BFMTV

Investitures En Marche!: Bayrou fulmine contre Macron

Après la publication de la liste des candidats "la République en marche" pour les législatives, François Bayrou a fait part de son désappointement.

La liste de candidats publiée par En Marche! n'a pas "l'assentiment" du MoDem. C'est ce qu'a déclaré François Bayrou, allié d'Emmanuel Macron, après que le mouvement de ce dernier a présenté une liste de 428 candidats labellisés "La République en marche" pour les législatives. 

"La liste des investitures publiées cet après-midi est celle du mouvement politique En Marche!, elle n'est en aucun cas celle à laquelle le MoDem a donné son assentiment", a déclaré le maire de Pau. 

Le bureau politique du MoDem convoqué

François Bayrou en appelle à Macron pour "permettre des investitures communes". "Je convoque le bureau politique du MoDem demain (vendredi) soir en souhaitant que dans les heures qui viennent, un mouvement de raison permette des investitures communes dans toutes les circonscriptions comme Emmanuel Macron et moi en sommes convenus depuis le premier jour de notre entente", a-t-il développé. 

Le maire de Pau a développé ses griefs auprès de L'Obs dans la soirée: "C’est une opération recyclage du Parti socialiste. La grande lessiveuse. Je ne laisserai pas faire ça". Selon lui, la veille encore, il avait trouvé un point d'accord avec Emmanuel Macron en déjeunant avec lui à Paris. 120 candidats du MoDem devaient être investis sur les 577...au lieu de cela, 35 ont à ce jour reçu leur label "La République en marche". 

Le mouvement de Emmanuel Macron a présenté ce jeudi une liste de 428 candidats, qui sera complétée d'ici à mercredi, dont la moitié est issue de la société civile. Cette présentation a donné lieu à plusieurs couacs, plusieurs personnalités présentées comme investies n'étant en fait pas candidates.

Selon Ferrand, "En Marche!" et MoDem feront encore "du chemin ensemble"

Invité du 20h de France 2, Richard Ferrand, secrétaire général d'"En Marche!", a réagi à cette anicroche: "Lorsqu on remet les citoyennes et les citoyens au cœur des élections, qu’Emmanuel Macron à peine élu nous tenons sa promesse de renouveler la politique en profondeur pour avoir une assemblée qui ressemble à la population française, que voulez-vous, tous les partis politiques sentent la turbulence." Il a écarté l'idée d'amender la liste publiée dans l'après-midi: " Les gens qui ont été investis le resteront." 

Il y a cependant encore moyen de s'entendre. En tout cas, il n'est pas question de défaire l'alliance entre le MoDem et le mouvement d'Emmanuel Macron: "L’enjeu c’est que sur chaque circonscription lorsqu’ ‘En Marche !’ avait la meilleure ou le meilleur candidat pour incarner ce renouvellement, il était retenu par la commission nationale d’investiture, et lorsque c’était nos amis du MoDem, c’était quelqu’un du MoDem. Il nous reste du chemin à faire et nous allons l’accomplir ensemble." Relancé pour savoir si un accord était possible dans les 150 circonscriptions, environ, non attribuées pour le moment, Richard Ferrand a répondu: "Bien sûr". 

Un accord détricoté 

D'après l'éditorialiste Anna Cabana, sur notre antenne ce jeudi, cependant, c'est ce gel de 150 circonscriptions qui a rendu plus que circonspect. La journaliste y voit le signe de la volonté de donner l'Hôtel Matignon à une personnalité de droite et donc la fin des espoirs du maire de Pau sur ce point: "Il espérait autre chose, il espérait Matignon pour lui-même", a-t-elle expliqué. 

Pour le chef du service politique de BFMTV, Thierry Arnaud, François Bayrou s'est senti floué, estimant qu'un accord passé au préalable avec Emmanuel Macron avait été battu en brèche: "Cet accord c’était que dans un grand nombre de circonscriptions, plusieurs dizaines, la candidature de cette alliance devait être portée par un candidat du MoDem. Or, il a découvert aujourd’hui que cet accord avait été entièrement détricoté et pour lui ce n’est pas acceptable."

Un problème sur le fond et sur la forme

Et pour le chef de file du MoDem, le problème relève autant du fond que de la forme.

"François Bayrou est vraiment très en colère ce soir parce qu’il estime que le deal n’a pas été tenu. Parce qu’il considère, en plus, que dans la forme, cette conférence de presse avec des couacs, des erreurs, n’est pas à la hauteur", a poursuivi Thierry Arnaud. 

Ce jeudi, sur notre antenne, Christophe Castaner, député élu dans les Alpes de Hate-Provence et proche d'Emmanuel Macron, a expliqué que cette "tension" était "naturelle" pour le chef de file du MoDem, et a assuré qu'une "solution apaisée" serait trouvée. Il a également déclaré qu'il n'y avait pas de "crise" ni de "négociations ou d'accord électoral".

R.V. avec AFP