BFMTV

"Soyez modestes!": l'injonction d'Edouard Philippe à ses ministres

Édouard Philippe.

Édouard Philippe. - JOEL SAGET / AFP

Pour éviter de reproduire les erreurs du début du quinquennat Hollande, l'exécutif tiens la bride haute à des ministres en bonne part inexpérimentés.

Le Premier ministre serre la vis. Dans une circulaire accompagnant les décrets d'attributions des ministères, Édouard Philippe détaille la méthode du gouvernement et les règles en vigueur au sein d'un exécutif en partie novice en politique.

"Exemplarité, collégialité et efficacité" sont les mots d'ordre des ministres, à qui Matignon demande "d'adopter un comportement modeste et respectueux de chacun".

Manifestement, Emmanuel Macron et Édouard Philippe souhaitent à tout prix éviter les "couacs" qui ont plombé le début du quinquennat de François Hollande. Les ministres doivent être "sobres et dignes", insiste l'ancien maire du Havre, qui semble vouloir imposer une image de sérieux et de cohérence. À ce titre, l'affaire Ferrand fait "tâche".

Pas de frondeur au gouvernement

Pas question, donc, de transiger avec la discipline gouvernementale, dont Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, mais aussi (et dans un autre genre) Emmanuel Macron s'étaient affranchis sous François Hollande.

"La liberté intellectuelle et la collégialité ont pour corollaires naturels la solidarité", prévient Édouard Philippe. "Chaque membre du Gouvernement pourra voir les décisions prises être plus ou moins proches de ses positions initiales. Mais une fois cette décision prise, il doit en être pleinement solidaire".

Une consigne d'autant plus importante que le gouvernement regroupe des sensibilités très différentes et parfois "à fleur de peau", comme pour l'écologiste Nicolas Hulot

Comme le président de la République, le Premier ministre affiche lui aussi une volonté de reprise en main de la communication gouvernementale. Alors qu'un conseiller du prince glissait mercredi dans le Canard enchaîné que "l'époque des bavasseries" était révolue, Édouard Philippe rappelle à ses ouailles que:

"La discrétion est le nécessaire complément de la collégialité et de la solidarité", invitant membres du gouvernement et collaborateurs à respecter cette règle. 

Tambour battant

Dans un début de mandat ressemblant au négatif de celui de François Hollande, le Premier ministre demande également à son gouvernement de se mettre immédiatement au travail.

Tandis que la réforme du code du Travail est lancée à marche forcée, Édouard Philippe demande "une feuille de route pour les années à venir" à chaque titulaire d'un portefeuille pour le 15 juin.

"Au travail!", avait tweeté le Premier ministre immédiatement après la nomination du gouvernement. 
Louis Nadau