BFMTV

Pécresse a trop "d'amis" chez LR pour soutenir un candidat à la présidence

Valérie Pécresse

Valérie Pécresse - BERTRAND GUAY / AFP

Valérie Pécresse se tient soigneusement à l'écart de la lutte pour la présidence des Républicains, misant sur l'effet "épouvantail" du droitier Laurent Wauquiez.

Valérie Pécresse ne veut fâcher personne: la fondatrice de Libres!, qui a elle-même renoncé à affronter Laurent Wauquiez en décembre prochain pour la présidence des Républicains, se tient soigneusement éloignée de la bagarre. La patronne de l'Île-de-France a voulu justifier cette prudence ce lundi sur RTL:

"Je ne soutiendrai pas de candidat ou de candidate, puisque j'ai beaucoup d'amis qui se présentent à la présidence du parti", a ainsi expliqué l'ancienne ministre sarkozyste.

Il faut dire que des cinq concurrents de Laurent Wauquiez, aucun ne semble en mesure de lui disputer sérieusement la Rue de Vaugirard.

Celle qui répète à l'envi vouloir éviter une "guerre des chefs" à la tête des Républicains mise sur une stratégie attentiste, dont cette déclaration est la parfaite illustration. Sans avoir à descendre dans l'arène, Valérie Pécresse parie sur la fracture provoquée par l'élection probable de Laurent Wauquiez, dont la ligne "à droite toute" est rédhibitoire pour nombre d'élus LR.

Rabâchage

Depuis le lancement de son mouvement, censé incarner la droite "modérée", Valérie Pécresse ne manque jamais une occasion de marquer sa différence avec le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, toujours à l'aide de l'épouvantail du Front national. C'était encore le cas ce lundi matin, la non-candidate martelant l'un de ses éléments de langage favoris. 

"Aucun des leaders d'extrême droite ne dit qu'il a envie travailler avec moi", a encore déclaré Valérie Pécresse. "Donc le fait que des leaders d'extrême droite fassent des appels du pied et des œillades à Laurent Wauquiez m'invite à la prudence et à poser un certain nombre de garde-fous, de lignes rouges."

"Lignes rouges" que la présidente de région serait trop heureuse de voir franchies par Laurent Wauquiez. 

Louis Nadau