BFMTV
Santé
en direct

EN DIRECT - Covid-19: 303.669 nouveaux cas enregistrés en 24 heures

EN DIRECT - Covid-19: 303.669 nouveaux cas enregistrés en 24 heures

Un test PCR pratiqué à Vico, en Corse, le 29 janvier 2021

Avec plus de 300.000 nouveaux cas de contamination enregistrés ce vendredi, l'épidémie de Covid-19 et son variant Omicron continue de progresser en France. Le Haut Conseil de santé publique doit rendre son avis ce samedi sur la généralisation du masque FFP2, jusqu'ici réservé en priorité aux personnels soignants.

Fin du direct

Ce live est désormais terminé, merci à vous de l'avoir suivi!

303.669 nouveaux enregistrés en France en 24 heures

Les chiffres sont en léger recul ce samedi. Selon Santé publique France, 303.669 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés ces dernières 24 heures en France. C'est la troisième fois que la barre des 300.000 cas est franchie depuis le début de l'épidémie.

Vendredi, cette même autorité sanitaire indiquait que 328.214 nouveaux cas confirmés de Covid-19 ont été enregistrés durant le même laps de temps.

72% des professionnels de la santé vaccinés en Martinique

Sur l'île, 72% du personnel médical et médico-social est à ce jour vacciné, un chiffre dopé par l'obligation vaccinale imposée au secteur depuis le 1er janvier, a annoncé samedi dans un communiqué l'Agence régionale de santé (ARS).

Entre le 26 novembre 2021 et le 7 janvier 2022, le taux de couverture vaccinale a augmenté en Martinique de 20 points chez les professionnels des secteurs concernés, pour atteindre ce chiffre'.

L'ARS observe toutefois une plus grande adhésion à la vaccination du côté des libéraux, où 86% des professionnels de santé sont vaccinés.

28.210.956 doses de rappel ont été réalisées en France

Dans un communiqué publié ce samedi en fin de journée, le ministère des Solidarités et de la Santé a indiqué qu'à date, 28.210.956 doses de rappel ont été réalisées dans le pays.

Dans ce même document, l'autorité sanitaire indique également que "53.239.828 personnes ont reçu au moins une injection (soit 79 % de la population totale) et 52.004.661  personnes ont désormais un schéma vaccinal complet (soit 77,1 % de la population totale).

Covid-19: plus de 150.000 morts recensés au Royaume-Uni depuis le début de la pandémie

Outre-Manche, les autorités ont enregistré samedi 313 nouveaux décès dus au Covid-19, portant à 150.057 le nombre total de personnes mortes dans le pays depuis le début de la pandémie.

Selon les chiffres publiés par le gouvernement, 146.390 cas de contamination ont été recensés en 24 heures, un chiffre en décrue depuis le record de mardi, alors que la pression se renforce sur les hôpitaux en pleine vague du très contagieux variant Omicron.

Suède: la princesse héritière testée positive au Covid pour la deuxième fois en moins d'un an

La princesse héritière Victoria de Suède, qui avait eu le Covid-19 en mars 2021, a été testée positive une nouvelle fois samedi, a annoncé le palais royal.

"La princesse héritière, qui est entièrement vaccinée, a des symptômes de rhume mais se porte sinon bien", a écrit la cour dans un communiqué, précisant qu'elle était isolée chez elle, ainsi que sa famille.

C'est la deuxième fois en moins d'un an que la princesse Victoria, 45 ans, est testée positive au Covid-19.

Anti-pass sanitaire: le cortège s'est élancé à Paris

A Paris, la manifestation menée par Florian Philippot s'est élancée, peu après 15 heures.

Plusieurs milliers de protestataires s'étaient rassemblés au niveau de la rue de Rivoli (1er arrondissement), à proximité du Palais-Royal. Le cortège doit franchir la Seine jusqu'à la place Vauban, dans le 7e arrondissement.

Mort en prison de l'écrivain iranien Baktash Abtin après avoir contracté le Covid-19

Le poète et cinéaste iranien Baktash Abtin, critique du régime de Téhéran, est décédé en prison après y avoir contracté le Covid-19, ont annoncé samedi plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme.

"Baktash Abtin est mort", a regretté l'Association des écrivains iraniens (IWA) sur sa chaîne Telegram, après que Baktash Abtin avait été plongé dans le coma en début de semaine. Reporters sans frontières (RSF) a confirmé sa mort sur Twitter, dénonçant la responsabilité des autorités iraniennes, qui avaient condamné en 2019 Baktash Abtin pour "propagande contre le régime" et "publication d'un journal illégal sur Facebook", selon RSF.

Plus de 2 millions de cas de Covid recensés par jour dans le monde sur la semaine du 1er au 7 janvier

Plus de 2 millions de cas quotidiens de Covid-19 ont été recensés en moyenne dans le monde sur la semaine du 1er au 7 janvier, un chiffre qui a doublé en dix jours, selon un comptage de l'AFP.

Une moyenne de 2.106.118 cas quotidiens ont été enregistrés ces sept derniers jours. Le seuil du million de cas quotidiens avait été dépassé sur la semaine allant du 23 au 29 décembre 2021.

Le nombre de nouveaux cas quotidiens a augmenté de 270% depuis la découverte fin novembre 2021 du variant Omicron au Botswana et en Afrique du Sud.

La grande majorité des nouveaux cas sont actuellement détectés en Europe (7.211.290 cas en sept jours,+47% par rapport à la semaine précédente) et aux Etats-Unis et au Canada (4.808.098 cas, +76%). Ces deux régions représentent respectivement 49% et 33% des cas recensés dans le monde en une semaine.

Plusieurs milliers de manifestants dans un rassemblement anti-pass sanitaire en cours à Paris

Ce samedi, plusieurs rassemblements sont organisés un peu partout en France pour protester contre le pass sanitaire.

A Paris, une manifestation emmenée par Florian Philippot est en cours. Le leader du parti Les Patriotes brocarde, dans un message publié sur Twitter assorti de photos du rassemblement, "les propos orduriers" d'Emmanuel Macron, avançant qu'ils "vont être renvoyés aux poubelles de l'Histoire".

Ce mercredi, le chef de l'exécutif avait déclaré "avoir très envie d'emmerder" les non-vaccinés.

Plusieurs milliers de protestataires se sont ainsi rassemblés dans la capitale. Ils se sont regroupés notamment au niveau de la rue de Rivoli (1ere arrondissement), à proximité du Palais-Royal.

Une manifestation prévue ce samedi au Mont-Saint-Michel a quant à elle été interdite dès vendredi par la préfecture de la Manche.

"Plus de simplicité, de lisibilité, d'anticipation": le protocole sanitaire dans les écoles dans le viseur des fédérations de parents d'élèves

Interrogée ce samedi au micro de BFMTV, Manuela Rodrigues, présidente de la section du Val-de-Marne de la PEEP, a fustigé le nouveau protocole sanitaire en milieu scolaire entrer en vigueur ce lundi.

"La semaine que nous avons traversée a été très difficile pour beaucoup de familles", a regretté la représentante de la première fédération de parents d'élèves, appelant à des mesures avec "plus de simplicité, de lisibilité, d'anticipation".

Ce protocole, obligeant à deux tests chaque enfant cas-contact - allégé ce vendredi à un seul test - est comparée à "un parcours du combattant pour les parents", par Manuela Rodrigues. Elle dénonce par ailleurs les paradoxes contenus dans les différents protocoles en vigueur dans les établissements scolaires:

"Dans le protocole actuel, la définition d'un cas-contact n'est pas la même au collège et en primaire. Le brassage est totalement interdit en primaire, mais seulement pendant les temps scolaires, c'est-à-dire qu'il est toléré pendant les temps périscolaires, notamment durant les garderies", énumère-t-elle.

Plusieurs syndicats d'enseignants ont d'ores et déjà annoncé leur volonté de faire grève jeudi 13 janvier prochain afin de protester contre ce protocole et d'enjoindre à une école sûre contre le variant Omicron.

"Il est dommage que cela soit l’unique moyen que les enseignants ont trouvé pour se faire entendre. Cela va pénaliser nos enfants, puisqu’ils vont perdre uen journée d’école. Et cela va mettre les parents encore plus en difficulté", regrette Manuela Rodrigues, disant toutefois comprendre leurs revendications.

A ce jour, 9202 classes sont fermées en raison de cas de contamination, un record depuis le printemps dernier. 5631 cas positifs ont également été recensés depuis la rentrée scolaire de ce lundi parmi les personnels du monde enseignant.

La filière française pourra produire "40 à 50 millions" de masques FFP2 "par semaine"

Face à la forte demande pour ses masques qui offrent une meilleure protection contre le Covid-19, la filière française est en capacité de fabriquer entre 40 et 50 millions de FFP2 par semaine, indique Christian Curel, président du syndicat des fabricants français de masques.

"Oui, nous avons déjà pas mal de stock. Il y a beaucoup de demandes de tous les niveaux, niveau professionnel, la grande distribution et même les plateformes internet", explique ce samedi sur BFMTV Christian Curel, président du syndicat des fabricants français de masques.

Le seul doute demeure sur le prix de ces masques FFP2 "made in France", d'autant que ce format est à la base plus onéreux que le masque chirurgical.

"On ne maîtrise pas, côté fabrication, les prix de vente et les marges que font les revendeurs. Donc je pense que ce serait très utile que le gouvernement fasse exactement ce qui a été fait en Italie (...) avec un prix maximum de 70 centimes. Aujourd'hui, vous allez avoir des masques FFP2 à partir de 25 centimes, dans la grande distribution à prix coûtant, jusqu'à 70 centimes. Ceux qui sont au-dessus, ce sont des prix probablement un peu prohibitifs", explique Christian Curel.

>>L'article complet sur ce sujet est disponible à la lecture.

Vaccination: plus d'une personne majeure sur deux a reçu sa dose de rappel en France

C'est un nouveau cap symbolique franchi pour la campagne de vaccination au Covid-19 en France. D'après les chiffres de Santé Publique France au 6 janvier, plus d'un habitant majeur sur deux a reçu sa dose de rappel.

Dans le détail, cela concerne 50,6% des 52,9 millions d'habitants majeurs dans le pays. Parmi ces derniers, 40% attendent leur dose de rappel, et 7,5% ne sont pas vaccinés.

Par tranche d'âge, plus de 73,9% des 65-74 ans, 72,2% des 75 ans ou plus ont reçu leur dose de rappel. Près de 60% des 50-64 ans (58,6%) et 34,6% des 18-49 ont également reçu leur troisième dose.

Concernant la vaccination des enfants, la campagne lancée fin décembre à destination des 5-11 ans démarre lentement. 80 à 90 000 d'entre eux avaient reçu une première injection ce vendredi, comme l'a déclaré Alain Fischer, président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, à l'AFP. Par ailleurs, un sondage de l'Inserm a pointé que deux tiers des parents sont défavorables à la vaccination de leurs enfants situés dans cette tranche d'âge.

>>Vous pouvez l'article complet ici.

La Direction générale de la santé enjoint à une priorisation de l'accès aux tests

Face à l'explosion de cas quotidiens de Covid-19 et la prise d'assaut des tests de dépistage, la Direction générale de la santé (DGS) a appelé ce vendredi soir à une priorisation de "l'accès aux tests" dans certains cas. Le but? Désengorger les pharmacies, prises d'assaut pour les demandes de dépistage.

La DGS appelle ainsi à prioriser les tests aux "cas symptomatiques", aux "cas contact à risque", aux "personnes aux prescriptions médicales", ainsi qu'aux "personnes ayant un autotest positif". La Direction générale cite également les "personnes dont la réalisation d'un test est obligatoire dans le cadre de l'application des règles aux frontières" et "les personnes ayant besoin d'un test pour se rendre à l'étranger".

"Les autres situations doivent être considérées comme non-prioritaires, notamment la réalisation de test de 'confort' visant à obtenir une preuve dans le passe sanitaire", ajoute la DGS.

Interrogé ce samedi matin sur BFMTV, Philippe Amouyel s'est déclaré en faveur de cette réorganisation, confinant au "bon sens" selon l'épidémiologiste.

"Il faut peut-être penser à des tests réalisés plus largement, faire du pulling, c'est-à-dire regrouper plusieurs échantillons et les tester une fois seulement, utiliser des outils de prélèvement plus simple pour les enfants", a-t-il détaillé.

>>Retrouvez notre article sur ce sujet.

"Emmerder" les non-vaccinés: "pas mon vocabulaire", tacle le Premier ministre belge

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a déclaré vouloir "embêter le virus et pas embêter les gens", exprimant son désaccord avec les propos controversés d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés, dans une interview au journal Le Soir publiée ce samedi.

"Clairement, ce n'est pas mon vocabulaire", a réagi le dirigeant belge, interrogé sur les déclarations du président français qui a dit avoir envie d'"emmerder" les non-vaccinés contre le Covid-19.

Alexander De Croo a mis en garde contre "une politique de division qui consisterait à aller embêter une partie de la population".

"Je pense pour ma part qu'il faut embêter le virus et pas embêter les gens", a-t-il poursuivi, tout en reconnaissant que, "pour embêter le virus, il faut un maximum de gens qui se font vacciner".

"Je continue à penser qu'il vaut mieux convaincre des gens que les obliger", a ajouté le dirigeant libéral flamand à la tête de ce pays de 11,5 millions d'habitants.

Le Samu débordé par la multiplication des cas de contamination

Alors que la cinquième vague de Covid-19 frappe de plein fouet l'hôpital et notamment les urgences, les opérateurs du Samu voient le nombre d'appels exploser. Pour exemple, au sein du centre de Pontoise, dans le Val-d'Oise, 14 professionnels de santé se relaient nuit et jour pour répondre aux demandes, toujours grandissantes.

Depuis les fêtes, et l'explosion des cas quotidiens de contaminations au Covid-19, les appels au Samu ont doublé. Des pics à 1000 appels quotidiens ont même été enregistrés dans le Val-d'Oise.

"On a vu une augmentation significative des appels pour le Covid. Souvent, les gens sont inquiets, dès lors qu'ils sont positifs. Heureusement, tous ceux qui nous appellent ne sont pas dans un état extrêmement grave, il y en a pas mal mais on arrive à absorber le flux. Il y a beaucoup de gens positifs qui sont en urgence relative", analyse Flavien Cuny, superviseur des assistants de régulation médicale pour le Samu 95.

>> Retrouvez le reportage complet de BFMTV.

La barre des 300.000 morts du Covid-19 franchie au Mexique

Le ministère mexicain de la santé a annoncé que la barre des 300.000 décès liés au Covid-19 a été franchie ce vendredi. Avec 168 nouveaux morts enregistrés dans les dernières 24 heures, le pays nord-américain comptabilise désormais officiellement 300.101 décès depuis mars 2020.

Ce bilan pourrait néanmoins être sous-estimé. Les morts associés au Covid se chiffraient à 451.864 jusqu'en décembre 2021, d'après le Registre national de la population.

Le Mexique est maintenant le cinquième pays le plus touché en valeur absolu au monde, en plein rebond de la pandémie à travers le globe. Le pays a d'ailleurs enregistré vendredi 28.023 nouveaux cas, le deuxième chiffre le plus élevé depuis le début de la pandémie, pour un cumul de plus de 4 millions.

En valeur absolue, les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 836.241 morts, suivis par le Brésil (619.822), l'Inde (483.178) et la Russie (314.604).

Pour l'épidémiologiste Philippe Amouyel, la stratégie des tests priorisés rime avec "bon sens"

Interrogé ce samedi sur BFMTV, l'épidémiologiste Philippe Amouyel s'est prononcé en faveur d'une organisation remaniée de la stratégie de dépistage du Covid-19, dont "la légitimité" n'est pas à "remettre en cause" selon le professeur en santé publique au CHU de Lille.

Ces nouvelles modalités doivent répondre à la forte hausse des cas de contamination, ayant dépassé de nouveau ce vendredi le cap des 300.000 tests positifs, qui multiplie d'autant plus le nombre de cas-contacts.

"C'est un problème d'organisation. Il faut peut-être penser à des tests réalisés plus largement, faire du pulling, c'est-à-dire regrouper plusieurs échantillons et les tester une fois seulement, utiliser des outils de prélèvement plus simple pour les enfants", énumère l'épidémiologiste sur notre antenne.

Quant à un système de priorité pour hiérarchiser les motifs de tests, Philippe Amouyel y voit "une mesure de bon sens"

"Si on ne change pas l'organisation, il faut prioriser. C'est-à-dire, dire que ce qui est le plus important est une personne positive et un cas-contact. En revanche, pour les tests de confort, il y a les auto-tests", souligne-t-il.

Ces nouvelles règles effectives en pharmacies ont pour but de désengorger les officines pris d'assaut par les demandes de test, alors que le nombre de prélèvements de dépistage continue de grimper.

Plus de 300.000 nouveaux cas positifs enregistrés ce vendredi en France

C'est la deuxième fois que la barre des 300.000 cas est franchie depuis le début de l'épidémie. 328.214 nouveaux cas confirmés de Covid-19 ont été enregistrés ce vendredi, selon les dernières données publiées par Santé Publique France.

Au-delà des cas de contamination, la vague continue de monter à l'hôpital, mais dans une proportion moindre que l'envolée du nombre de cas. 21.605 malades du Covid sont hospitalisés (436 patients admis en 24 heures), dont 3815 (+46 admissions) en soins critiques, soit 46 de plus que jeudi.

230.000 primo-injections depuis lundi

Côté vaccination, 230.000 personnes ont reçu leur première injection depuis lundi, "un record depuis septembre", selon le ministre de la Santé Olivier Véran, qui s'est exprimé sur Twitter.

Parmi ces personnes, 20.000 enfants âgés de moins de 12 ans se sont vus administrer une dose de vaccin, s'est félicité le ministre.

>> Retouvez notre article complet.

Omicron: des TGV et des intercités supprimés à partir de la semaine prochaine par la SNCF

La SNCF a annoncé ce vendredi supprimer 10% de ses TGV et 20% des Intercités à partir de la semaine prochaine, expliquant cette mesure par une chute des réservations due à la crise sanitaire.

"Compte tenu d'une baisse constatée des réservations de 30% depuis le début de l'année - en particulier en semaine - , le plan de transport TGV sera adapté à compter de la semaine prochaine et assuré à hauteur de 90% de l'offre prévue, et à 80% pour les Intercités", a indiqué à l'AFP un porte-parole de SNCF Voyageurs.

L'entreprise ferroviaire publique a toutefois précisé que l'ensemble des trains de nuit continueront de circuler sans accroc, tandis que "l'adaptation de l'offre sera plus forte" pour les TGV internationaux, en particulier pour le service transmanche Eurostar "qui circulera à moins de 10% de l'offre prévue".

Les voyageurs dont les trains sont supprimés seront contactés et pourront changer leur billet ou se faire rembourser, a-t-il assuré.

>> Retrouvez notre article complet sur ce sujet.

9,5 millions de tests réalisés durant la semaine écoulée, un record

Entre le 31 décembre et le 6 janvier, près de 9,5 millions de tests de détection du Covid-19 ont été effectués, selon les chiffres apportés ce vendredi par la Direction générale de la santé (DGS). Dans le détail, 2,86 millions de tests PCR et 6,65 millions de tests antigéniques ont été recensés.

En comparaison avec la semaine précédente, déjà très importante en volume de tests réalisés, ce chiffre dénote une hausse de 25%, comme le souligne la DGS dans un communiqué.

Cette augmentation concerne particulièrement les enfants. Ces derniers représentent en effet un test de dépistage sur quatre réalisé durant cette dernière semaine. Un effet direct du protocole sanitaire en vigueur dans les écoles, d'ailleurs assoupli ce vendredi.

>> Retrouvez notre article complet.

Couvre-feu et pass sanitaire instaurés à Saint-Martin

Un couvre-feu nocturne a été instauré à Saint-Martin à partir de ce vendredi soir et le pass sanitaire rendu obligatoire pour tenter d'endiguer une "augmentation exponentielle des contaminations" au Covid-19, a annoncé le préfet Serge Gouteyron lors d'une conférence de presse.

Le couvre-feu, de minuit à 5 heures du matin, sera en vigueur pour au moins un mois et la présentation d'un pass sanitaire sera désormais obligatoire dans les bars et restaurants, y compris en terrasse.

Alors que treize cas de Covid-19 avaient été enregistrés sur une semaine avant Noël, "il est fort probable que nous terminerons cette semaine avec plus de 1500 contaminations", a prédit à l'AFP Paul Guibert, directeur territorial de l'ARS Guadeloupe, dont dépend Saint-Martin.

Depuis lundi 3 janvier, quelque 992 cas ont déjà été recensés.

Ce mercredi, le gouvernement avait décrété l'état d'urgence sanitaire - qui permet aux préfets de prendre des mesures d'interdiction de déplacement - à Saint-Martin mais aussi en Guadeloupe, en Guyane, à Mayotte et Saint-Barthélemy où "sous l'effet du variant Omicron", la circulation du Covid-19 connaît une augmentation considérable.

Bonjour à tous !

Bienvenue dans ce direct consacré au suivi de l'actualité de l'épidémie de Covid-19 de ce samedi 8 janvier 2022.

BFMTV