BFMTV

Hollande: "les affaires privées se traitent en privé"

François Hollande lors de sa troisième conférence de presse.

François Hollande lors de sa troisième conférence de presse. - -

François Hollande a tenu ce mardi, sa troisième conférence de presse dans le tumulte de sa vie privée. Retrouvez ici l'intégralité de sa conférence.

François Hollande a donné mardi la troisième conférence de presse de son mandat, dans un climat de tumulte médiatique après des révélations de Closer sur sa liaison avec l'actrice Julie Gayet. Retrouvez ici l'intégralité de cette conférence de presse.

Ce live est terminé, merci de l'avoir suivi. Retrouvez ici l'essentiel de la conférence de presse, et cliquez ici pour en savoir plus sur les annonces économiques du président.

18h45 - La question de la vie privée revient. François Hollande a eu beau être ferme sur la protection de sa vie privée, la question de la santé de Valérie Trierweiler, hospitalisée vendredi, est tout de même posée. La réponse est cinglante: "elle se repose, et je n'ai pas d'autres commentaires à faire".
18h30 - Leonarda. L'affaire de cette jeune fille rom, expulsée de France alors qu'elle était en sortie scolaire en octobre 2013, avait fait polémique. "Cette affaire est réglée", "personne n'est revenu", selon François Hollande, qui avait proposé à Leonarda de revenir en France, mais "sans sa famille". Pour le président, le gouvernement n'a pas "à rougir" de la politique menée à l'égard des Roms.

18h15 - Pas d'augmentation d'impôts. "Je ne veux pas que les impôts des ménages augmentent. Car au départ, c'est ce qui m'était proposé: baisser les cotisations des entreprises, et monter les impôts: non, je ne veux pas que cela se passe comme ça. Et pour que cela ne se fasse pas, il faut faire des économies", explique François Hollande.

18h00 - Comment réagir face à Dieudonné? "Il y a des actes antisémites, des paroles antisémites. Des actes anti-musulmans, nombreux, avec des profanations, qui doivent tout autant être dénoncés", affirme le chef de l'Etat. "Aucun de ces actes ne doit être accepté". Le président valide ainsi la stratégie de Manuel Valls.

17h50 - La sécurité du président. "Partout, ma sécurité est assurée et à tous moments. Quand je me déplace officiellement ou lorsque je me déplace à titre privé, avec une protection moins étoffée. Que personne ne s’inquiète dessus."

Plus tôt dans la journée, Christian Jacob, le patron des députés UMP s'était inquiété à l'Assemblée de la sécurité du président lors de ses déplacements privés notamment. Il avait fustigé "l'amateurisme" du président.

17h41 - Sur le statut du conjoint, François Hollande explique qu'"il n'y en a jamais eu" (...) Il y a des usages, qui ont également concerné les femmes de mes prédécesseurs (...) Ce qui est essentiel pour moi, c'est la transparence. Les moyens consacrés au conjoint doivent être connus, publiés, et les coûts doivent être les moins élevés possibles".

17h40 - Des suites judiciaires à l'affaire Closer? "Tout doit me conduire comme citoyen à poursuivre Closer, explique François Hollande, qui s'interroge également sur son statut: "Je suis protégé par une immunité, et vous le savez, c'est-à-dire qu'on ne peut pas m'attaquer. Puis-je attaquer les autres?"

"Mon indignation est totale", poursuit le chef de l'Etat. "C'est une violation qui touche à une liberté fondamentale". Le président rejette toutefois un changement de législation: "je suis contre les lois de circonstance. Les tribunaux sont là pour sanctionner les abus".

17h35 - "Les jeunes n'ont pas rompu avec leur pays". Concernant les jeunes qui partent à l'étranger, François Hollande se demande "comment blâmer les jeunes qui veulent passer du temps à l'étranger? Ils sont les ambassadeurs de la France dans ces pays!", affirme le président, tout en reconnaissant que ces jeunes, "il faut qu'ils reviennent: le logement et la rémunération des talents" font partie des critères qui permettent ce retour. "Quand on a 25 ans et qu'on n'a pas un CDI, c'est insupportable (...) On doit tout faire pour que les jeunes aient un espoir", conclut-il.

17h25 - 18 mois perdus? A la question de savoir s'il n'aurait pas "perdu 18 mois", François Hollande justifie son travail et égrène ses actions. "En 18 mois, jamais il n'y a eu autant de réformes structurelles depuis des années", affirme-t-il. "Mais je ne peux me contenter de prolonger ce qui existe", d'où une accélération annoncée par le président.

17h20 - Hollande, social-libéral? "Suis-je un social-démocrate? Oui". Mais "je ne suis pas gagné par le libéralisme, c'est tout le contraire, puisque c'est l'Etat qui prend l'initiative", a-t-il assuré après l'annonce d'une baisse des charges pour les entreprises.

17h18 - "Chacun peut traverser des épreuves, ce sont des moments douloureux. Mais j'ai un principe: c'est que les affaires privées se traitent en privé, dans une intimité respectueuse de chacun", répond le président. François Hollande promet ceci dit de clarifier la situation de son couple avant son déplacement aux Etats-Unis, le 11 février.

17h15 - Première question sur la vie privée de François Hollande, après la publication par Closer d'un article faisant état d'une liaison entre le président et la comédienne Julie Gayet.

17h11 - "Relancer l'Europe". A l'aide d'un travail commun avec l'Allemagne, François Hollande souhaite relancer l'Europe, "comme je l'avais déjà dit". "Il ne faut pas avoir peur de l'Europe, il faut plutôt craindre qu'elle s'affaiblisse, qu'elle disparaisse".

"Je ne laisserai pas faire ceux qui veulent en terminer avec l’idée européenne. Je ne laisserai pas faire non plus ceux qui veulent en finir avec l'euro" - allusion du chef de l'Etat au Front national notamment, dont le programme s'appuie sur une sortie de l'euro.

17h05 - "Victoire au Mali". Le président estime que l'opération Serval est "une victoire". "Voilà ce qu'est une intervention utile où la France a pu être à sa place". En Centrafrique, "l'Europe va venir" pour aider notamment sur le plan humanitaire, annonce le président. Puis "une force de la paix viendra prendre le relais". "Nous avons espoir que la paix revienne", affirme François Hollande, qui rappelle que "1.600 soldats français sont déployés" sur place.

17h - Fin de vie. François Hollande se dit favorable à une "assistance médicalisée" pour terminer sa vie, dans un cadre "strict", à une personne majeure, atteinte d'une maladie incurable.

16h57 - Un conseil de la dépense publique. François Hollande annonce la création d'un "conseil stratégique de la dépense publique", qui se réunira chaque mois.

16h52 - "Le gouvernement engagera sa responsabilité devant l'Assemblée", annonce François Hollande en évoquant, toujours, le pacte de responsabilité.

16h50 - François Hollande développe l'agenda fixé autour du pacte de responsabilité. Il passera notamment par une concertation avec les partenaires sociaux, l'organisation des assises de la fiscalité, menées par Jean-Marc Ayrault, et sera conclu par une grande conférence sociale au printemps.

16h43 - Quatre chantiers fondent le pacte de responsabilité, poursuit François Hollande: "la poursuite de l'allègement du coût du travail, la visiblité des entreprises, la simplification et enfin les contreparties avec les entreprises." Ce pacte "implique toutes les parties prenantes: l'Etat, les collectivités locales, et les partenaires sociaux."

"Ma méthode, c'est la concertation. Une méthode qui a fait ses preuves", explique le chef de l'Etat.

16h40 - Le pacte de responsabilité doit "permettre plus d'embauches". "Le temps est venu de régler le principal problème de la France: sa production. Il nous faut produire plus, et mieux", martèle François Hollande.

16h51 - Plus de cotisations familiales pour les entreprises en 2017, annonce François Hollande. Ces cotisations repérsentent plus de 30 milliards d'euros. François Hollande a expliqué : "il n'y aura pas de transfert de charges des entreprises vers les ménages".

16h38 - François Hollande arrive au pupitre. "J'ai une conviction: si la France veut peser dans le monde, garder la maitrise de son destin, alors elle doit retrouver de la force économique - or elle en a perdu. Nous n'avons pas encore gagné la bataille de l'emploi", reconnaît le président.

16h30 - Les ministres prennent place dans la salle. Il ne manque plus que le président...

16h15 - Les ministres arrivent à l'Elysée. Fleur Pellerin, Michèle Delaunay, Arnaud Montebourg... Peu à peu, les ministres arrivent à l'Elysée. Seuls Stéphane Le Foll et Cécile Duflot sont absents, car ils défendent "leurs" projets de loi à l'Assemblée nationale.

16h07 - Donner un statut au conjoint du président? C'est la proposition du député UMP Daniel Fasquelle. "On ne peut plus aujourd'hui se contenter de règles fondées seulement sur les usages", explique le député.

16h - Wauquiez s'en mèle. L'ancien ministre demande à François Hollande de "clarifier les choses" concernant sa vie privée, puis de "passer à autre chose". Il déplore que la vie politique soit "encombrée de sujets anecdotiques".

Interrogé sur le statut de la première dame, alors que Valérie Trierweiler est hospitalisée depuis vendredi, l'ancien ministre a estimé qu'il y avait "eu dans le comportement et dans cette affaire beaucoup de manque d'élégance et de dignité, notamment de la part du président de la République".

15h55 - Une "support party" pour le président. A 30 minutes du début de la conférence de presse, les militants affluent aussi à Solférino, au siège du Parti socialiste, où une "support party" est organisée pour François Hollande. Objectif: "relayer et soutenir sur les réseaux sociaux" l'intervention du président. Qui pourrait en avoir besoin...

15h45 - H-1. La salle où François Hollande va donner sa conférence de presse se remplit peu à peu à l'Elysée. En tout, près de 600 journalistes, dont 200 de la presse étrangère, sont attendus pour l'évènement. François Hollande est attendu pour 16h30.

15h05 - Jean-Marc Ayrault réplique. "Il faut cesser de confondre vie privée et exercice de la fonction publique", exulte le Premier ministre, avant de poursuivre: "Vous prétendez défendre la fonction du chef de l’Etat et vous ne faites rien d’autre que de cesser de l’abîmer. Pouvez vous trouver une fois où le président de la République a opéré une quelconque confusion entre sa vie privée et ses fonctions? Cela ne s’est jamais produit", martèle le Premier ministre.

Qui incite le chef des députés de l'opposition à attendre les réponses du président: "Je vous invite à regarder la télévision et écouter le président pendant sa conférence de presse. Vous verrez qu'il n'a qu'une seule préoccupation: c'est l'avenir de la France (...)"

15h - Christian Jacob interpelle François Hollande. "Comment est-il possible que le président soit suivi pendant plusieurs semaines sans que personne ne s'aperçoive de rien?", demande le patron des députés UMP dans une ambiance houleuse. "Est-il possible que le président de la République décide lui-même de son niveau de sécurité et de protection? Le président doit prendre conscience du niveau de responsabilité qu’il exerce, que sa fonction sublime sa personne et qu’il incarne l’image de la France aux yeux du monde!"

14h50 - Les attentes de Christian Jacob. Outre la sécurité, qui sera donc le thème de sa question à Jean-Marc Ayrault, Christian Jacob attend beaucoup de la conférence de presse de François Hollande.

14h45 - La sécurité du président, "un alibi"? C'est en tout cas ce qu'affirme le député UMP Lionnel Lucca sur son compte Twitter mardi. "Comment faire oublier le scandale sinon par la diversion? La sécurité du Président devient l'alibi de celle-ci.Trop fort!...", écrit Lionnel Lucca. C'est pourtant sur la sécurité que doit porter la question de Christian Jacob, le patron des députés UMP, à l'Assemblée dans quelques minutes.

Comment faire oublier le scandale sinon par la diversion?La sécurité du Pdt devient l'alibi de celle-ci.Trop fort!...
— Lionnel Luca (@lionnelluca06) 14 Janvier 2014

14h10 - Un statut pour la première dame? Juppé ironise. Questionné lors de ses voeux à la presse, à l'hôtel de ville de Bordeaux, sur la pertinence d'un statut spécifique à la première dame, Alain Juppé déclare qu'"en France, on adore les statuts. On peut faire un statut de la première dame et de la deuxième dame aussi, peut-être?"

La création d'un statut de "première dame", "je ne suis pas sûr que ce soit vraiment la réponse. Ce qui est sûr, c'est que ce n'est pas bon pour l'image, ça, c'est clair. Beaucoup à l'étranger qui sont spécialistes du 'french bashing' s'en donnent à coeur joie", a-t-il ajouté.

13h45 - Jacob va interpeller Ayrault sur la vie privée de Hollande. Avant la conférence de presse du président, les députés de l'UMP sont dans les starting-blocks. Leur chef de file, Christian Jacob, interpellera le Premier ministre sur les remous autour de la vie privée de François Hollande lors de la séance des questions au gouvernement, a-t-il annoncé, avant de préciser: "j'interviendrai à 15 heures au nom du groupe".

13h35 - L'UDI n'attend "rien" de la conférence de François Hollande. En dix-huit mois, "ça fait trois fois qu'il change de cap", "le président de la République est un derviche tourneur", déclare Jean-Christophe Lagarde. "Qu'il sorte de la République de la parole pour rentrer dans les actes".

Concernant la liaison de François Hollande avec Julie Gayet, il dit douter que cette conférence de presse soit "le lieu pour faire une clarification sur sa vie privée".

13h01 - L'affaire Closer "occulte l'essentiel". Le chef de file des députés du Front de Gauche André Chassaigne déplore, avant la conférence de presse du président de la République, que les révélations sur la vie privée de François Hollande "occultent l'essentiel, les difficultés des Français".

12h57 - Et voici "le dessin du jour" de notre illustrateur Na! Il porte évidemment sur le grand oral du chef de l'Etat qui débutera à 16h30. La scénographie de cette conférence de presse, sous les ors de la salle des fêtes de l'Elysée, devrait être inchangée par rapport aux deux premières (novembre 2012 et mai 2013) avec le président, seul à son pupitre, faisant face au gouvernement au grand complet, aux journalistes et aux caméras.

12h15 - Qui posera la première question au président? C'est au président de l'Association de la presse présidentielle, Alain Barluet (Le Figaro), que reviendra ce droit.

12h10 - Hollande "va prendre des risques". Selon le président du groupe PS au Sénat, François Rebsamen, François Hollande "va prendre des risques" lors de sa conférence de presse. "C'est un social-démocrate. Il a au coeur deux choses: d'abord le dialogue social" et puis "le pragmatisme". Ce pragmatisme, "François Hollande l'a saisi, perçu", selon le chef des sénateurs PS. Pour lui, le discours du président lors de ses voeux, "ce n'était pas des mots en l'air".

12h00 - François Hollande débutera, à 16h30, sa conférence de presse désormais rituelle par un discours liminaire d'une vingtaine de minutes auquel il a encore assidûment travaillé lundi, selon son entourage. Puis, il se soumettra au feu roulant des questions de quelque 600 journalistes français et étrangers, consacrant au moins une heure à la politique intérieure et une demi-heure aux sujets internationaux.

11h00 - La presse de mardi met une pression assez inhabituelle sur François Hollande, sommé de s'expliquer sur sa vie privée tumultueuse lors de sa troisième conférence de presse présidentielle.

|||>> L'ESSENTIEL

• François Hollande a tenu sa 3e conférence de presse

• Il a répondu sur l'affaire "Closer"

• Et a détaillé son pacte de responsabilité

H.F. et A. K.