BFMTV

La ministre des Armées Sylvie Goulard quitte le gouvernement

Sylvie Goulard, le 18 juin 2017.

Sylvie Goulard, le 18 juin 2017. - Bertrand Guay - AFP

Sylvie Goulard a annoncé ce mardi, dans un communiqué, sa décision de quitter le gouvernement.

La ministre des Armées Sylvie Goulard a annoncé ce mardi, dans un communiqué, sa décision de quitter le gouvernement pour pouvoir "démontrer librement (s)a bonne foi" dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs présumés au MoDem.

"Je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi"

"Le Président de la République a entrepris de restaurer la confiance dans l’action publique, de réformer la France et de relancer l’Europe. Cette entreprise de redressement doit l’emporter sur toute considération personnelle. C’est pourquoi j’ai demandé au Président de la République, en accord avec le Premier ministre, de ne plus faire partie du Gouvernement", écrit ainsi Sylvie Goulard. 

"Dans l’hypothèse où l’enquête préliminaire visant le Modem conduirait à vérifier les conditions d’emploi de mes assistants au Parlement européen, je souhaite être en mesure de démontrer librement ma bonne foi et tout le travail que j’y ai accompli", ajoute-t-elle.

Selon nos informations, Sylvie Goulard devait se rendre au Salon du Bourget ce mardi à 10 heures, mais a finalement annulé sa visite. 

Un nouveau gouvernement attendu

Cette annonce intervient alors qu'un nouveau gouvernement doit être annoncé avant mercredi 18 heures, après les élections législatives de dimanche. Invité ce mardi matin de BFMTV et RMC, le Premier ministre Edouard Philippe a indiqué qu'il n'est "pas impossible" que de nouveaux membres de Les Républicains fassent leur apparition dans cette nouvelle équipe gouvernementale.

Le Premier ministre a également dit souhaiter "un gouvernement équilibré", "avec des gens qui viennent de la droite, c'est mon cas, de la gauche, du centre, des gens dont la légitimité ne résulte pas d'un engagement partisan", et "à parité entre la société civile et les élus, et entre les hommes et les femmes".

A.S. avec AFP