BFMTV

Poste ambiguë, clés du Touquet... Benalla proche parmi les proches

Alexandre Benalla accompagnait le président de la République même lors de ses visites privées.

Alexandre Benalla accompagnait le président de la République même lors de ses visites privées. - Nicolas Tucat - AFP

Présent depuis le début de l'ascension d'Emmanuel Macron vers l'Elysée, Alexandre Benalla fait partie de la garde rapprochée du président de la République. Numéro 2 de son cabinet puis "rétrogradé" au poste de chargé de mission après les événements du 1er-Mai, il a continué à participer à l'organisation des grands rendez-vous de l'Elysée.

Il n'y aura "pas d'impunité", a martelé Emmanuel Macron lors d'une réunion de crise organisée dimanche soir à l'Elysée. Pourtant, la légère sanction infligée à Alexandre Benalla, jamais réellement écarté du dispositif, par le chef de cabinet du président de la République après avoir pris connaissance qu'il avait frappé des manifestants le 1er mai dernier en marge des cortèges syndicaux questionne. Une mise à pied de 15 petits jours qui pour certains laissent entrevoir la place particulière occupée par le jeune homme de 26 ans auprès du chef de l'Etat.

Présent dès le début de l'ascension d'Emmanuel Macron vers l'Elysée, Alexandre Benalla, titulaire d'un Master 1 de droit, a rapidement pris le pas dans la gestion de la sécurité du candidat à la présidentielle de l'époque. De tous les déplacements, de tous les meetings, l'imposante stature de l'adepte du krav maga est toujours présente aux côté d'Emmanuel Macron. Mais aussi de sa famille. Au point qu'il possédait les clés de la villa de l'épouse du chef de l'Etat au Touquet, où toute la famille vient se ressourcer, rapporte L'Opinion

"Macron a dix mecs autour de lui dans lesquels il a toute confiance, et c’est tout", confirme au quotidien un membre d'En Marche! pendant la campagne, décrivant un Emmanuel Macron "hyper-méfiant, voire parano" quand il s'agit de sa vie privée.

Au coeur des secrets de la Macronie

De la maison familiale située dans la station balnéaire de la Côte d'Opale, aux vacances l'an dernier à Marseille en passant par le séjour sur les pistes à La Mongie, dans les Pyrénées, Alexandre Benalla est de tous les voyages. Une proximité et une confiance qui lui ont valu de nombreux privilèges. Sans formation particulière, il pilotait depuis quelques mois un projet de réorganisation de la protection de président de la République, lui par qui tous les aspects de sécurité devait passer depuis l'accession au pouvoir d'Emmanuel Macron. A cela s'ajoute un poste d'adjoint au chef du cabinet du président ou encore un appartement de fonction quai Branly dans une annexe de l'Elysée et un badge lui donnant accès à l'ensemble des locaux de l'Assemblée nationale.

Omniprésence, privilèges mais aussi clémence. Car Alexandre Benalla s'est aussi fait remarquer pour ses coups de sang et son comportement, très souvent à la limite du dérapage, notamment avec les journalistes. Après que le chef de cabinet d'Emmanuel a eu connaissance des coups portés à des manifestants lors des rassemblements du 1er mai, une simple mise à pied de 15 jours a été décidée. Au point que certains redoutent que le désormais encombrant garde du corps soit au coeur des petits secrets de la Macronie.

D'autant que depuis les premières révélations sur cette affaire, le président n'a pas hésité à décrocher son téléphone pour parler à Alexandre Benalla, croit savoir le JDD. "J’espère qu’il ne le tient pas par les c*******", lâche auprès de L'Opinion un proche du chef de l'Etat. 

J.C.