BFMTV

Valérie Pécresse organise sa résistance au sein des Républicains

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse et le nouveau président des Républicains Laurent Wauquiez, le 30 juin 2011 à Paris.

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse et le nouveau président des Républicains Laurent Wauquiez, le 30 juin 2011 à Paris. - Thomas Samson - AFP

A l'occasion du premier bureau politique de son parti, la présidente LR de la région Île-de-France a rappelé son opposition à la ligne politique tenue par Laurent Wauquiez.

Elle jurait vouloir éviter une "guerre des chefs" en ne se présentant pas à la présidence du parti. Valérie Pécresse n'a pourtant pas beaucoup d'affinités avec Laurent Wauquiez, récemment élu à la tête des Républicains, et ne s'en cache plus vraiment.

La semaine dernière, elle révélait avoir refusé la proposition de ce dernier de prendre la présidence du conseil national du parti. Un refus confirmé par Laurent Wauquiez ce mardi, devant les députés LR.

"La main reste tendue à tout le monde, mais je constate que certains préfèrent développer une opposition interne plutôt que de s'opposer ensemble à Emmanuel Macron", a taclé le nouveau président du parti devant les élus.

La présidente de la région Île-de-France souhaiterait que "Libres!", son mouvement créé en septembre, soit associé aux Républicains, mais que certains adhérents puissent adhérer au mouvement sans prendre la carte du parti.

"Rester dedans mais être différents"

Contrairement à Xavier Bertrand, qui a claqué la porte de LR dès le lendemain de l'élection de Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse veut rester et influencer la ligne du parti.

"Je fais le choix, avec tous ceux qui partagent ma sensibilité politique, de rester dedans mais d'être différents", déclarait-elle au micro de RTL en fin de semaine dernière, expliquant avoir refusé la présidence du conseil national LR parce que "c'était finalement donner un blanc-seing à Laurent Wauquiez et adhérer à une ligne politique qui n'est pas la mienne".

Les dissensions entre les deux figures du parti étaient visibles ce mardi, à l'occasion du premier bureau politique des Républicains. Valérie Pécresse a ainsi été "la seule à ne pas avoir commencé par féliciter Laurent pour son élection", selon plusieurs participants cités par RTL.

Mais surtout, elle en a profité pour réaffirmer sa volonté de faire vivre une autre voix dans les rangs de la droite: "La question est: comment retenir ceux qui veulent partir? Si on ne fait pas vivre la diversité au sein de notre famille politique, on va se rétrécir et on finira dans une boîte à chaussures", a-t-elle lancé à l'assemblée.

En réponse, le nouveau président des Républicains a demandé d'éviter "de jouer contre son camp". "Je demande une chose: d'exprimer nos différences positivement. (...) Soyons dans une démarche positive", a-t-il demandé à ses sympathisants.
Liv Audigane