BFMTV

Rôle de la Première dame: Brigitte Macron veut que "tout soit très clair"

Brigitte Macron l'a confirmé dans une interview à Elle: une "charte de la transparence" précisera dans les prochains jours son rôle et le budget alloué à ses missions. Un document qui se substitue au statut officiel souhaité par Emmanuel Macron, mais qui ne fait toujours pas l'unanimité.

Très tôt pendant la campagne, Emmanuel Macron avait promis de définir plus clairement le statut de son épouse s'il était élu président. Le candidat, qui a fait de la transparence l'un de ses chevaux de bataille, était attendu au tournant sur cette question. Mais après son arrivée à l'Elysée, l'idée de modifier la Constitution afin de donner un statut officiel à la Première dame n'a pas eu le caractère d'évidence qu'il aurait sans doute souhaité.

Cette proposition n'a d'ailleurs pas fait bon ménage avec l'interdiction des emplois familiaux prévue par la loi sur la confiance dans la vie politique. Notamment pour les députés du Front national et de la France insoumise, qui se sont saisis du sujet pendant les débats sur le projet de loi à l'Assemblée. Une pétition rassemblant plus de 300.000 signatures a également circulé sur Internet, contre la création d'un tel statut. Le président a donc rétropédalé, et proposé une charte définissant le rôle et les attributions de Brigitte Macron. Mais cette charte de la transparence, confirmée mercredi par la principale intéressée dans son entretien à Elle ne fait toujours pas l'unanimité.

"On a envie de savoir les chiffres, qu'ils soient transparents sur le site de l'Elysée. Qu'on puisse nous dire 'voilà, pour ces montants-là, la source est à tel endroit", explique Thierry-Paul Valette, auteur de la pétition, interrogé par BFMTV.

Son agenda sera publié

Pour Emmanuel Macron, il n'est pas question de rémunérer son épouse, mais plutôt de préciser ses missions dans son rôle de représentation, et les moyens alloués à celles-ci, pour un budget estimé à 300.000 euros.

"On saura exactement combien de personnels sont affectés à Brigitte Macron, il y aura une entrée (à son nom) sur le site internet de la présidence, et on aura des informations sur son agenda", souligne à BFMTV Mariana Grépinet, journaliste à Paris Match.

La charte doit clarifier un certain nombre de non-dits qui persistent autour de la Première dame depuis le début de la Ve République, puisqu'aucun texte n'a jamais précisé les contours de son action, ni les moyens mis à sa disposition.

"Ce qui est important, c'est que tout soit très clair", affirme Brigitte Macron dans sa première interview depuis l'élection présidentielle le 7 mai. "Comme toutes celles qui m'ont précédée, j'assumerai mon rôle public, mais les Français sauront désormais quels moyens sont mis à ma disposition".

Moins de collaborateurs

Pour l'ancien député Les Républicains Georges Fenech, la création de cette charte a soulevé "un problème qui ne méritait pas de l'être". "Il y a toujours eu des moyens. Chacun le sait, la Première dame a un secrétariat, gardes du corps... Ce qui est tout à fait normal", fait-il valoir sur notre antenne. Dans les faits, les conjointes des chefs de l'Etat bénéficient en effet depuis longtemps d'un bureau, de collaborateurs et d'un service de protection, sur le budget de la présidence.

La future charte de transparence, attendue dans les prochains jours, devrait notamment confirmer la situation actuelle, a précisé mercredi l'entourage de Brigitte Macron: elle dispose de trois collaborateurs, dont deux conseillers présidentiels détachés auprès d'elle, Pierre-Olivier Costa, directeur de cabinet et de la communication et Tristan Bromet, chef de cabinet, ainsi que d'une secrétaire. Un dispositif moins important que celui dont disposaient ses prédécesseures: Valérie Trierweiler avait cinq collaborateurs, Carla Bruni huit et Bernadette Chirac une vingtaine.

La nouvelle charte devrait donc donner plus de consistance à la place de Brigitte Macron, si ce n'est un réel rôle politique. Même si celle qui refuse l'étiquette de Première dame n'a jamais caché son investissement dans des causes qui lui tiennent à coeur, telles que l'éducation ou le handicap.

dossier :

Brigitte Macron

C.V. avec Loïc Besson, Florian Brunet, Elodie Chalard et AFP