BFMTV

Valls: "La menace est toujours présente"

Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques de Paris, a été tué lors de l'assaut de Saint-Denis.

Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques de Paris, a été tué lors de l'assaut de Saint-Denis. - BFMTV

Le Raid a donné l'assaut mercredi dans un immeuble de Saint-Denis. Au moins deux forcenés sont morts et huit personnes ont été interpellées. Le cerveau présumé des attaques du 13 novembre, Abdelhamid Abaaoud, a été tué lors de l'assaut, a-t-on appris jeudi après-midi.

>> L'ESSENTIEL

Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques, a été tué lors de l'assaut à Saint-Denis 

C'est un renseignement marocain qui a mis les enquêteurs sur la piste d'Abaaoud à Saint-Denis

Manuel Valls a défendu à l'Assemblée nationale le projet de loi qui prolonge de 3 mois l'état d'urgence. Les députés l'ont adopté à la quasi-unanimité.

Sept perquisitions ont eu lieu dans la région bruxelloise, dans l'"entourage direct" de Bilal Hadfi, qui ont donné lieu à neuf interpellations

23h30 - Le FBI assure qu'il n'y a pas de menace d'attentats du type que celui qu'a connu Paris aux Etats-Unis

Le directeur du FBI a estimé qu'il n'y avait pas de menace précise aux Etats-Unis concernant un éventuel attentat du type de celui qui a endeuillé Paris et il a minimisé la portée de vidéos de propagande du groupe Etat islamique. "Nous n'avons pas connaissance d'une menace crédible ici d'un attentat du type de celui qui a frappé Paris", a estimé James Comey, lors d'une conférence de presse. Il a en outre souligné qu'il ne semblait y avoir aucun lien entre les assaillants et les Etats-Unis.

22h30 - "Abdelhamid Abaaoud semblait s'être apaisé", assure son ancien avocat

Me Alexandre Château a été l'avocat d'Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats, entre 2006 et 2013. Il l'a notamment défendu dans des affaires de vol avec violence, vol avec effraction ou coups et blessures. A la fin de cette période, l'avocat assure, sur BFMTV, qu'Abaaoud "s'était rapproché de la religion mais sans connotation extrémiste". "Il semblait s'être trouvé, c'était quelqu'un qui s'était apaisé".

22h00 - Le chef de la BRI témoigne sur la télévision américaine

C'est un témoignage précieux qu'a livré le chef de la BRI présent vendredi soir lors de l'assaut du Bataclan. ce dernier raconte avoir "découvert l'enfer sur Terre" quand lui et ses hommes ont pénétré dans la salle de spectacle.

20h58 - Un renseignement marocain a mis les enquêteurs sur la piste d'Abaaoud

Un renseignement émanant du Maroc a notamment mis les enquêteurs sur la piste d'Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attentats de Paris tué mercredi lors d'un assaut de la police en banlieue parisienne, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Le président François Hollande recevra vendredi après-midi le roi du Maroc Mohammed VI.

20h40 - 600 perquisitions menées dans les milieux islamistes depuis les attentats, annonce Valls

Six cents perquisitions ont été menées dans les milieux islamistes depuis les attentats de Paris vendredi, a par ailleurs déclaré le Premier ministre sur France 2. "157 personnes ont été assignées à résidence depuis vendredi, 600 perquisitions avec des résultats", a déclaré le chef du gouvernement. Le précédent bilan faisait état mercredi d'environ 400 perquisitions.

20h20 - "Nous ne savons pas" comment Abaaoud est rentré en France

Le Premier ministre a indiqué "ne pas savoir" comment Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats qui ont touché Paris et Saint-Denis, était entré en France. "A ce stade, nous ne le savons pas", a reconnu le locataire de Matignon au sujet d'Abaaoud, tué mercredi dans un assaut policier à Saint-Denis, prévenant qu'il n'y a "pas de frontière hermétique" et "pas de risque zéro".

20h05 - "La menace est toujours présente, elle va être longue et permanente", a indiqué le Premier ministre Manuel Valls ce jeudi soir, sur le plateau du 20h de France 2, après avoir jugé possible que d'autres "groupes ou individus" liés aux attentats soient toujours actifs.

"Nous ne savons pas au moment où se mène encore l'enquête s'il y a des groupes, des individus, qui sont directement liés à l'attaque de vendredi soir sur Paris, sur Saint Denis", a-t-il déclaré à France 2. Des groupes encore actifs? "Nous ne le savons pas encore. On peut l'imaginer", a-t-il répondu.

19h39 - François Hollande ordonne l'"intensification" des frappes contre Daesh en Syrie mais aussi en Irak,

"Le Président de la République a donné les instructions nécessaires à l’intensification des opérations militaires en cours pour lutter contre Daech en Syrie comme en Irak", annonce l'Elysée dans un communiqué diffusé à l'issue du Conseil de défense qui se réunissait ce jeudi pour faire le point sur les opérations menées pour appréhender les responsables des attentats du 13 novembre à Paris et leurs complices.

19h25 - Un message émouvant des propriétaires du Carillon affiché sur l'établissement

Les propriétaires et l'équipe du bar Le Carillon, l'un des lieux où se sont déroulées les attaques du 13 novembre, et qui est fermé depuis, ont affiché un mot émouvant à l'entrée de l'établissement, photographié par une journaliste et relayé sur Twitter.

"Sous le choc, nous ne nous sommes pas exprimés plus tôt, et comment trouver les mots dans un tel moment, mais toutes nos pensées depuis vendredi vont vers vous qui avez perdu un être cher. (...) Courage à vous tous, restons unis dans la peine mais aussi dans l'espoir de jours plus heureux et toujours fraternels. On vous aime", peut-on y lire.

19h18 - État d'urgence: Valls réunira patronat et syndicats à Matignon vendredi

Le Premier ministre réunira vendredi après-midi à Matignon les partenaires sociaux pour évoquer l'impact sur la vie économique de l'état d'urgence décidé après les attentats, a indiqué son cabinet jeudi soir. "Ces attentats et la mise en oeuvre de l'état d'urgence ont des conséquences sur le fonctionnement des entreprises et de leurs salariés. Le Premier ministre souhaite avoir l'occasion d'échanger avec les partenaires sociaux sur le sujet", précise Matignon dans un communiqué.

19h15 - François Hollande va recevoir le roi du Maroc Mohammed VI vendredi.

18h55 - Le récit des attaques du 13 novembre, minute par minute

Comment se sont déroulées les attaques simultanées qui ont frappé Paris il y a maintenant six jours, le 13 novembre? Minute par minute, lieu par lieu, BFMTV.com vous retrace le déroulé de cette soirée de cauchemar en infographie.

18h03 - Hommage aux victimes des attentats à Saint-Denis

Un hommage aux victimes des attaques du 13 novembre est rendu ce jeudi à proximité du Stade de France à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, sous haute surveillance policière. Le maire PCF de Saint-Denis, Didier Paillard, est présent sur place.

18h - 94% des Français pour la déchéance de nationalité des terroristes

Selon un sondage Elabe "L'opinion en direct" pour BFMTV publié ce jeudi, les mesures proposées lundi par François Hollande recueillent un large soutien auprès de l'opinion publique, au-delà des clivages partisans. Ainsi, 94% des Français soutiennent la proposition de déchoir de la nationalité française les personnes condamnées pour terrorisme. 78% des sondés se disent même "tout à fait favorables" à cette disposition.

16h55 - Pour Marine Le Pen, la présence d'Abaaoud en France pose la "question des frontières nationales"

La présidente du Front national a estimé ce jeudi que la présence en France d'Abdelhamid Abaaoud, pose la "question des frontières nationales". "Comment est-il possible que les services de renseignement français n'aient pas recueilli l'information de sa présence sur le territoire national? Question plus grave et plus fondamentale: comment cet individu a-t-il pu aussi facilement passer les frontières européennes puis françaises pour s'installer en Île-de-France? Il apparaît en effet que n'importe qui aujourd'hui peut librement entrer en France sans aucun contrôle, y compris un personnage aussi dangereux et connu qu'Abdelhamid Abaaoud !", dénonce Marine Le Pen.

16h35 - Neuf interpellations à Bruxelles

Au total, neuf interpellations ont eu lieu ce jeudi à Bruxelles, après plusieurs perquisitions menées dans la journée, en lien avec les attentats de Paris et l'entourage de Bilal Hadfi, l'un des kamikazes du Stade de France, indique le parquet belge.

Sept d'entre elles ont été appréhendées dans le dossier concernant Bilal Hadfi lors de six perquisitions menées à Bruxelles, notamment dans la commune de Molenbeek-Saint-Jean, considérée comme une base arrière du jihadisme européen. Deux autres personnes ont été interpellées dans le cadre plus général de l'enquête sur les attentats commis à Paris vendredi.

16h30 - Perquisition chez la mère de la kamikaze de Saint-Denis

Une perquisition est menée à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, au domicile de la mère de la kamikaze qui s'est fait exploser lors de l'assaut à Saint-Denis. Les policiers doivent notamment y récupérer des effets personnels, pour les besoins de l'enquête de la police scientifique.

16h10 - Le football anglais solidaire

La Marseillaise sera jouée ce week-end avant les matches du Championnat d'Angleterre.

16h - Rassemblement devant la grande mosquée de Paris annulé, conditions de sécurité "pas réunies"

Le rassemblement musulman prévu vendredi après-midi devant la Grande mosquée de Paris pour dire non "au terrorisme" et à "l'amalgame" a été annulé, "les conditions de sécurité indispensables" à son organisation n'étant pas réunies, a annoncé la mosquée ce jeudi.

15h34 - François Hollande s'est entretenu avec Barack Obama de l'enquête post-attentats et de la Syrie

François Hollande et son homologue américain Barack Obama se sont entretenus jeudi par téléphone des progrès de l'enquête post-attentats en France et de la Syrie, avant leur rencontre à Washington la semaine prochaine, a indiqué l'Elysée. Les deux dirigeants ont notamment évoqué "la coopération militaire" sur le théâtre syrien et ont examiné "les conditions d'un progrès des négociations pour une solution rapide de la situation en Syrie".

15h25 - Abaaoud impliqué dans quatre attentats "évités ou déjoués" sur six, depuis le printemps 2015

"Six attentats ont été évités ou déjoués par les services français depuis le printemps 2015, Abaaoud était impliqué dans quatre d'entre eux", a par ailleurs affirmé Bernard Cazeneuve.

15h20 - Un signalement le 16 novembre, après les attentats

La présence en Europe d'Abdelhamid Abaaoud, parti en Syrie en 2014, avait-elle été signalée? "Aucune information émanant de pays européen par lequel il aurait pu transiter avant d'arriver en France ne nous a été communiquée, suggérant qu'il ait pu arriver en Europe et cheminer jusqu'à la France. Ce n'est que le 16 novembre dernier, postérieurement aux attentats, qu'un service de renseignement d'un pays hors d'Europe nous a signalé avoir eu connaissance de sa présence en Grèce", a déclaré sur ce point Bernard Cazeneuve, qui a appelé l'Europe à "mettre tout en oeuvre pour vaincre le terrorisme".

15h10 - Cazeneuve: "Abaaoud a joué un rôle déterminant dans ces attaques"

Le ministre de l'Intérieur, s'exprimant devant la presse, a redit sa "gratitude" aux forces de l'ordre intervenues "avec force" mercredi matin à Saint-Denis. "Abdelhamid Abaaoud a joué d'évidence un rôle déterminant" dans les attentats commis vendredi à Paris, a par ailleurs indiqué Bernard Cazeneuve. "Il y avait dans l'intervention de Saint-Denis une cible. Elle a été atteinte, elle est hors d'état de nuire", a-t-il ajouté. 

15h02 - Pour un spécialiste, "le risque d'attentat chimique est relativement faible"

Invité sur BFMTV, Olivier Lepick, expert en armes chimiques, a souhaité tempérer les déclarations de Manuel Valls devant l'Assemblée nationale, jeudi matin, qui avait évoqué un risque d'attaques à l'arme chimique et bactériologique. Un risque faible, selon le chercheur. Explications.

14h55 - Abaaoud, futur outil de propagande pour Daesh?

"Sa mort sera vue comme héroïque" par l'organisation terroriste, confirme François-Bernard Huygue, sur BFMTV, étant donné qu'Abaaoud est soupçonné d'être l'organisateur des attentats du 13 novembre à Paris qui ont coûté la vie a au moins 129 personnes. "Ca va se bousculer pour prendre sa succession au niveau opérationnel car je crains qu'il a suscité des vocations chez Daesh", poursuit le spécialiste.

14h45 - Hollande va réunir un conseil restreint de Défense à 17 heures

François Hollande va réunir un conseil restreint de Défense ce jeudi à 17 heures pour "faire le point sur la situation intérieure et extérieure", a-t-on appris dans l'entourage du président. Ce conseil va se tenir après l'annonce de la mort du cerveau présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud.

14h30 - L'Assemblée nationale quasi unanime prolonge de trois mois et renforce l'état d'urgence

L'Assemblée nationale a adopté jeudi à la quasi-unanimité, par 551 voix contre 6, le projet de loi prolongeant pour trois mois l'état d'urgence post-attentats et renforçant ce régime d'exception. Le projet de loi, qui actualise la loi de 1955 sur l'état d'urgence, prévoit notamment l'élargissement des assignations à résidence et la dissolution de groupes radicaux chapeautant des mosquées et des lieux de prières extrémistes.

14h15 - L'Assemblée vote le blocage de sites internet et réseaux sociaux dans le cadre de l'état d'urgence

Le gouvernement pourra dans le cadre de l'état d'urgence bloquer des sites internet et réseaux sociaux faisant l'apologie du terrorisme ou incitant à des actes terroristes, a voté ce jeudi l'Assemblée nationale.

14h10 - Manuel Valls salue la neutralisation d'"un des cerveaux" des attentats.

Le Premier ministre a salué la neutralisation lors de l'assaut de Saint-Denis du jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud, "l'un des cerveaux" des attentats de Paris et Saint-Denis, et rendu hommage au travail "des services de renseignement et de la police".

"Le procureur vient de le confirmer, nous savons aujourd'hui que Abaaoud, le cerveau de ces attentats -l'un des cerveaux car il faut être particulièrement prudent et nous savons les menaces- se trouvait parmi les morts", a déclaré le chef du gouvernement devant les députés à l'Assemblée nationale. "Et je veux saluer le travail exceptionnel de nos services de renseignement et de la police", a-t-il ajouté sous les applaudissements.

13h55 - Pour un spécialiste, la mort d'Abaaoud risque d'être utilisée dans la propagande de Daesh.

Alors que le corps d'Abdelhamid Abaaoud, a été "formellement identifié comme ayant été tué au cours de l'assaut" le spécialiste du terrorisme Claude Moniquet explique sur BFMTV que "si Daesh a accepté de le laisser venir en France c'est qu'ils estiment qu'il peut avoir une plus grande valeur mort que vivant en termes de propagande".

Bien qu'il considère que sa mort est "une victoire pour le contre terrorisme et pour l'Humanité", Claude Moniquet rappelle qu'Abaaoud était déjà "une affiche vivante pour le recrutement de jihadistes français et belges", compte tenu de sa place importante au sein du groupe.

13h40 - La mort d'Abdelhamid Abaaoud est "un succès qui nous met à l'abri d'actions de représailles", estime le spécialiste du terrorisme Mathieu Guidère, sur BFMTV.

"Heureusement, car Abaaoud n'est pas n'importe qui, c'est un chef de guerre, c'est un formateur, c'est un artificier, c'est quelqu'un de très important dans le réseau francophone jihadiste, donc c'est un grand soulagement pour tout ceux qui travaillent sur ce domaine là", ajoute-t-il.

13h30 - Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attentats, a été tué lors de l'assaut à Saint-Denis. Son corps, retrouvé dans l'immeuble criblé d'impact, a été "formellement identifié" après comparaison de traces papillaires, a annoncé le procureur de la République de Paris.

13h05 - Madrid affirme qu'Abaaoud voulait recruter des femmes espagnoles

Le ministre espagnol de l'Intérieur, Jorge Fernandez Diaz, a annoncé jeudi que l'organisateur présumé des attentats de Paris, Abdelhamid Abaaoud, avait essayé de recruter, via l'internet, des femmes résidant en Espagne pour qu'elles rejoignent Daesh.

13h - 24 actes anti-musulmans depuis les attentats

Vingt-quatre actes anti-musulmans, dont deux agressions de femmes voilées, ont été enregistrés depuis les attentats jihadistes du 13 novembre, a annoncé jeudi l'Observatoire national contre l'islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM).

Ces chiffres, basés sur les plaintes et mains courantes, se ventilent en six actions (dégradations de mosquées, violences physiques...) et 18 menaces (lettres haineuses, insultes...).

12h35 - Erdogan appelle à un front uni des pays musulmans contre Daesh

Le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a appelé jeudi tous les pays musulmans à présenter un front uni contre Daesh, dont il a rendu le président syrien Bachar al-Assad responsable de la montée en puissance.

12h20 - Feu vert des députés à la prolongation de l'état d'urgence

Les députés français ont donné jeudi leur feu vert au prolongement pour trois mois de l'état d'urgence en France, une mesure appliquée dès samedi dans la foulée des attentats du 13 novembre à Paris et en Seine-Saint-Denis.

12h05 - Agression contre un juif et une musulmane : Hollande appelle à une réaction "impitoyable"

François Hollande a condamné jeudi les agressions commises la veille contre un enseignant juif et une femme musulmane appelant à "une terrible, impitoyable même, réaction".

11h50 - Alain Juppé: il faut voter la prolongation de l'état d'urgence

L'ancien Premier ministre Alain Juppé (Les Républicains) juge "qu'il faut voter" le texte prolongeant et renforçant l'état d'urgence, soumis au vote jeudi à l'Assemblée nationale, parce qu'il "est nécessaire aujourd'hui dans l'arsenal juridique".

11h45 - La Fête des lumières à Lyon annulée

La Fête des Lumières, qui réunit chaque année des millions de personnes à Lyon début décembre, est annulée et remplacée par un hommage d'une journée aux victimes des attentats de Paris, a annoncé le maire de la ville Gérard Collomb.

11h40 - La messagerie Telegram bloque des comptes liés à Daesh

"Nous avons été troublés d'apprendre que des comptes publics de Telegram ont été utilisés par Daesh pour répandre sa propagande", a reconnu Telegram sur son compte officiel dans la nuit de mercredi à jeudi. "Par conséquent, nous avons bloqué 78 comptes liés à l'EI en 12 langues sur cette seule semaine", a-t-il ajouté.

11h40 - Un drapeau de Daesh découvert en Haute-Savoie

Un jeune homme a été placé en garde à vue en Haute-Savoie à la suite d'une perquisition administrative durant laquelle un drapeau de Daesh et des documents suspects ont été découverts à son domicile, a indiqué jeudi le parquet. "Les contenus informatiques" des ordinateurs saisis "sont en cours d'exploitation par les enquêteurs", a précisé Patrick Steinmetz, procureur de la République à Thonon-les-Bains.

11h25 - Vidéo - Saint-Denis: un assaut hors norme

Mercredi, la police a neutralisé une nouvelle équipe de jihadistes, cachée dans un appartement de Saint-Denis. Huit personnes ont été interpellées et au moins deux autres sont mortes durant l'opération. Plus d'une centaine d'hommes de la BRI et du Raid ont participé à l'assaut. 5.000 munitions ont été tirées pendant l'intervention, du jamais vu pour une opération de police en France. 

11h20 - Un maire refuse de mettre les drapeaux en berne "en signe de résistance"

Le maire de la commune de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, Luc Jousse, a refusé de mettre en berne, pendant les trois jours de deuil national décrétés les 16, 17 et 18 novembre après les attentats de Paris, les drapeaux de sa ville, a-t-on appris auprès de sources concordantes. Ce maire, élu sous l'étiquette de l'UMP en 2014 mais qui depuis a quitté ce mouvement, a expliqué dans un communiqué avoir pris cette décision "en hommage aux victimes et en réaction à cette lâche barbarie". "J'ai choisi de laisser les drapeaux bleu blanc rouge flotter en signe de résistance", justifie-t-il

11h20 - "Nous assumons une dégradation du déficit", annonce Sapin

Le ministre des Finances Michel Sapin a confirmé jeudi "à ce stade" une "dégradation du déficit public" par rapport aux prévisions en 2016, en raison des dépenses supplémentaires annoncées par l'exécutif après les attentats de Paris. Les mesures annoncées après les attentats chiffrées à 600 millions d'euros.

11h15 - L'enseignant agressé Marseille est rentré chez lui

L'enseignant juif agressé au couteau à Marseille mercredi soir est rentré chez lui "en état de choc", a indiqué jeudi Michèle Teboul, présidente du Crif Marseille-Provence.

11h10 - "On s'attendait clairement à un risque kamikaze", confie le patron du RAID

Le directeur du RAID, Jean-Michel Fauvergue, est revenu ce jeudi sur l'assaut donné la veille à Saint-Denis. "On s'attendait clairement à un risque kamikaze", mais "il y avait plus de monde qu'on le pensait", a-t-il expliqué sur BFMTV. Il a assuré que les 5 policiers blessés sont rentrés chez eux.

11h05 - VIDEO - L'enquête avance à grands pas

Le procureur de la République de Paris a annoncé mercredi que l'enquête sur les attentats de Paris avait "considérablement avancé". Les enquêteurs ont pu déterminer que la veille des attentats, les terroristes ont quitté en convoi la Belgique à bord de 3 véhicules. Le lendemain, les trois hommes du premier commando se font exploser près du Stade de France. Dans le deuxième commando se trouvaient les frères Abdeslam ainsi qu’un troisième homme, dont l’identité est encore inconnue. Ils seraient les auteurs des fusillades rue Alibert et rue de Charonne. L'un d'eux, Brahim Abdeslam, s'est fait exploser boulevard Voltaire. Le troisième commando a lui pris la direction du Bataclan. Au cours de l'assaut, deux terroristes se sont fait exploser, le troisième a été tué par les forces de l'ordre.

11h - VIDEO - Manuel Valls redoute des attaques chimiques

Le Premier ministre s'exprimait ce jeudi devant l'Assemblée nationale.

10h25 - Sept perquisitions en cours en Belgique

Sept perquisitions sont en cours jeudi dans la région bruxelloise, dont 6 dans l'"entourage direct" de Bilal Hadfi, l'un des jihadistes morts dans les attentats de Paris, a-t-on appris jeudi auprès du parquet fédéral belge. Ces perquisitions ont lieu dans plusieurs communes de l'agglomération bruxelloise, dont celle de Molenbeek, "dans l'entourage direct de Hadfi, sa famille, des amis", a indiqué un porte-parole du parquet.

10h20 - "The show must go on", selon l'ancien patron du Bataclan

Joël Laloux, propriétaire du Bataclan il y encore deux mois, espère que la salle continuera à vivre sans devenir un "sanctuaire", après le carnage perpétré par les jihadistes. "J'ai un espoir énorme qu'avec l'élan de solidarité en France et dans le monde il y ait une volonté humaine de faire que ce lieu ne soit pas assassiné", a dit dans un entretien avec l'AFP celui qui a tenu les rênes du Bataclan de 1976 à 2015 et qui vit désormais à Ashdod, dans le sud d'Israël.

10h15 - Valls juge urgente l'adoption du fichier européen des passagers aériens

Manuel Valls a affirmé jeudi qu'il était "plus que jamais temps que l'Europe adopte le texte" sur le fichier européen des passagers aériens, afin de "garantir la traçabilité des déplacements".

10h10 - Valls annonce la création d'une "structure pour jeunes radicalisés"

Manuel Valls a annoncé la création d'une "structure pour jeunes radicalisés", dont le site sera choisi "d'ici la fin de l'année" et où "les premiers admis pourront être des repentis". "Les financements sont prêts, le cadre juridique et le projet pédagogique en voie de finalisation", a dit le Premier ministre devant l'Assemblée.

10h10 - Le Premier ministre belge rejette les "critiques" dénigrant les services de sécurité belges

Je n'accepte pas les critiques qui ont visé à dénigrer le travail de nos services de sécurité", a déclaré Charles Michel, précisant que "hier, à Saint-Denis, un attentat a été empêché notamment par des informations fournies par des équipes belges", sous les applaudissements des députés tant de la majorité que de l'opposition.

10h05 - Interdiction de manifester en Ile-de-France prolongée

L'interdiction de manifester sur la voie publique en Ile-de-France a été prolongée jusqu'à dimanche, a annoncé jeudi la préfecture de police, précisant que cela n'empêche pas toutefois "les rassemblements de fait sur les lieux des attentats à des fins commémoratives".

10h - Valls: "Nous sommes en guerre", "une guerre nouvelle"

La France fait face à "une guerre nouvelle", une guerre "où la terreur est le premier but et la première arme", a affirmé Manuel Valls jeudi devant les députés. "Nous sommes en guerre ! Pas une guerre à laquelle l'Histoire nous a tragiquement habitués. Non, une guerre nouvelle -extérieure et intérieure-, où la terreur est le premier but et la première arme", a déclaré le Premier ministre lors de la présentation à l'Assemblée du projet de loi prolongeant et renforçant l'état d'urgence décrété après les attentats à Paris.

9h50 - "Il peut y avoir aussi le risque d'armes chimiques", déclare Valls

Le Premier ministre Manuel Valls a exprimé ses craintes d'une attaque chimiques. "Ce qui est nouveau ce sont les modes opératoires, les façons de frapper, de tuer, évoluent sans cesse".

"L'imagination macabre des donneurs d'ordre est sans limite : fusil d'assaut, décapitation, bombe humaine, armes blanches (...) Il ne faut aujourd'hui rien exclure. Je le dis bien sûr avec toutes les précautions qui s'imposent mais nous savons et nous l'avons à l'esprit. Il peut y avoir aussi le risque d'armes chimiques ou bactériologiques", a-t-il déclaré.

9h45 - Manuel Valls détaille le contrôle aux frontières 

"Les contrôles aux frontières ont été rétablis. 132 points de passage sont contrôlés en permanence", détaille le Premier ministre devant l'Assemblée nationale.

9h30 - "La France se bat", déclare Manuel Valls

Manuel Valls s'exprime devant l'Assemblée nationale. Les députés examinent la prolongation de l'état d'urgence pendant trois mois. "La France a été frappée comme jamais", a rappelé le Premier ministre qui a ajouté que "la France se bat".

9h15 - Qui sont les personnes interpellées ?

8 interpellations ont eu lieu hier après l'assaut de Saint-Denis.

-
- © -

9h05 - Le sort incertain d'Abdelhamid Abaaoud 

Il est le possible cerveau des attentats du 13 novembre qui ont fait 129 morts et 352 blessés à Paris et Saint-Denis, revendiqué par Daesh. Le jihadiste belge Abdelhamid Abaaoud est-il mort ou en fuite?

9h - Le Maire votera la prolongation de l'état d'urgence sans aucune hésitation"

"Je voterai sans aucune hésitation" la prolongation de l'état d'urgence, a affirmé Bruno Le Maire (LR) ce jeudi sur BFMTV et RMC. "Notre groupe n'a pas été digne" mardi à l'Assemblée, a-t-il concédé.

8h55 - Pour Obama, Assad doit partir

Le président américain Barack Obama a estimé que la guerre civile en Syrie ne se terminerait pas à moins que Bachar al-Assad quitte le pouvoir, écartant des suggestions de dirigeants du Proche-Orient selon lesquelles le président syrien pourrait participer à de futures élections.

8h50 - Le Canada promet d'être un partenaire "fort" contre Daesh

Le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a indiqué que son pays resterait un partenaire "fort" dans la lutte internationale contre le groupe Etat islamique (EI) mais ne reviendrait pas sur sa décision de mettre fin aux frappes aériennes en Irak et en Syrie.

8h45 - L'émouvante vidéo d'une association du 93 après les attentats

À la suite des attentats qui ont ensanglanté Paris vendredi dernier, des jeunes de l'association Zonzon93 ont décidé d'exprimer leur émotion et leur solidarité par le biais de cette vidéo. Leur projet intitulé "cent maux" a été réalisé par des bénévoles en seulement quelques heures. L'association, créée en 2008, veut prévenir la délinquance dans des quartiers difficiles de Villepinte en Seine-Saint-Denis

8h40 - Les musulmans "républicains doivent se faire entendre", pour Raffarin

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (LR) a estimé ce jeudi que les "musulmans modérés", "républicains doivent se faire entendre et être vus dans la société" pour "montrer" que le "radicalisme (...) n'est pas l'islam".

8h35 - La Tour Eiffel en bleu-blanc-rouge jusqu'à la fin du mois

D'après France Bleu, la Tour Eiffel restera éclairée en bleu-blanc-rouge jusqu'à la fin du mois de novembre.

8h25 - VIDEO - Les zones d'ombres de l'enquête

Huit personnes ont été placées en garde à vue lors de l’intervention des forces de l’ordre à Saint-Denis mercredi matin. Deux corps au moins seront retrouvés après l'assaut sous les gravats. Parmi les interpellés figurent le propriétaire de l'appartement, une femme qui y aurait aussi logé et une troisième personne liée au prêt de cette cache. Quatre identités restent donc à révéler.

8h15 - VIDEO - Qui est la femme kamikaze ?

Pour la première fois en France, une femme s'est donné la mort en déclenchant sa ceinture d'explosifs mercredi lors de l'assaut des forces de l'ordre. La kamikaze serait Hasna Aitboulahcen, âgée de 26 ans, elle se présentait comme la cousine germaine d'Abdelhamid Abaaoud. Française d’origine marocaine, la jeune femme est née à Clichy-la-Garenne. Elle a dirigé une entreprise de BTP qui est aujourd’hui en liquidation judiciaire. Hasna est décrite comme une jeune femme obsédée par le jihad. Elle aurait d’ailleurs voulu se rendre en Syrie ou en Irak sans jamais y parvenir.

8h - [mis à jour à 12h30] - Fausse alerte à la bombe dans un avion Varsovie-Hurghada

Un avion qui se rendait de Pologne en Egypte a fait jeudi matin une escale d'urgence à Bourgas, dans l'est de la Bulgarie, à la suite d'une alerte à la bombe qui selon les autorités bulgares s'est avérée fausse. "Un passager ayant fait état d'explosifs au bord de l'avion, celui-ci a atterri d'urgence à l'aéroport de Bourgas à 05h45 (03h45 GMT)", a déclaré la porte-parole de l'aéroport Kristina Neikova. Le Premier ministre Boïko Borissov a annoncé en fin de matinée qu'il s'agissait d'une fausse alerte.

7h50 - L'ensemble des écoles de Saint-Denis vont ouvrir

Les écoles de Saint-Denis vont réouvrir ce jeudi après être restées fermées vendredi. Seuls deux établissements scolaires, les plus proches du lieu de l'assaut, resteront fermés. Les transports en commun fonctionnent à nouveau normalement. Une cellule en place est mise en place par la mairie.

7h10 - La fiche d'Abdelhamid Abaaoud transmise par la Belgique

Abdelhamid Abaaoud est connu de la police et de la justice belge. Le pays dispose donc de son ADN et a transmis la fiche signalétique du jihadiste à la France. Son ADN va être comparé à celui des corps retrouvés à Saint-Denis. 

7h05 - L'immeuble de Saint-Denis très fragilisé

L'immeuble de Saint-Denis dans lequel l'assaut a été donné ce mercredi, et dans lequel la police scientifique procède à des investigations a été considérablement fragilisé par les nombreux tirs, 5.000 munitions ont été utilisées par les policiers. Un mur porteur aurait notamment bougé après l'explosion de la personne kamikaze et un plancher s'est effondré. Tout le périmètre reste complètement bloqué ce jeudi.

7h - Des conditions de port d'arme "considérablement" allégées

Les conditions de port d'arme pour les policiers hors service volontaires seront "considérablement" assouplies, selon le porte-parole de la police nationale invité ce jeudi de BFMTV.

"C'est une décision qui a été prise hier, qui sera confirmée par un comité technique préside par le ministre de l'Intérieur le 30 novembre et qui est d'ores et déjà explicable", a-t-il expliqué.

Les policiers blessés à Saint-Denis sont "impatients de rejoindre leurs camarades" a-t-il ajouté, expliquant que beaucoup des policiers du Raid qui sont intervenus à Saint-Denis n'avaient "jamais rencontré un tel déluge de feu".

6h50 - Les policiers autorisés à porter leur arme hors service

Les policiers volontaires vont être autorisés à porter leur arme hors service pendant toute la durée de l'état d'urgence. Le directeur général de la police nationale a signé une instruction en ce sens hier.

6h35 - Daesh annonce l'exécution de deux otages chinois et norvégien

Daesh a annoncé l'exécution de deux otages chinois et norvégien, deux mois après avoir réclamé une rançon pour leur libération, selon la dernière édition du magazine de propagande de l'organisation jihadiste publiée sur internet mercredi.

6h25 - Le risque d'attaques élaborées évoqué en mai par les Etats-Unis

Un rapport des renseignements américains datant du mois de mai mettait en garde contre une attaque structurée en Europe des jihadistes du groupe Etat islamique. Ce rapport évoque explicitement Abdelhamid Abaaoud. Il soulève l'hypothèse que le jihadiste belge ait tenté de faire croire qu'il avait trouvé la mort fin 2014 en combattant en Syrie, afin que les autorités belges relâchent leurs efforts pour le traquer.

6h20 - Un sénateur américain veut restreindre les visas des Français

Le sénateur républicain Rand Paul, candidat aux primaires présidentielles de son parti, a appelé mercredi à une suspension du programme d'exemption de visas pour les touristes de certains pays, en particulier français, dans la foulée des attentats de Paris.

6h15 - Un professeur juif agressé à Marseille

Mercredi dans la soirée, un professeur d'histoire d'une école juive a été agressé à Marseille. Trois individus à scooter ont proféré des insultes antisémites, lui ont montré des photos de l'islamiste Mohamed Merah, avant de lui porter des coups de couteau. Son pronostic vital n'est pas engagé.

6h10 - Les manifestations pour la Cop21 interdites

Alors que plus d'une centaine de chefs d'Etat ou de gouvernement sont attendus pour participer à la Cop21, le sommet de l'ONU sur le climat, du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, près de Paris, le gouvernement français a décidé mercredi "de ne pas autoriser" les manifestations prévues le 29 novembre et le 12 décembre.

6h05 - Le sort d'Abaaoud reste incertain

Des vérifications sont en cours pour savoir si Abdelhamid Abaaoud, l'un des visages de la propagande de Daesh sous le nom d'Abou Omar al-Baljiki ("le Belge" en arabe) et Salah Abdeslam, suspect-clé traqué par la police, ont été tués dans l'assaut. En fin de soirée, il restait impossible de dire si le corps criblé de balles dans l'appartement ou celui de la personne qui s'est fait exploser, pouvaient être celui d'Abdelhamid Abaaoud.

"Abaaoud et Salah Abdeslam ne font pas partie des gardés à vue", a en tout cas déclaré François Molins, procureur de la Répulique.

Un témoignage avait laissé entendre aux enquêteurs que l'immeuble de Saint-Denis était un "lieu possible de retranchement d'Abaaoud", selon François Molins.

6h - Vote du renforcement de l'état d'urgence

Le projet de loi renforçant l'état d'urgence doit être soumis au vote ce jeudi à l'Assemblée nationale. Il sera présenté vendredi au Sénat.

A.D. et A.S.