BFMTV

La colère froide de Bayrou contre Macron

François Bayrou ne reconnaît pas liste des investitures d'En Marche pour les législatives

François Bayrou ne reconnaît pas liste des investitures d'En Marche pour les législatives - Eric FEFERBERG / AFP

Le maire de Pau estime dans L'Obs qu'Emmanuel Macron va devoir "changer de logiciel" après l'annonce des investitures d'En Marche!, non approuvées par le MoDem pour les législatives. Dans le camp Macron, on rappelle qu'"il n'y a pas d'accords d'appareils".

François Bayrou est en colère et le fait savoir. Après avoir dénoncé les investitures d'En Marche! qui, dit-il, n'ont pas "l'assentiment du MoDem" pour les élections législatives, le maire de Pau compare, dans L'Obs, la liste des candidats à une "opération de recyclage du Parti socialiste". C'est "la grande lessiveuse. Je ne laisserai pas faire ça", affirme-t-il. 

D'autant que le président du MoDem dit avoir déjeuné avec Emmanuel Macron la veille de l'annonce des investitures. "On était OK", se rappelle-t-il. Les deux hommes auraient en effet convenu d'un marché. Estimant avoir "fait élire" Emmanuel Macron grâce à son soutien, François Bayrou espérait 120 candidats MoDem investis par En Marche!. "Quand, je lui ai apporté mon soutien, il était à 18%", lâche t-il.

"Une opération de recyclage du PS"

Problème, seuls 35 candidats MoDem sur les 428 premiers présentés ont été investis par le parti d'Emmanuel Macron. La faute, selon toute vraisemblance, à la tenue d'un conseil d'administration d'En Marche! qui aurait rebattu les cartes jeudi matin. "Conseil d'administration?", s'étonne le maire de Pau qui ne semble pas avoir été mis dans la confidence. 

Le président du MoDem hausse le ton. Macron va devoir "changer de logiciel", indique-t-il en souhaitant que le mouvement d’Emmanuel Macron, aujourd’hui "à l’état gazeux", se reprenne en mains.

"À l’époque du post-modernisme et de la post-vérité", on n’a "pas intérêt à être dans celle du post-professionnalisme", prévient-il. Pour régler la situation, François Bayrou a convoqué un bureau politique du MoDem ce vendredi soir.

"Il n'y a pas d'accords d'appareils"

Invité ce vendredi matin de BFMTV et RMC, Richard Ferrand, secrétaire général d'En Marche! a tenu à rappeler les conditions de l'accord passé avec François Bayrou: "Il n'y a pas d'accords d'appareils. Nous avons dit 'Envoyons les meilleurs d'entre nous pour voir comment, ensemble, on sélectionne la meilleure équipe de France pour que demain l'Assemblée nationale ressemble à la France'", a-t-il déclaré avant d'ajouter: "Qu'on continue à marcher le chemin et tout va bien se passer".

De son côté, Sylvie Goulard, eurodéputée du MoDem qui a rejoint le mouvement En Marche! a affirmé sur RTL que "les querelles d'état-major, ça s'apaisera".

"Le soutien qu'on a pu apporter à un moment donné ne signifie pas qu'on a un droit de tirage éternel", a-t-elle poursuivi.

P.L