BFMTV

Maëlys: les enquêteurs cherchent des traces ADN dans les eaux usées prélevées à la station de lavage

Des recherches menées dans les Gorges de Chailles le 6 septembre 2017 dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Maëlys.

Des recherches menées dans les Gorges de Chailles le 6 septembre 2017 dans le cadre de l'enquête sur la disparition de Maëlys. - Jeff Pachoud-AFP

INFO BFMTV - Un mois après la disparition de Maëlys lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, les enquêteurs analysent des eaux usées et de la graisse automobile prélevées dans une station de lavage. Le suspect mis en examen y a nettoyé sa voiture, au lendemain des faits.

Selon des informations de BFMTV, les enquêteurs continuent de vérifier les dires du suspect mis en examen, un mois après la disparition de Maëlys, cette petite fille de neuf ans qui a disparu dans la nuit du 26 au 27 août dernier lors d'une fête consécutive à un mariage en Isère.

Les enquêteurs ont en effet prélevé des graisses automobiles et des eaux usées dans la station de lavage où le suspect mis en examen, l'un des convives du mariage, a nettoyé avec grand soin son véhicule quelques heures après la disparition de l'enfant. 

Ces éléments doivent être analysés. Les enquêteurs cherchent à y identifier d'éventuelles traces ADN. Les résultats ne sont pas encore connus.

Un dispositif conséquent

Si cela fait bientôt un mois jour pour jour que Maëlys a disparu, le dispositif policier à sa recherche est toujours conséquent. Douze gendarmes enquêteurs se dévouent à temps plein à ce dossier, sous la conduite de trois magistrats instructeurs de Grenoble.

Ils bénéficient en outre du renfort de spécialistes en identification criminelle de l'IRCGN de Pontoise, comme de celui de la compagnie de la Tour-du-Pin qui poursuit des patrouilles et enregistre des signalements délivrés par des riverains. Ils peuvent aussi compter, au besoin, sur les renforts d'autres unités spécialisées, comme le concours d'hélicoptères et de maîtres-chiens. 

R.V., avec Alexandra Gonzalez