BFMTV

Primaire de la droite: les stratégies des candidats pour un débat décisif

Les sept candidats à la primaire de la droite se retrouvent jeudi pour un troisième et ultime débat avant le premier tour dimanche prochain.

Les sept candidats à la primaire de la droite se retrouvent jeudi pour un troisième et ultime débat avant le premier tour dimanche prochain. - Eric Feferberg - AFP

Les sept candidats à la primaire de la droite et du centre se retrouvent jeudi soir pour le dernier débat avant de le premier tour. Au programme de ce soir: l'Europe, l'éducation, la jeunesse, la protection sociale et d'autres thèmes choisis par un panel de Français.

Qui ressortira vainqueur du dernier débat avant le premier tour de la primaire de la droite et du centre? La question est dans toutes les têtes, à trois jours du scrutin. Si Alain Juppé fait toujours la course en tête, l'écart se resserre avec ses concurrents et François Fillon est plus que jamais le troisième homme de cette élection, comme le montre un sondage Elabe pour BFMTV publié mercredi. 

Au programme de ce débat, diffusé sur France 2 et Europe 1, les candidats auront à débattre de leur vision sur l'Europe, l'éducation, la jeunesse, la protection sociale et d'autres thème, tous choisis par les Français dans le cadre d'un sondage Harris-interactive. A quelques heures de ce rendez-vous crucial, certains devront conforter leur avance, se positionner ou encore bousculer la hiérarchie quasi-établie. "Ce qui se joue désormais, c'est entre les pro-Sarkozy et les anti-Sarkozy", résume Thierry Arnaud, chef de notre service politique.

"On est dans une forme de suspense incroyable, car on avait cru qu'un duel s'était installé de manière continue", estime Ruth Elkrief. "Aujourd'hui, on peut avoir un scénario inattendu avec l'un des deux éliminés, Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy, ou ce duel qui reviendra au second tour." "Un suspense à la Hitchcock", renchérit Laurent Neumann, l'un de nos éditorialistes politiques.

> Alain Juppé: sortir de la spirale négative

Sa position avant le débat: Alain Juppé est donné largement gagnant depuis des semaines de ce premier tour de la primaire de la droite. Coïncidence ou non, c'est au moment de l'élection surprise de Donald Trump, que le favori a baissé dans les sondages. "On voit très clairement qu'il y a dans l'électorat d'Alain Juppé des gens qui votaient pour lui uniquement parce qu'ils ne veulent pas de Nicolas Sarkozy et qui visiblement commencent à choisir François Fillon", analyse Bruno Jeanbart, directeur général adjoint de l’Institut de sondage OpinionWay.

La stratégie à adopter: lors des derniers débats, le maire de Bordeaux n'a pas pris beaucoup de risques. Ce jeudi soir, il devra se dévoiler, sortir de sa zone de confort et certainement être plus offensif notamment vis-à-vis de François Fillon, qui lui siphonne son électorat. "Ca va se jouer sur leur force de conviction, ce dernier débat et leur capacité à mobiliser les indécis", estime Laurent Neumann, notre éditorialiste politique. "Plus il y aura de votants, plus Alain Juppé a des chances de finir en tête."

La question à ne pas lui poser: En cas de défaite, soutiendrez-vous plutôt le vainqueur de la primaire ou Emmanuel Macron?

> Nicolas Sarkozy: avoir une seconde chance

Sa position avant le débat: Nicolas Sarkozy conforte sa position de numéro deux de ce scrutin. Mieux, c'est auprès des sympathisants Les Républicains que l'ancien président de la République trouve son meilleur soutien. "L'électorat de Nicolas Sarkozy, ce ne sont pas des supporters mais des fans", estime Thierry Arnaud. 

La stratégie à adopter: lors du dernier débat, l'ancien président de la République a mis en avant sa stature d'homme d'Etat. Une stratégie gagnante. "Pour le dernier débat, Nicolas Sarkozy doit montrer qu'il mérite sa place", poursuit le chef de notre service politique. Car face à lui, la question qui se pose est de savoir ce qui l'emporte entre donner une seconde chance à l'ex-président ou tourner la page de cette ère.

La question à ne pas lui poser: Avez-vous reçu une valise d'argent appartenant au régime libyen pour financer votre campagne de 2007?

> François Fillon: l'alternative

Sa position avant le débat: "Alain Juppé a laissé un espace libre en se positionnant au-dessus de la mêlée, François Fillon en a profité." L'analyse de Thierry Arnaud résume la soudaine percée du député de Paris qui gagne jusqu'à dix points selon les études d'opinion. "François Fillon est venu troubler le jeu et entre trois (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon, Ndlr) tout est jouable", estime Ruth Elkrief.

La stratégie à adopter: François Fillon a plus que jamais l'occasion de marquer des points sur ce troisième et dernier débat avant le premier tour. Selon le chef du service politique de BFMTV, l'ancien Premier ministre devra répondre à trois objectifs: "Montrer qu'il a une stature d'homme d'Etat, qu'il est celui qui est le moins enclin au dérapage populiste et qu'il est le plus punchy."

La question à ne pas lui poser: Si Nicolas Sarkozy gagne en 2017, êtes-vous prêt à redevenir l'un de ses collaborateurs?

> Bruno Le Maire: continuer d'exister

Sa position avant le débat: Il voulait incarner le renouveau mais Bruno Le Maire ne parvient plus à mobiliser. Crédité de seulement 7% des intentions de vote, l'ancien ministre de l'Agriculture tente de limiter la casse mais ne parvient que peu à faire ressortir quelques propositions de ses mille pages de programme.

La stratégie à adopter: "Bruno Le Maire doit attaquer les trois (Juppé, Sarko, Fillon, Ndlr) au nom du renouveau", assure Christophe Barbier, éditorialiste à BFMTV. "Il est dans une situation difficile", confirme Thierry Arnaud. "Il doit montrer qu'il est encore là. Il pourrait tout lâcher en se disant qu'il n'a plus rien à perdre."

La question à ne pas lui poser: Plutôt le candidat républicain élu à la primaire ou Emmanuel Macron?

> NKM, Copé et Poisson: montrer qu'ils sont un vote utile

Leur position avant le débat: Il ne fait plus beaucoup de doutes quant à leur position dimanche au soir du premier tour de la primaire. Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-François Copé crédités de 2%, Jean-Frédéric Poisson de 1%, les trois derniers candidats voient leur rêve de présidentielle s'envoler.

Leur stratégie à adopter: Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé et Jean-Frédéric Poisson auront à cœur de prouver qu'ils existent, qu'ils sont des candidats à part entière incarnant chacun une tendance: une droite socialement plus ouverte, une droite décomplexée ou une droite conservatrice. "Ils vont jouer la carte personnelle", estime Thierry Arnaud. "Ils auront pour objectif de montrer qu'ils sont un vote utile, que plus ils feront de voix, plus leur courant pourra peser pour la suite."

La question à ne pas leur poser: Pour qui allez-vous appeler à voter au second tour de la primaire? 

Justine Chevalier