BFMTV

Ouverture du procès de Jawad Bendaoud, "logeur" de jihadistes du 13-Novembre

Le procès de Jawad Bendaoud débute ce mercredi 22 janvier 2018

Le procès de Jawad Bendaoud débute ce mercredi 22 janvier 2018 - Benoit PEYRUCQ / AFP

Le procès de Jawad Bendaoud s'ouvre à la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris ce mercredi, lors duquel 500 parties civiles sont représentées. Quelques précisions sur ce procès hors norme.

Le procès du "logeur" de Saint-Denis, Jawad Bendaoud, et de deux autres hommes, Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen, s'est ouvert ce mercredi, à Paris. Jawad Bendaoud et Youssef Aït Boulahcen, sont soupçonnés d’avoir aidé des membres des commandos des attaques de Paris et Saint-Denis à trouver un logement. Tandis que Mohamed Soumah "non-dénonciation de crime terroriste".

Jawad Bendaoud est apparu calme lors de l'ouverture de ce procès, vêtu d'un t-shirt blanc, ayant pris une vingtaine de kilos. La programmation du procès prévoit normalement d'entendre Youssef Aït Boulahcen.

Quelques précisions sur le procès qui a lieu en ce moment à la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Premier procès en lien avec les attentats du 13-Novembre

C'est le premier procès qui a lieu en lien avec les attentats de Paris. Un dispositif hors normes à été mis en place: 500 victimes se sont portées parties civiles pour demander réparation et sont représentées par 80 avocats. Une seule partie civile a pu rentrer dans la salle principale, ainsi que douze journalistes et cinq dessinateurs. Les autres journalistes et parties civiles doivent suivre les débats dans deux autres salles où sont retransmis les débats. Environ 60 médias sont accrédités pour retranscrire les débats. 

Un verdict attendu le 14 février

Le procès s'étalera sur trois semaines, et le verdict de ce procès hors norme sera rendu le 14 février. Durant ces trois semaines, la principale question qui sera débattue sera de savoir si Jawad Benadoud savait qu'il hébergeait des terroristes à son domicile situé au 48 rue de la République, à Saint-Denis. Le procès nommé "procès Jawad", provient notamment d'une interview réalisée par BFMTV, alors que les dernières détonations viennent de se faire entendre rue de la République. L'homme cherche immédiatement à se dédouaner, lorsqu'il comprend qu'il a logé les mauvaises personnes. Il deviendra ensuite la risée d'Internet, faisant l'objet de blagues et de montages. Un détournement médiatique que Jawad Benadoud dénonçait le 30 novembre dernier, affirmant : "J’ai croisé un journaliste, c’est tout. Arrêtez de dire que je me suis mis en scène!". La demande de huis clos réclamé par les avocats du jeune homme de 31 ans a été refusée. 

  • Deux hommes jugés en même temps que Jawad Bendaoud

Durant ce procès, deux hommes sont jugés en même temps que Jawad Bendaoud: il s'agit de Mohamed Soumah et de Youssef Aït Boulahcen. Mohamed Sourah, est jugé pour avoir été l'intermédiaire entre Hasna Aït Boulahcen, la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, et Jawad Bendaoud. Il sera donc jugé pour "non-dénonciation de crime terroriste". Youssef Aït Boulahcen est poursuivi pour "non dénonciation de crime", il encourt 5 ans de prison. Jawad Bendaoud quant à lui encourt jusqu'à six ans de prison. 

S.Z avec Justine Chevalier