BFMTV

Gilets jaunes: Brigitte Bardot souhaite "une bonne jaunisse" à Emmanuel Macron

Brigitte Bardot en gilet jaune

Brigitte Bardot en gilet jaune - Capture d'écran Twitter

L'actrice évoque avec amertume ses rendez-vous manqués avec le chef de l'Etat et réaffirme son soutien aux gilets jaunes.

"Je suis avec eux." Brigitte Bardot persiste et signe. Après avoir assuré la semaine dernière son soutien aux gilets jaunes sur son compte Twitter, la légendaire actrice du cinéma français confie dans une interview accordée au Parisien son agacement face à la politique d'Emmanuel Macron.

"Macron n'a pas accordé la baisse des taxes prévue en janvier", martèle la militante de la cause animale. "Vous avez d’un côté des Ministres avec chauffeur, de l’autre, des gens qui ont trois francs six sous pour finir le mois. Je vais finir par devenir communiste… Non quand même pas. Mais Macron tue les petites gens. Ça me fait mal au cœur. Je lui souhaite… une bonne jaunisse."

"Macron est extraordinairement séduisant"

La comédienne assume ses propos. Pour elle, le président de la République n'est qu'"un maître sans empathie, extrêmement lointain, supérieur, avec un côté royal". Elle poursuit en évoquant avec amertume ses rendez-vous manqués avec le chef de l'Etat depuis leur première rencontre l'été dernier:

"Le résultat n’a pas été à la hauteur. Dès qu’on a eu le dos tourné, il a accordé des avantages scandaleux aux chasseurs. On devait se revoir en décembre, mais il a remis le rendez-vous aux calendes grecques."

Elle lui reconnaît cependant quelques qualités, principalement physiques: "Macron a un charme fou. Il devrait être acteur ce type. Il a un physique agréable, il est extraordinairement séduisant." Idem pour Brigitte Macron:

"Je l’ai trouvée tout à fait charmante. Ils ont beaucoup d’allure tous les deux. C’est très joli leur histoire. Mais je préfère deux mochetés qui donnent des résultats. Le gouvernement ne fait rien (elle épelle): R.I.E.N."

"J'adore Eric Zemmour"

Plus engagée que jamais, l'actrice est "en pleine forme": "j’ai ma tête, mon intelligence, mes coups de gueule, ma force, ma puissance, et tout ça au service des animaux", dit-elle. Et d'ajouter: "Je ne serai jamais fatiguée. Je serai comme Molière. Je mourrai en faisant de la protection animale." Le cinéma est cependant définitivement derrière elle: "BB" a récemment refusé une proposition de Claude Lelouch:

"Il voulait faire le retour de Belmondo et Brigitte Bardot ah ah! Il ne se mouche pas du pied, lui!"

"Ecœurée par la politique", elle explique avoir apprécié certaines idées de Mélenchon ("il est végétarien"), "mais il en fait trop, avec les immigrés par exemple", souligne-t-elle. De l'autre côté du spectre politique, Brigitte Bradot "adore" Eric Zemmour: "Je le regarde à la télé. Il a du courage. Il dit ce qu’il pense, dans ce pays de langue de bois où, dès que l’on dit quelque chose de travers, on est traîné devant les tribunaux." L'actrice, qui se "fiche" de la manifestation du 24 novembre contre les violences sexuelles faites aux femmes, déplore un retour à un ordre moral:

"On n’a plus le droit de leur dire qu’elles sont belles, de leur mettre la main sur les fesses, on est tout de suite envoyé au tribunal comme harceleur. Je trouvais adorable quand on me disait que j’avais un joli cul. J’allais pas porter plainte pour ça. Les mecs, ils ne vont plus avoir envie de faire la cour aux filles. Evidemment, je ne parle pas des excès, de la violence."

Jérôme Lachasse