BFMTV

Terrorisme: les policiers pourront porter leur arme hors service

Une voiture de police (photo d'illustration)

Une voiture de police (photo d'illustration) - AFP

La mesure, appliquée sur la base du volontariat, autorise les fonctionnaires de police à porter en permanence sur eux leur arme de service, y compris durant les vacances.

La direction générale de la police nationale a finalement donné son feu vert: les agents vont désormais être autorisés à détenir leur arme de service 24h/24, y compris durant les congés, a révélé France Inter.

Jusqu'à présent, le port de l'arme était autorisé sous de strictes conditions, durant le trajet du policier entre le domicile et le travail, et à la condition de porter systématiquement un gilet pare-balles. 

Le port d'un brassard police sera obligatoire

Sur BFMTV, Jérôme Bonnet, porte-parole de la police nationale, a confirmé l'information et détaillé la mesure.

"La décision prise mardi, d'ores et déjà applicable, sera confirmée par un comité technique présidé par le ministre de l'Intérieur le 30 novembre. Elle assouplit considérablement les conditions de port d'arme des policiers hors service, pour leur permettre en cas de danger de se protéger voire de protéger la population dans les lieux publics."

Ce droit à être armé s'accompagnera toutefois de certaines contraintes: il faudra aviser sa hiérarchie, porter un brassard police sur soi pour pouvoir s'identifier et éviter toute confusion, et respecter le nombre de séances de tirs réglementaires. C'est finalement le b-a-ba pour chaque policier", estime Patrice ribeiro, du syndicat Synergie Officiers, sur BFMTV.

Les trois conditions nécessaires pour pouvoir porter son arme hors service.
Les trois conditions nécessaires pour pouvoir porter son arme hors service. © BFMTV

"Un 9mm face à un AK47 peut faire la différence"

La mesure, qui ne s'appliquera que sur la base du volontariat, était vivement réclamée par les syndicats de policiers. Loïc Lecouplier, porte-parole du syndicat Alliance Police nationale et interrogé par BFMTV, s'en félicite.

"Quand des terroristes arrivent avec leur kalash et rentrent dans une église ou une salle de spectacle, ils n'ont que des victimes potentielles face à eux. Mais ils ne s'attendent peut être pas à ce que dans ce flot de personnes, désormais, ils aient peut-être 5, 10, 15 policiers hors service, hommes ou femmes, qui soient armés. Un 9mm face à un AK47 ne fait pas tout, mais ça peut faire la différence."

La mesure ne fait pourtant pas l'unanimité, comme le rappelle Le Monde, citant l'ancien ministre de l'Intérieur, Daniel Vaillant, intervenu mercredi à l'Assemblée nationale à ce sujet. "La disposition proposée me fait peur. Quand les policiers sont en repos, ils sont souvent fatigués. (...) Votre proposition permet-elle la sécurisation des armes à domicile, garantit-elle contre leur vol éventuel, leur utilisation dans des conditions illégitimes?", s'est interrogé le député socialiste.

Les policiers municipaux mieux équipés

Autre mesure d'exception, annoncée mercredi par François Hollande: la possibilité pour la police municipale d'être équipée avec des armes issues du stock de la police nationale, "selon les process prévus par les préfectures", précise Jérôme Bonnet.

"Le gouvernement entend donc vous aider (les maires de France, ndlr) à mieux protéger nos compatriotes, mais également à mieux protéger les policiers municipaux en finançant leur équipement, en apportant aux maires qui le souhaitent les armes qui seront prélevées sur les stocks de la police nationale", a déclaré mercredi le président de la République.

Alexandra Gonzalez