BFMTV

Mélenchon: Hollande devrait être "davantage habité par la fonction"

Jean-Luc Mélenchon le 13 novembre 2013 à Pau. Le coprésident du Parti de gauche appelle François Hollande à se montrer "davantage habité par la fonction".

Jean-Luc Mélenchon le 13 novembre 2013 à Pau. Le coprésident du Parti de gauche appelle François Hollande à se montrer "davantage habité par la fonction". - -

Certes, le président du Parti de gauche n'a pas souhaité commenter les révélations sur la vie privée du président, mais il ne s'est toutefois pas privé de lui donner quelques conseils...

Commenter les récentes révélations sur la vie privée de François Hollande? Jean-Luc Mélenchon s'y refuse... Enfin, presque. "C'est sa vie privée, je fais partie des gens qui tiennent beaucoup à la distinction entre les deux. Mais on voit bien qu'il y a un impact public, au moins sur un plan: la sécurité du président, ça nous intéresse. On ne peut pas considérer que c'est son affaire privée de savoir s'il est en sûreté ou pas", a déclaré Jean-Luc Mélenchon sur Radio Classique.

"Je ne veux pas discuter de sa vie privée mais cependant, je crois qu'il faut savoir être habité. Chez François Hollande, la tartufferie est permanente (...). Il fait un discours contre la finance avant de la cajoler, il se présente comme socialiste alors que le Medef n'a jamais eu autant qu'aujourd'hui son rond de serviette", a accusé l'ex-candidat à la présidentielle de 2012.

"Je m'astreint à une discipline de fer pour pouvoir diriger"

Mais le chef de l'Etat n'est pas seul à se faire écorcher par Jean-Luc Mélenchon. "Les médias devraient aussi s'astreindre à une certaine réserve. Par exemple, quand L'Express s'est amusé à raconter les liens de paternité de Marion Maréchal-Le Pen - que je combats politiquement -, je suis choqué que cette femme soit prise à partie sur qui est réellement son père. Je trouve ça odieux", a développé Jean-Luc Mélenchon.

"Il faut qu'il soit habité par la fonction. Moi j'aime ma patrie. Je suis un opposant, je m'astreins à une discipline de vie de fer pour être demain, si le pays le décidait, prêt à diriger. Alors quand même, quand on est dans la fonction, on peut faire un petit effort aussi et considérer que la fonction est plus importante que sa personne", a-t-il conclu.

A. K. avec AFP