BFMTV

Retrouvailles bordelaises entre Édouard Philippe et Alain Juppé

Alain Juppé et Édouard Philippe

Alain Juppé et Édouard Philippe - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le Premier ministre se rendra aux côtés de son ancien mentor à Bordeaux, vendredi. Il s'agit de la première rencontre entre les deux hommes depuis la nomination d'Édouard Philippe à la tête du gouvernement.

Il n’était pas apparu publiquement à ses côtés depuis sa nomination à Matignon. Vendredi 20 octobre, Édouard Philippe se rendra à Bordeaux chez son mentor, Alain Juppé, à l’occasion d’un déplacement sur le thème du logement, comme le révèle L’Opinion.

Reste à savoir quelle sera la teneur des échanges lors de cette première rencontre post-présidentielle. Et pour cause, si les deux hommes sont restés proches, communiquant régulièrement par téléphone, Alain Juppé n’a pas toujours été tendre avec Emmanuel Macron depuis son arrivée à l’Élysée:

"Je ne sais pas ce que c’est le macronisme. Dire qu’on veut faire de la politique autrement, ça me fait bien rigoler. Ça fait quarante ans que je l’entends dire", avait déclaré le maire de Bordeaux dans les colonnes de Sud Ouest en mai dernier.

"Un homme de grand talent"

Il n’empêche que le candidat malheureux de la primaire des Républicains s’est toujours montré aimable à l’endroit de son fidèle lieutenant: "Édouard Philippe est un homme de grand talent. […] Il a donc, je crois, toutes les qualités pour assumer la fonction difficile que le président de la République vient de lui confier et je lui souhaite bonne chance", avait-il affirmé après la nomination de son "ami" à la tête du gouvernement.

Pourtant, Alain Juppé a, dans un premier temps, conseillé à son poulain de ne pas accepter la proposition d’Emmanuel Macron: "Je sais que Matignon ne se refuse pas mais n’y allez pas. Prenez un gros ministère comme la Défense", avait-il tenté de le persuader, selon le Canard Enchaîné.

Et de l’avertir: "Matignon, c’est déjà difficile quand on dispose, comme c’était mon cas avec Chirac, d’une marge de manœuvre importante. Mais, quand on ne l’a pas, c’est mortel. […] Vous allez passer pour un traître. Vous allez être lâché par tout le monde. […] Je pourrai vous soutenir individuellement mais pas politiquement".

Si le juppéiste assumé Édouard Philippe n’a pas suivi le conseil de son mentor, ce dernier ne lui en n'a pas tenu rigueur. Comme le rappelle L’Opinion, le maire de Bordeaux a récemment qualifié le Premier ministre d’homme "combatif, courageux" et "ouvert" après son passage dans L’Émission Politique sur France 2.

Dernière rencontre sous l'étiquette LR?

Et Édouard Philippe le lui rend bien. En évoquant ses prédécesseurs lors de son discours de politique générale le 4 juillet dernier, l’ancien maire du Havre avait affirmé savoir ce qu’il "doit à l’un d’entre eux, Alain Juppé", à qui il avait rendu "hommage".

Les 26 et 27 août, le locataire de Matignon aurait pu rendre visite à Alain Juppé qui organisait un séminaire de pré-rentrée avec plusieurs membres de sa garde rapprochée. Mais, estimant qu’il était sans doute trop tôt, le Premier ministre avait finalement envoyé son conseiller Gilles Boyer pour le représenter.

Vendredi, il pourrait s’agir de la dernière rencontre entre les deux hommes sous la même étiquette politique. En effet, pour avoir rejoint Emmanuel Macron, Édouard Philippe devrait être évincé des Républicains à l’occasion du prochain bureau politique du parti qui se tiendra le 24 octobre.

P.L