le début de la guerre, selon l'ONU

Avant le bombardement russe de l'hôpital pédiatrique de Marioupol, deux autres maternités avaient été attaquées et détruites en Ukraine, a affirmé ce jeudi le responsable dans ce pays du Fonds des Nations unies pour la Population (UNFPA), Jaime Nadal.

Celle de Marioupol "n'est pas la seule. A Zhytomyr (nord-ouest), la maternité a été complètement détruite. A Saltivsky, dans l'agglomération de Kharkiv (nord-est), la maternité a aussi été détruite", a précisé le responsable, sans pouvoir dire qui était à l'origine des bombardements et s'ils avaient fait des victimes.

Ukraine: selon Macron, "l'Europe va changer encore plus vite et plus fort avec la guerre"

En marge du sommet européen, Emmanuel Macron s'est exprimé sur l'avenir des Vingt-Sept dans le contexte de la guerre en Ukraine.

"La guerre en Ukraine est un traumatisme immense (...). C'est aussi, à coup sûr, un élément qui va conduire à complètement redéfinir l'architecture de notre Europe", a-t-il assuré.

"L'Europe doit changer, elle a changé sous le coup de la pandémie, elle va changer encore plus vite et plus fort sous le coup de la guerre", explique Emmanuel Macron.

La Russie qualifie la frappe contre l'hôpital pédiatrique de Marioupol de "mise en scène"

L'armée russe a qualifié ce jeudi de "mise en scène" de "nationalistes" ukrainiens la frappe la veille ayant visé une maternité et un hôpital pédiatrique de la ville encerclée de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine.

"L'aviation russe n'a accompli aucune mission de destruction de cibles dans la région de Marioupol", a assuré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov. "La prétendue frappe aérienne est une mise en scène totale à des fins de provocation afin d'entretenir l'agitation antirusse du public occidental", a-t-il ajouté.

Ukraine: Macron n'imagine pas de "solution diplomatique dans les prochaines heures"

Alors que le conflit en Ukraine se poursuit, la France accueille un sommet européen à Versailles. Peu avant le début des discussions, Emmanuel Macron s'est exprimé sur la guerre en cours.

Le président français a assuré ne pas imaginer de "solution diplomatique dans les prochaines heures ou les tout prochains jours".

"Nous allons reparler avec le président Poutine dans les prochains jours et essayer de voir si les choses bougent de part et d'autre", a-t-il déclaré, en assurant que la solution ne pouvait venir que de la Russie et de l'Ukraine.

Emmanuel Macron condamne "un acte de guerre indigne" après le bombardement de l'hôpital pédiatrique de Marioupol

Après avoir accueilli les dirigeants européens à Versailles pour un sommet européen exceptionnel, le chef de l'Etat s'est exprimé sur le bombardement d'une maternité et d'un hôpital pédiatrique à Marioupol par les forces armées russes.

"La France condamne avec la plus grande fermeté ce qui est un acte de guerre indigne et amoral", a dénoncé Emmanuel Macron.

"C'est un acte de guerre dont l'objectif manifeste est de tuer des civils", a-t-il poursuivi.

Emmanuel Macron veut préparer la sortie de la dépendance européenne au gaz russe

Au début du sommet européen qui se tient à Versailles, Emmanuel Macron a mis en avant l'indépendance énergétique de l'Europe, notamment dans le cadre du conflit en Ukraine. De nombreuses nations sont en effet dépendantes aux livraisons de gaz russe.

S'inquiétant de savoir si "la Russie va faire pression et utiliser l'arme du gaz", le chef d'État veut préparer l'Europe à "tous les scénarios".

"La stratégie que nous devons bâtir (...) c'est de savoir à quel rythme nous pouvons diminuer, réduire et supprimer cette vulnérabilité", explique-t-il, assurant qu'il faut être "solidaire pour bâtir une réponse commune".

Emmanuel Macron n'est pas favorable à l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne

Interrogée peu avant le début du sommet européen sur la question de l'adhésion de l'Ukraine à l'UE, Emmanuel Macron a assuré qu'il n'était pas favorable.

"Est-ce que nous pouvons ouvrir une procédure d'adhésion avec un pays en guerre? Je ne le crois pas", assure le chef d'État.

Il veut néanmoins envoyer un "signal fort" alors que trois pays ont récemment fait leur demande d'adhésion.

Le point sur la guerre en Ukraine à 17 heures

Sommet européen à Versailles. Emmanuel Macron accueille tous les dirigeants de l'UE à Versailles. Une rencontre qui "portera sur la guerre en Ukraine et les conséquences à en tirer pour l’Union européenne en matière de souveraineté".

Condamnations fermes du bombardement de l'hôpital pédiatrique de Marioupol. Alors que la Russie a affirmé que l'hôpital servait de base à des nationalistes ukrainiens, les Occidentaux ont unanimement condamné l'attaque, la qualifiant parfois de "crime de guerre".

L'exode de réfugiés continue. La moitié de la population de Kiev a fui depuis le début de l'invasion russe, selon le maire de la capitale ukrainienne.

La France s'engage pour l'accueil des Ukrainiens. Le gouvernement "anticipe" jusqu'à "100.000 réfugiés" fuyant l'Ukraine vers la France. Gérald Darmanin entend leur garantir "une protection, des aides sociales, des accès aux soins, la scolarisation de leurs enfants ou la possibilité de travailler".

Sommet européen: Emmanuel Macron veut avancer sur "l'indépendance de l'Europe"

Après avoir accueilli les dirigeants européens à Versailles pour le sommet européen, Emmanuel Macron s'est exprimé sur les sujets qui seront évoqués. .

"L'agenda pour l'indépendance de l'Europe est un agenda que nous portons depuis plusieurs années", assure le président français, en expliquant que les discussion porteront sur les thèmes "de défense, d'énergie, d'alimentation et d'agriculture, de matière première, de santé (...), de semi-conducteur".

Il a par ailleurs assuré qu'un mandat serait donné à la Commission européenne pour "préparer les textes d'ici la fin du mois" alors qu'un sommet est prévu fin mars.

Sommet européen: le président hongrois Viktor Orban est arrivé à Versailles

Le président hongrois Viktor Orban est arrivé à Versailles pour le sommet européen. Celui-ci avait, comme Emmanuel Macron, réalisé un déplacement à Moscou pour rencontrer Vladimir Poutine avant le début du conflit en Ukraine.

Pour Justin Trudeau, Vladimir Poutine a fait "une grave erreur" et "va perdre cette guerre"

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a estimé ce jeudi à Varsovie que le président russe Vladimir Poutine "a fait une grave erreur" en attaquant l'Ukraine et va perdre la guerre qu'il a déclenchée.

"Vladimir Poutine a fait une grave erreur et va perdre cette guerre qu'il a commencée, à cause du courage et de la résilience et de l'inspiration qu'offrent ces braves Ukrainiens. Mais aussi à cause de l'unité, de la fermeté des pays alliés" qui ne peuvent pas le permettre, a affirmé Justin Trudeau, lors d'une conférence de presse avec le président polonais Andrzej Duda.

Olaf Scholz est accueilli par Emmanuel Macron à Versailles

Après Pedro Sánchez ou encore Ursula von der Leyen, c'est le chancelier allemand Olaf Scholz qui a été accueilli par Emmanuel Macron à Versailles avant le sommet européen.

Pedro Sánchez et Mario Drahi sont arrivés à Versailles pour le sommet européen

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez et son homologue italien Mario Draghi sont arrivés à Versailles pour le début du sommet européen accueilli par la France ce jeudi et ce vendredi.

La France condamne les frappes des forces armées russes ciblées contre l'hôpital pédiatrique de Marioupol

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a condamné "avec la plus grande vigueur les frappes des forces armées russes ciblées contre l’hôpital pédiatrique de Marioupol".

Pour la France, cette attaque constitue "une violation flagrante massive du droit international humanitaire (...) potentiellement constitutives de crimes de guerre".

Emmanuel Macron accueille les dirigeants européens à Versailles

Alors que le sommet européen doit débuter à Versailles ce jeudi, Emmanuel Macron accueille les différents chefs d'État et responsables. Il a notamment pu saluer la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ou le président du Conseil européen Charles Michel.

Vladimir Poutine met en garde contre une inflation mondiale des prix alimentaires

Le président russe Vladimir Poutine estime que les sanctions imposées à cause du conflit en Ukraine risquent d'entraîner une inflation mondiale des prix alimentaires, car la Russie ne pourra plus exporter suffisamment d'engrais.

Les engrais russes ne sont pas en soi touchés par les sanctions occidentales. Par contre, les secteurs de la finance et de la chaîne logistique le sont, ce qui affecte les capacités de la Russie à exporter.

La Russie, tout comme son voisin le Bélarus lui aussi durement sanctionné, sont des grands fournisseurs mondiaux d'engrais minéraux et approvisionnent aussi bien l'Europe que l'Amérique du Sud.

"Nous allons augmenter notre capacité d'accueil" pour les réfugiés ukrainiens, annonce Gérald Darmanin

Le Ministre de l'Intérieur est en déplacement à Hala Kijowska, au nord de la Pologne, près de la frontière ukrainienne, dans le plus grand centre de réfugiés du pays.

A cette occasion, il a témoigné de sa "totale solidarité avec le peuple ukrainien mais aussi avec la Pologne ainsi que tous les pays frontaliers".

"Nous allons augmenter notre capacité d'accueil, pour soulager nos amis polonais notamment", a affirmé Gérald Darmanin. "Je vais convoquer un conseil extraordinaire des ministres de l'intérieur pour répondre aux demandes polonaises", a-t-il poursuivi.

La banque centrale russe suspendue de la banque des règlements internationaux

La banque centrale russe a été suspendue de la Banque des règlements internationaux (BRI), a indiqué une porte-parole de cette institution considérée comme la banque centrale des banques centrales.

L'institution, qui a dit se conformer aux sanctions internationales, a suspendu l'accès de la Banque centrale de la Fédération de Russie à "tous les services de BRI", à précisé sa porte-parole.

La Russie maintient toutes ses exportations énergétiques, y compris via l'Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine a souligné ce jeudi que son pays maintenait toutes ses livraisons d'hydrocarbures en dépit du conflit en Ukraine et des sanctions occidentales, jugeant la Russie pas responsable de l'envolée des cours mondiaux.

"Nous respectons toutes nos obligations en matière d'approvisionnements énergétiques", a-t-il souligné lors d'une réunion gouvernementale, soulignant que "tous les volumes" étaient livrés à l'Europe comme ailleurs et que même le "système de transport de gaz de l'Ukraine est rempli à 100%".

L'Otan "plus "forte" et la Russie "plus faible" à cause de Vladimir Poutine, selon Washington

En déplacement à Varsovie, la vice-présidente des Etats-Unis Kamala Harris a déclaré que l'Otan était devenue "plus forte" et la Russie "plus faible" à cause de l'agression russe en Ukraine.

"L'alliance de l'Otan est plus forte et la Russie est plus faible à cause de ce que (le président russe Vladimir) Poutine a fait, c'est très clair pour nous", a dit Kamala Harris, alors que son hôte, le président polonais Andrzej Duda, a dénoncé "la barbarie" des forces russes, qu'il a assimilée à un "génocide".

71 enfants tués en Ukraine depuis le début de l'offensive russe, selon Kiev

Au moins 71 enfants ont été tués en Ukraine depuis le début de l'offensive russe le 24 février, a annoncé Liudmyla Denisova, chargée des droits humains auprès du Parlement ukrainien.

"Du début de l'invasion russe au 10 mars inclus, 71 enfants ont été tués et plus de 100 blessés", a-t-elle indiqué dans un communiqué sur Telegram.

L'Union européenne condamne un "crime de guerre odieux" après le bombardement de l'hôpital pédiatrique de Marioupol

Le chef de la diplomatie de l'Union européenne, Josep Borrell, a qualifié de "crime de guerre odieux" le bombardement russe d'un établissement abritant une maternité et un hôpital pédiatrique à Marioupol en Ukraine, qui a fait trois morts, dont une fillette, et 17 blessés.

"Marioupol est assiégé (...) Les attaques aériennes contre des quartiers résidentiels et le blocage des convois d'aide (vers la ville) par les forces russes doivent cesser immédiatement", a déclaré Josep Borrell sur Twitter, rappelant la "nécessité" d'organiser des corridors humanitaires.

Face aux sanctions, la Russie interdit d'exporter certaines marchandises et équipements étrangers

La Russie a interdit ce jeudi l'exportation de certaines marchandises et équipements du pays, pour faire face aux sévères sanctions économiques adoptées à son encontre par les Occidentaux pour le conflit en Ukraine.

"Cette mesure est nécessaire pour assurer la stabilité du marché russe", a indiqué le gouvernement dans un communiqué, précisant qu'elle serait en vigueur jusqu'à la fin de l'année.

Elle a été adoptée alors que nombre d'entreprises étrangères ont décidé de suspendre ou d'arrêter leurs activités en Russie depuis qu'elle a envoyé des dizaines de milliers de soldats en Ukraine.

La moitié de la population de Kiev a fui depuis le début de l'invasion russe

Au quinzième jour de l'offensive russe en Ukraine, le maire de Kiev a affimé ce jeudi que la moitié de la population de la capitale ukrainienne a fui.

L'étau continue de se resserrer sur la ville ; un important convoi de chars russes se trouve désormais à une quinzaine de kilomètres de l'entrée de Kiev.

Le gouvernement "anticipe" jusqu'à "100.000 réfugiés" fuyant l'Ukraine vers la France

Le gouvernement français anticipe l'arrivée possible dans les prochaines semaines en France de "50.000, peut-être 100.000" personnes fuyant le conflit en Ukraine et "se prépare" à organiser leur accueil, a annoncé ce jeudi le coordinateur de la cellule interministérielle de crise (CIC).

"Nous devons anticiper pour être prêts le cas échéant à accueillir 50.000, peut-être 100.000 réfugiés", a déclaré le préfet Joseph Zimet lors d'une conférence de presse au ministère de l'Intérieur, à l'issue de la première réunion de cette cellule de crise.

Le président finlandais va appeler Poutine à la demande de Scholz et Macron

Le président finlandais Sauli Niinisto a déclaré jeudi qu'il allait appeler son homologue russe Vladimir Poutine pour "garder le contact avec la Russie" à la demande des dirigeants français et allemand.

"En dépit de tout, il reste important d'essayer, et de garder le contact avec la Russie", a dit Sauli Niinisto lors d'une conférence de presse.

Il a ajouté que le message qu'il avait reçu du président français Emmanuel macron et du chancelier allemand Olaf Scholz, qui ont tous les deux tenté à plusieurs reprises d'interceder auprès du chef de l'Etat russe depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, était "que (son) devoir était de garder le contact avec Poutine" dans la mesure du possible.

Scholz et Macron à Poutine: la solution doit venir de "négociations entre l'Ukraine et la Russie"

Ce jeudi et à leur initiative, Emmanuel Macron et le chancelier Olaf Scholz se sont de nouveau entretenus avec Vladimir Poutine, avec en toile de fond le conflit ukrainien.

Après avoir insisté sur un cessez-le-feu immédiat, tous deux ont insisté sur le fait que toute solution à la crise doit venir de "négociations entre l'Ukraine et la Russie."

La guerre en Ukraine et les prochaines étapes la concernant seront discutées entre chefs d'État et de gouvernement de l'Union européenne lors du dîner de ce soir dans le cadre du Sommet de Versailles. Les trois dirigeants sont convenus de rester en contact étroit au cours des prochains jours.

Le Premier ministre espagnol accuse la Russie de "crimes de guerre"

Pedro Sanchez a ce jeudi qualifié de "crimes de guerre" le bombardement d'hôpitaux par les forces russes en Ukraine, où une maternité a été touchée mercredi à Marioupol, faisant trois morts, dont une fillette, et 17 blessés.

"Nous voyons comme ils sont en train de bombarder des hôpitaux. Ils s'attaquent précisément à la société civile de manière indiscriminée, violant clairement les droits humains et très probablement commettant des crimes de guerre, et ces crimes de guerre ne peuvent rester impunis", a déclaré M. Sanchez lors d'une visite dans un centre d'accueil pour réfugiés ukrainiens à Pozuelo de Alarcon, près de Madrid.

La Russie veut poursuivre le dialogue avec l'Ukraine, assure Lavrov

La Russie est disposée à poursuivre les négociations avec l'Ukraine dans le cadre du format existant au Bélarus, a indiqué jeudi le ministre russe des Affaires étrangères après sa première rencontre avec son homologue ukrainien.

"La rencontre d'aujourd'hui a confirmé que le format russo-ukrainien au Bélarus n'a pas d'alternative", a dit Sergueï Lavrov après avoir discuté avec Dmytro Kouleba, une première depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.

La maternité de Marioupol servait de base à des nationalistes ukrainiens, selon Lavrov

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a justifié jeudi le bombardement d'une maternité dans la ville ukrainienne assiégée de Marioupol, dont le bâtiment servait selon lui de base à un bataillon nationaliste.

"Cette maternité a été reprise depuis longtemps par le bataillon Azov et d'autres radicaux, et toutes les femmes en couches, toutes les infirmières et tout le personnel de soutien ont été mis à la porte", a-t-il assuré à l'issue de pourparlers avec son homologue ukrainien en Turquie.

Lors de sa prise de parole, ce dernier a également jugé "dangereuses" les livraisons d'armes par les Occidentaux à l'Ukraine qui combat une invasion de l'armée russe, à l'issue de premiers pourparlers avec son homologue ukrainien.

"Ceux qui gorgent d'armes l'Ukraine doivent bien sûr comprendre qu'ils porteront la responsabilité de leurs actes", a déclaré Serguei Lavrov devant la presse, dénonçant en particulier les livraisons de missiles sol-air portables.

Les chars russes se trouvent à une quinzaine de kilomètres de Kiev

La pression se fait de plus en plus forte autour de Kiev. Alors que la situation semblait s'enliser autour de la capitale ukrainienne, des ultimes images montrent un imposant convoi de chars russes tenter d'entrer dans la ville.

Aux alentours du village de Skybyn, plusieurs d'entre eux ont été pris pour cible par des tirs de l'armée ukrainienne, qui tente de ralentir l'avancée russe.

Pourparlers d'Antalya: "Pas de progrès sur un cessez-le-feu" selon le ministre ukrainien

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a regretté jeudi l'absence de progrès sur un cessez-le-feu dans son pays, lors des entretiens avec son homologue russe Serguei Lavrov dans le sud de la Turquie.

"Nous avons évoqué un cessez-le-feu mais aucun progrès n'a été accompli en ce sens", a-t-il déclaré devant la presse, ajoutant cependant qu'avec son homologue russe, ils avaient décidé de "poursuivre leurs pourparlers dans ce format".

Les discussions entre les ministres des Affaires étrangères ukrainien et russe ont débuté

Réunis par la diplomatie turque dans la cité balnéaire d'Antalya, le ministre des Affaires étrangères russe Serguei Lavrov et son homologue ukrainien Dmytro Kuleba ont débuté leurs pourparlers.

Moscou va interroger l'armée sur le bombardement de la maternité de Marioupol

Le Kremlin a indiqué jeudi qu'il allait interroger son armée sur le bombardement de la maternité de Marioupol.

"Nous allons obligatoirement nous renseigner auprès de nos militaires, car nous, comme vous, n'avons pas une information claire sur ce qu'il s'est passé, et a priori, les militaires nous donneront des informations", a indiqué lors d'un briefing à la presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

"Les Russes bombardent systématiquement les villes ukrainiennes", assure Josep Borell

Après une frappe de l'armée russe sur l'hôpital pédiatrique de Marioupol qui a fait 3 morts, dont une petite fille qui a suscité une très vive émotion, Josep Borell a réagi.

"Les Russes bombardent systématiquement les villes ukrainiennes. Ils ont fait ça en Syrie, en Tchétchénie (...). Ils ne cherchent pas des objectifs militaires", a estimé le chef de la diplomatie européenne.

Le maire de Marioupol a dénoncé des "crimes de guerre" sur BFMTV.

"Il y a un très mince espoir aujourd'hui" de discussions entre l'Ukraine et la Russie pour Clément Beaune

Des discussions ont lieu ce matin entre les ministres russe et ukrainien des Affaires étrangères à Antalya, en Turquie.

"Il y a un très mince espoir, mais il faut le saisir, de discussions entre la Russie et l'Ukraine. Chaque solution diplomatique, sans être naïf, il faut essayer de la saisir", a expliqué Clément Beaune, le secrétaire d'État aux Affaires européennes ce matin sur France inter.  

C'est leur premier face-à-face depuis le début de l'offensive russe en Ukraine il y a deux semaines.

Embargo sur le gaz russe: "il faut qu'on le décide entre européens", explique Clément Beaune

Alors que plusieurs candidats comme Yannick Jadot et Anne Hidalgo appellent la France à stopper toute importation de gaz russe, Clément Beaune renvoie cette décision à l'Union européenne.

"Il faut qu'on le décide entre européens. Sinon, nous n'avez pas la même pression. Parce que réduire une dépendance très faible, ça n'a pas grand intérêt. Il faut réduire une dépendance très forte. Il faut prendre cette décision à 27. Ce n'est pas tellement une question d'embargo. C'est qu'on soit pas dépendant et que ce soit durable", a expliqué ce matin le secrétaire d'Etat aux affaires européennes sur France inter.

Ce sujet sera abordé ces deux prochains jours lors du sommet de Versailles qui réunit les dirigeants européens.

La rencontre des chefs des diplomaties russe et ukrainienne en Turquie a commencé

Les pourparlers entre les ministres des Affaires étrangères de Russie Serguei Lavrov et d'Ukraine Dmytro Kuleba, ont commencé dans le sud de la Turquie en présence de leur homologue turc, a confirmé à l'AFP un diplomate turc.

Il s'agit de la première rencontre à ce niveau depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février, il y a tout juste deux semaines.

La France suspend les procédures d'adoption pour les enfants d'Ukraine et Russie

Les procédures d'adoption internationale d'enfants résidant en Russie et en Ukraine sont suspendues en France en raison de la guerre en Ukraine, selon deux arrêtés publiés ce jeudi au Journal officiel.

Selon l'un des deux arrêtés datés du 7 mars, "toutes les procédures d'adoption internationale concernant des enfants ayant leur résidence habituelle en Ukraine par toute personne résidant en France sont suspendues pour une durée de trois mois à compter de la publication du présent arrêté".

"Cette mesure de suspension s'applique aux dossiers n'ayant pas donné lieu, à la date de la publication du présent arrêté, à une décision des autorités ukrainiennes compétentes de mise en relation entre l'enfant et les candidats à l'adoption", est-il précisé.

Trois morts dont une fillette dans la frappe russe sur l'hôpital pédiatrique de Marioupol

La frappe de l'armée russe sur l'hôpital pédiatrique de la ville de Marioupol mercredi après-midi a fait trois morts dont une fillette, ont annoncé les autorités de la ville ce jeudi matin.

Marion Maréchal appelle la France à jouer "son rôle de négociateur" dans la guerre en Ukraine

Après son ralliement à Eric Zemmour dimanche dernier à Toulon, Marion Maréchal donne sa vision du conflit en Ukraine.

"Si on veut assurer la sécurité des Ukrainiens, la France a un rôle à jouer, non pas pour être dans une démarche de va-t-en guerre, mais de négociateur", a estimé l'ancienne députée sur CNEWS ce matin.

Emmanuel Macron reçoit les dirigeants européens pendant 2 jours à Versailles.

Anne Hidalgo appelle à un "embargo immédiat" sur le gaz et le pétrole russe

Alors que l'Elysée a fermé la porte à la fin des importations de gaz russe en plein conflit avec l'Ukraine, Anne Hidalgo prend une toute autre position.

"Il faut cet embargo immédiat (sur le gaz et le pétrole russe). Je le demande et sur cette base, il faut que l'Union européenne et la France s'engagent", a estimé la candidate socialiste ce matin sur France inter.

La maire de Paris met ses pas dans ceux de François Hollande qui appelle à stopper toute importation de gaz russe.

La commission européenne a dévoilé un plan en début de semaine pour réduire de deux tiers sa dépendance au gaz russe d'ici 2022.

Pour Gabriel Attal, "on n'est pas libre sous perfusion"

Interrogé sur RTL à quelques heures du sommet de crise des dirigeants de l'UE organisé à Versailles, Gabriel Attal a tracé les objectifs de ces discussions autour de l'indépendance énergétique des pays européens vis-à-vis de la Russie.

"On n'est pas libre sous perfusion, et on l'est encore moins sous perfusion d'un État autoritaire comme la Russie", a estimé le porte-parole du gouvernement.

Sony suspend ses expéditions de PlayStation vers la Russie

Le géant japonais de l'électronique Sony a annoncé mercredi avoir suspendu toutes les expéditions de consoles PlayStation et de jeux vidéo à destination de la Russie, rejoignant un nombre croissant d'entreprises se désengageant du pays après l'invasion russe de l'Ukraine.

"Sony Interactive Entertainment (SIE) rejoint la communauté mondiale dans son appel à la paix en Ukraine. Nous avons suspendu toutes les expéditions de jeux et de consoles, le lancement de Gran Turismo 7 et les opérations du PlayStation Store en Russie", a déclaré l'entreprise sur Twitter.

Sony a aussi rappelé son annonce d'un don de 2 millions de dollars au Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés et à l'organisation Save the Children pour soutenir les victimes de cette guerre.

Quelque 35.000 civils évacués de villes ukrainiennes

Au moins 35.000 civils ont été évacués mercredi de plusieurs villes ukrainiennes assiégées, a annoncé le président de l'Ukraine Volodymyr Zelensky.

Le dirigeant a annoncé dans un message vidéo mercredi soir que des habitants des villes de Soumy, d'Enerhodar et de zones proches de la capitale Kiev avaient pu être évacués par trois couloirs humanitaires.

Il a dit espérer la poursuite des évacuations jeudi, avec l'ouverture de trois autres couloirs humanitaires à partir des villes de Marioupol, assiégée depuis neuf jours, de Volnovakha (sud-est) et d'Izioum (est).

Emmanuel Macron réunit un sommet de crise des dirigeants de l'Union européenne à Versailles

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE vont tenter jeudi et vendredi à Versailles de poser les fondations d'une Europe plus souveraine après le choc de l'invasion russe en Ukraine qui a exposé ses faiblesses.

Le conflit a mis en lumière l'extrême dépendance de l'UE envers le gaz importé de Russie qui limite sa capacité d'action contre Moscou. Même si elle a adopté un paquet de sanctions inédit, l'Europe continue de financer la Russie par ses achats énergétiques dont elle est incapable de se priver à très court terme.

"Ce sommet est celui du sursaut européen, de la souveraineté européenne", souligne-t-on à l'Elysée.

Rencontre prévue entre les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien en Turquie

Ce jeudi, les ministres des Affaires étrangères russe et ukrainien ont rendez-vous à Antalya, en Turquie, pour entamer des discussions au 15e jour de cette guerre en Ukraine. Une rencontre d'un niveau inédit depuis le debut du conflit. Serguei Lavrov et son homologue ukrainien Dmytro Kuleba seront reçus par le ministre turc Mevlut Cavusoglu.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a multiplié les efforts de médiation depuis le début de la crise, a fait valoir mercredi que "la Turquie peut parler à la fois à l'Ukraine et à la Russie".

"Nous travaillons pour éviter que la crise ne se transforme en tragédie", a-t-il insisté.

Un hôpital pédiatrique bombardé à Marioupol

Ce mercredi, un hôpital pédiatrique et une maternité de la ville portuaire de Marioupol ont été bombardés par l'aviation russe. Un acte qualifié de "crime de guerre" par le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

"Le bombardement aérien est la preuve finale. La preuve qu'un génocide d'Ukrainiens est en train de se produire", a-t-il lancé dans un message vidéo.

Selon le dernier bilan disponible, 17 adultes ont été blessés. De son côté, l'ambassadeur de Russie en France a nié toute implication de son pays dans ce bombardement, affirmant "ne pas cibler les installations civiles".

Bonjour à toutes et à tous !

Bienvenue dans ce direct consacré au suivi de l'actualité de ce 15e jour de guerre en Ukraine.

BFMTV