BFMTV

Avant François de Rugy, les 10 ministres qui ont démissionné du gouvernement Philippe

La première équipe gouvernementale, le 18 mai 2017 à l'Elysée.

La première équipe gouvernementale, le 18 mai 2017 à l'Elysée. - Philippe Wojazer - pool - AFP

François de Rugy n'est pas le premier ministre à quitter le gouvernement depuis l'arrivée d'Emmanuel Macron à l'Elysée. Affaires, échéances électorales ou choix personnel, les raisons varient.

"Je n'ai absolument pas de raison de démissionner", martelait sur BFMTV et RMC François de Rugy vendredi. Pourtant, les révélations sur des dîners fastes, l'occupation d'un logement à vocation sociale, des travaux onéreux ou encore l'utilisation de frais de mandat pour payer ses cotisations EELV, auront finalement eu raison de lui.

Ce mardi, le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé sa démission, une décision acceptée dans la foulée par l'exécutif. Depuis la première photo "de famille" du gouvernement en mai 2017, 11 ministres ou secrétaires d'Etat ont hissé les voiles. 

Une première vague MoDem en juin 2017

Ce sont d'abord Marielle de Sarnez, François Bayrou et Sylvie Goulard, respectivement aux Affaires européennes, à la Justice et aux Armées qui quittent le navire fin juin 2017. La frange MoDem du gouvernement s'est éclipsée dans un contexte de soupçons d'emplois fictifs au sein de leur parti.

Alors affecté à la Cohésion des Territoires, Richard Ferrand transforme l'essai. Inquiété par une enquête préliminaire sur des transactions immobilières au temps où il était directeur des Mutuelles de Bretagne, il démissionne lui aussi en juin 2017, mais à la demande d'Emmanuel Macron et pour briguer la présidence du groupe LaREM à l'Assemblée.

La démission surprise de Hulot

Laura Flessel, ancienne championne olympique et ministre des Sports, quitte le gouvernement en septembre 2018 pour des "raisons personnelles". Toutefois, la Commission des infractions fiscales avait été saisie par le fisc à son sujet.

D'autres démissions tombent avec fracas. A la surprise générale, Nicolas Hulot annonce le 28 août dernier, en direct sur France Inter, son départ du ministère de la Transition écologique et solidaire. Evoquant "la décision la plus difficile de sa vie", il déclare "ne pas vouloir donner l'illusion que (sa) présence au gouvernement signifie qu'on est à la hauteur" sur des enjeux écologiques comme la réduction de l'usage des pesticides. 

Le départ arraché de Collomb

Et parfois, le président s'accroche. En octobre 2018, Gérard Collomb, alors à l'Intérieur, tente de rejoindre la mairie de Lyon où il veut retrouver son poste et se présenter aux prochaines municipales. Pourtant, Emmanuel Macron refuse dans un premier temps sa démission. Il finit par accepter, confiant l'intérim à Edouard Philippe.

Les échéances municipales et européennes ont aussi provoqué le départ de certains membres du gouvernement. Choisie pour être tête de liste LaREM aux élections européennes de mai dernier, Nathalie Loiseau démissionne rapidement du gouvernement

En mars, soit un an avant les élections municipales parisiennes, le secrétaire d'Etat et porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux quitte ses fonctions pour briguer l'investiture LaREM dans la capitale. Même pari pour Mounir Mahjoubi, qui quitte en même temps son poste de secrétaire d'Etat au Numérique. 

Liv Audigane