BFMTV

"On a certainement minimisé" l'affaire Benalla, reconnaît Brigitte Macron

Brigitte Macron lors de son interview à RTL

Brigitte Macron lors de son interview à RTL - RTL

La Première dame s'est également dite "étonnée" de "l'ampleur" prise par l'affaire Benalla, ex-collaborateur de l'Élysée.

"On a certainement minimisé, et moi la première". Dans un entretien diffusé ce jeudi soir sur RTL, Brigitte Macron, épouse du président de la République, a répondu sur des questions concernant l'affaire Benalla. Cet ex-collaborateur de l'Élysée a été mis en cause pour son rôle présumé dans des interpellations de la journée du 1er mai 2018 à Paris.

"Tout le monde à les clefs de notre maison au Touquet"

"Personnellement j'ai été étonnée de l'ampleur qu'elle a prise", a déclaré la Première dame, qui explique qu'à l'Élysée, le poste d'Alexandre Benalla auprès du chef de cabinet n'avait peu voire pas de lien avec le président de la République. "Moi j'avais très peu affaire avec lui", a assuré Brigitte Macron.

Interrogée tout de même sur sa proximité avec Alexandre Benalla, et le fait qu'il avait les clefs de la maison du couple présidentiel au Touquet (Pas-de-Calais), Brigitte Macron a très simplement répondu : "Tout le monde à les clefs de notre maison au Touquet".

"Ce n'est pas si facile parce que c’est de l’humain"

"On a certainement minimisé" l'ampleur de l'affaire, "et moi la première" a-t-elle toutefois reconnu. "Peut-être aurait-il fallu dire tout de suite: 'il y a un problème, il est exclu'. Mais ça manquait peut être d’humanité auprès de lui, qui avait fait son travail auprès d’Emmanuel".

"Ce n'est pas si facile parce que c’est de l’humain" a ajouté la Première dame, assurant que renvoyer quelqu'un lui serait personnellement "difficile, quasi impossible". "Les gens qui travaillent avec nous, du jour au lendemain vous ne pouvez pas leur dire: 'non vous travaillez plus avec nous'".

Elle explique également qu'Emmanuel Macron "a une affection pour tous les gens qui travaillent pour lui", et rappelle que l'ex-collaborateur avait été exclu trois semaines.

dossier :

Brigitte Macron

Salomé Vincendon