BFMTV

Les paris de François Hollande

Hollande dans la nasse de sa vie privée à la veille d'un rendez-vous politique majeur

Hollande dans la nasse de sa vie privée à la veille d'un rendez-vous politique majeur - -

Un nouveau souffle, le détail du pacte de responsabilité, et l'affaire "Closer" sont au menu de la conférence de presse, ce mardi, de François Hollande.

Pour François Hollande, la conférence de presse de ce mardi devait être l'occasion de relancer son quinquennat après une fin d'année 2013 difficile, marquée par l'affaire Léonarda et une courbe du chômage qui peine à s'inverser. Mais ce grand oral du président de la République risque surtout d'être parasité par les révélations de Closer sur sa relation avec l'actrice Julie Gayet et l'hospitalisation de Valérie Trierweiler. Que faut-il attendre désormais de cette grande conférence de presse? Revue de détails.

> Incarner un nouveau souffle

Toujours très bas dans les sondages (24% selon OpinionWay diffusé dimanche) en dépit d'un léger rebond quelques jours avant l'affaire Closer, François Hollande entend avant tout clarifier sa ligne politique, devant les quelque 600 journalistes français et étrangers qui se presseront à l'Elysée.

Le débat va bon train depuis ses voeux aux Français le 31 décembre: a-t-il opéré un virage social-démocrate voire social-libéral? "Il n'y a eu aucune inflexion économique, aucun tournant politique mais un approfondissement, une accélération et une clarification", jure son conseiller politique, le très à gauche Aquilino Morelle. Il n’empêche l’enjeu est crucial pour François Hollande. "Soit il avance et précise son pacte de responsabilité en direction d’une politique pro-Medef, mais il prend le risque de se couper d’une partie de sa base sociale et syndicale", avance un socialiste dans les colonnes du Monde. "Soit il recule ou reste imprécis, et il retombe alors dans la critique du président mou et inconstant".

> Définir les contours de son pacte de responsabilité

Le président doit également détailler le contenu de son "pacte de responsabilité" qu'il a proposé aux entreprises le 31 décembre dernier, lors de ses vœux aux Français. Il doit en particulier préciser s'il compte baisser davantage la fiscalité des entreprises et le coût du travail, et quels engagements il attend en termes d'embauches. Jusqu’à présent, les membres du gouvernement ont été particulièrement avares de précisions sur le contenu de ce plan, renvoyant à la conférence de presse du chef de l'Etat et à ses voeux aux partenaires sociaux le 21 janvier. A noter toutefois, que le ministre du Travail, Michel Sapin, a évoqué la possibilité de baisser "fortement" la fiscalité pesant sur la production mais en mettant en parallèle une hausse des prélèvements sur les résultats des entreprises.

> Détailler les nouvelles marges de manœuvres budgétaires

François Hollande doit aussi dire comment il compte contraindre l'évolution des dépenses publiques à l'avenir, pour redresser les finances de la France. Le premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a récemment estimé que le pays était dans une "zone dangereuse" et que "les efforts jusqu'ici engagés ne suffisent pas à nous en dégager". Dans un contexte de hausse des taux payés par les Etats sur leurs emprunts, les agences de notation restent en embuscade, Moody's devant évaluer à nouveau la note souveraine française le 24 janvier. Un plan d’économie concret, des coupes budgétaires identifiées sont donc attendus.

> Clore l'épisode Closer

Mais mardi matin, c'est toujours la vie privée du président et les révélations de Closer sur sa liaison avec l’actrice Julie Gayet qui occupent le devant de la scène médiatique. Valérie Trierweiler, la compagne du président, a été hospitalisée vendredi, quelques heures après les révélations du magazine people Closer.

Or, tant que la première dame récupère, une clarification du président sur sa vie privée semble difficile. Reste que François ne pourra guère échapper aux questions des journalistes sur le couple présidentiel. Sans aucun rôle constitutionnel sous la Ve République, la compagne du chef de l'Etat occupe en effet une fonction au moins symbolique. Elle dispose à l'Elysée d'un chef de cabinet, d'une chargée de mission et de deux secrétaires qui se relaient. Un officier de sécurité l'accompagne dans ses déplacements à l’étranger.

Sur la scène internationale justement, une clarification est nécessaire. Valérie Trierweiler a une place importante dans le protocole des visites présidentielles et devait se rendre aux côté de François Hollande le mois prochain aux Etats-Unis.

Selon des sources proches de l’Elysée, la communication du président sur ce sujet pourrait se réduire à son strict minima, François Hollande rappelant une nouvelle fois qu’il s’agit de questions de vie privée.

Hélène Favier avec agences