BFMTV

Image d'une silhouette blanche dans la voiture du suspect: l'avocat des parents de Maëlys prudent

L'avocat des parents de Maëlys, la fillette qui a disparu lors d'un mariage en Isère fin août, se veut prudent après l'information de BFMTV selon laquelle une caméra de vidéosurveillance a enregistré la voiture du suspect, la nuit de la disparition, une silhouette blanche sur le siège passager.

Fabien Rajon, l'avocat des parents de Maëlys, a réagi avec "prudence" à l'information selon laquelle une caméra de vidéosurveillance a enregistré le véhicule du suspect, la nuit de la disparition de l'enfant près de la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin, une silhouette blanche de petite taille, non identifiée pour l'heure, sur le siège passager.

"Certaines révélations ont été démenties par le passé", a-t-il indiqué sur BFMTV ce vendredi. Il a rappelé que l'information judiciaire était "couverte par le secret de l'instruction" et a assuré ne pas avoir "de confirmation du parquet ou des magistrats instructeurs".

Cependant, le cliché est de mauvaise qualité. Cette masse blanche ne permet pas de déterminer avec exactitude s'il s'agit d'une forme humaine sur le siège passager. Retravaillée, l'image permet de faire ressortir une silhouette de petite taille.

"Interpellé quant à l'attitude du mis en examen"

Un homme de 34 ans, ancien militaire et maître-chien, a été mis en examen pour "enlèvement et séquestration ou détention arbitraire de mineur de 15 ans" et placé en détention provisoire dès les premiers jours de l'affaire. Connu pour des infractions de droit commun, notamment liées aux stupéfiants, il réside à 5km de Pont-de-Beauvoisin. Invité en seconde partie de soirée au mariage, il a reconnu que la fillette était montée dans sa voiture en compagnie d'un autre enfant pour voir si des chiens étaient présents dans le coffre, mais nie l'avoir enlevée.

Mais selon cet avocat, "si ces informations s'avéraient vraies, non démenties, ce serait un élément de plus qui tendrait à être interpellé quant à l'attitude de l'actuel mis en examen".

"Son comportement ne nous convainc pas"

Une trace ADN de la fillette a été retrouvée sur le tableau de bord de la voiture du suspect. Le lendemain de la disparition de l'enfant, il a minutieusement nettoyé son véhicule dans une station service. Ce qu'il a justifié par sa prochaine vente. Il a également utilisé un puissant produit pour le coffre, habituellement utilisé pour les jantes, qui a fait vomir le chien pisteur. Le suspect a notamment passé un spray détergent sur le siège avant passager et sur le tapis de sol. L'homme s'est justifié auprès des enquêteurs en assurant qu'il voulait "que la moquette, devenue marron à cause des chiens, redevienne grise". 

Lors de la conférence de presse des parents fin septembre, la mère de la fillette a évoqué l'attitude du suspect "étrange lors du mariage", qui les avait "interpellés". "Son comportement depuis le début de l'enquête ne nous convainc pas de sa bonne foi", avait-elle déclaré. Une intuition motivée, semble-t-il, par la proximité de l'ex-militaire avec sa fille au cours de la soirée. Un peu plus tôt au cours de la soirée, l'enfant lui avait décrit cet homme comme son "copain" et l'avait présenté à un autre invité du mariage comme son "tonton".

Céline Hussonnois-Alaya