BFMTV

Les parents de Maëlys lancent un appel à la vérité lors d'une conférence de presse à Lyon

Ce jeudi, les parents de la petite Maëlys, disparue lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, dans la nuit du 26 au 27 août derniers, se sont exprimés lors d'une conférence de presse à Lyon. C'est la première fois qu'ils rompent le silence depuis le début de l'affaire.

Maëlys, âgée de neuf ans environ, a disparu depuis à présent plus d'un mois, dans la nuit du 26 au 27 août au cours d'une fête célébrant un mariage à Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Si la petite fille est toujours introuvable, un suspect a été mis en examen pour enlèvement et séquestration et se trouve incarcéré à Saint-Quentin-Fallavier. 

C'est dans ce contexte que les parents de Maëlys ont donc pris la parole ce jeudi sur les coups de 18h35, après une déclaration liminaire de leur avocat, Fabien Rajon. Confrontés à cette affaire hors-norme, les parents de Maëlys avaient jusqu'ici décidé de garder le silence. 

"Nous appelons toute personne susceptible d’aider les enquêteurs à se manifester rapidement", a commencé Jennifer de Araujo, la mère de Maëlys. "Aujourd'hui, un individu est suspecté, mis en examen par des juges qui ont révélé des indices graves et concordants à son encontre, et qui est actuellement en détention provisoire. Nous lui demandons de dire tout ce qu'il s'est passé cette nuit-là et de coopérer avec la justice", a poursuivi Jennifer de Araujo au sujet du suspect.

"Nous espérons qu'il entende notre appel à l'aide"

"Nous ne disons pas que nous recherchons un coupable à tout prix, et sans preuve valable. Nous savons bien qu'il n'est pas jugé par un tribunal à l'heure actuelle. Toutefois, au vu des dernières révélations du dossier, et aussi de son attitude étrange lors du mariage, qui nous a interpellés, nous lui demandons de révéler ce qu’il sait", ont encore lancé les parents de Maëlys. 

Cet ancien militaire âgé de 34 ans, qui figurait parmi les convives de la soirée, continue de clamer son innocence mais de nombreux éléments troublants, ainsi que ses multiples versions, mensonges ou approximations préoccupent les enquêteurs.

"Son comportement depuis le début de l'enquête ne nous convainc pas de sa bonne foi et de sa volonté de participer sérieusement à l'enquête. Nous sommes convaincus qu’il pourrait détenir des informations importantes, et pouvant nous aider à retrouver notre fille. Il doit sans doute lui aussi se poser beaucoup de questions et réfléchir depuis sa cellule", a souligné Jennifer De Araujo, avant de glisser:

"Nous espérons qu'il entende notre appel à l'aide, parce que notre seul souhait, c'est de retrouver notre fille. Cette attente est insupportable", dit-elle alors qu'avec son mari et la soeur de 12 ans de Maëlys ils sont restés habiter dans le village, eux qui sont vivent normalement dans le Jura, à 200 kilomètres de là. 

"Maëlys nous manque terriblement"

A la fin de son appel, la voix parcourue par des sanglots, Jennifer De Araujo a parlé de sa fille de façon plus intime:

"Tous ceux qui nous regardent doivent savoir que nous nous battons pour retrouver notre fille qui va avoir neuf ans, le 5 novembre. Elle est joyeuse, dynamique, sportive. Elle adore les animaux et elle pense que tous ceux qui aiment les animaux sont des gens dignes de confiance. Elle est généreuse, elle aime aider les autres et est toujours prête à faire la fête. Elle nous manque terriblement. Nous pensons à elle chaque jour, chaque seconde et nous espérons que cet appel sera utile et aidera l’enquête."

Avant que son épouse ne s'exprime, Joachim De Araujo a lui aussi fait entendre sa voix. Le père de Maëlys a tenu à expliquer les raisons du mutisme prolongé de son couple: "En premier lieu, nous voulons vous expliquer les raisons pour lesquelles nous n’avons pas communiqué dans les médias suite à la disparition. Nous souhaitions protéger notre vie privée comme celle de notre fille aînée et de celle de nos proches. Il en va aussi du respect du travail des enquêteurs et des juges."

"ils ont une conviction quant à l’utilité de sa parole", explique l'avocat

L'avocat des époux de Araujo, Fabien Rajon, est intervenu devant nos caméras quelques instants après la conférence de presse. Après avoir rappelé l'importance du principe de la présomption d'innocence, il est revenu sur le fond de l'appel au suspect émis par ses clients: "En regard des révélations, des éléments qu’ont pu consulter les parents de Maëlys dans le cadre du dossier, oui, effectivement, c’est tout naturellement qu’ils l’invitent à se mettre à parler, qu’il parle pour de bon. Ils ne le font pas pour désigner un coupable, avant l’heure."

Il a encore déclaré: "Ils respectent la présomption d’innocence mais ils le font parce qu’ils ont bien compris que cet individu détient les clés de cette affaire a minima en qualité de témoin mais la vérité c’est qu’aujourd’hui, ils ont une conviction quant à l’utilité de la parole de cet individu."

Robin Verner