BFMTV

Le MoDem bien représenté au sein du nouveau gouvernement

François Bayrou et Marielle de Sarnez, le 25 juin 2016, à Paris.

François Bayrou et Marielle de Sarnez, le 25 juin 2016, à Paris. - GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Le parti de François Bayrou, dont son président lui-même, hérite de trois portefeuilles clés dans le nouveau gouvernement.

Le parti de François Bayrou avait déjà été bien servi aux législatives (après quelques anicroches). Il rentre désormais en force au gouvernement d'Edouard Philippe. Emmanuel Macron a fait la part belle à la formation centriste, en confiant des portefeuilles ministériels d’importance à trois de ses membres:

François Bayrou, fondateur et président du MoDem, est nommé ministre de la Justice avec rang de ministre d’Etat. Un titre qui le place dans le haut de la hiérarchie ministérielle, juste derrière de le chef du gouvernement. Le maire de Pau revient au gouvernement pour la première fois depuis 1997 et son départ du ministère de l’Education nationale.

Sylvie Goulard hérite d’un portefeuille régalien. La nouvelle ministre des Armées (ex-ministère de la Défense) n’est plus formellement membre du MoDem mais c’est sous cette étiquette qu’elle a été élue en 2009 et 2014 au Parlement européen.

Marielle de Sarnez devient ministre en charge des Affaires européennes auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. La vice-présidente du MoDem, eurodéputée depuis 1999, est l’indéfectible bras-droit de François Bayrou depuis toujours.

Le mouvement bayrouiste "pèse" donc aussi lourd que Les Républicains (3 représentants) au sein du gouvernement Philippe, alors même que le parti de droite surclasse largement le MoDem au niveau électoral.

  • Les personnalités issues du Parti socialiste sont à peine plus nombreuses au sein de l’Exécutif (Christophe Castaner, Gérard Collomb, Jean-Yves Le Drian, Richard Ferrand et Mounir Mahjoubi, soit 5 portefeuilles sur 22).

Choyé aux législatives

François Bayrou récolte là les fruits de son choix en faveur d’Emmanuel Macron dès février 2017.

En dépit des affirmations du côté d’En Marche!, où l’on assure que ce soutien n’a jamais impliqué d’"accord d’appareil" en contrepartie, le MoDem a été choyé aux législatives. Environ 80 candidats bayrouistes ont été investis par le mouvement d’Emmanuel Macron pour le scrutin des 11 et 18 juin.

Mais pour en arriver là, François Bayrou a tout de même dû menacer le président de la République de remettre en cause leur alliance: dans un premier temps, seuls 35 candidats MoDem avaient reçu l’investiture.

  • Des turbulences à prévoir?

Un mini-bras de fer qui pourrait augurer de relations compliquées entre le locataire de l’Elysée et son garde des Sceaux. Car si le second considère avoir donné au premier un avantage décisif pour l’emporter à la présidentielle, Emmanuel Macron ne l’entend pas forcément de cette oreille.

Selon Le Canard Enchaîné paru ce mercredi, le chef de l’Etat a lâché ce commentaire agacé en privé:

"Bayrou veut jouer les marionnettistes. Il considère qu’il m’a fait roi, que je lui dois tout, que j’ai été élu uniquement grâce à lui et qu’il a fait l’élection. Il veut jouer le président délégué, mais ça ne se passe pas comme ça avec moi".

Ghislain de Violet