BFMTV

Réforme des retraites: comment va se dérouler le nouveau "grand débat" de Macron à Rodez

Cinq mois après la fin du grand débat, le président de la République renoue avec l’esprit de concertation nationale. Il sera ce jeudi à Rodez pour débattre de la réforme des retraites, à partir de 18h30. Face à lui, 500 lecteurs de la presse régionale, partenaire de l’opération.

Déminer le chantier sensible des retraites grâce à la concertation. C’est le but du chef de l’Etatn, qui organise ce jeudi un premier débat national autour de cette réforme brûlante programmée à l’été 2020. Initialement prévu le 26 septembre, le lancement de cette deuxième salve de concertations citoyennes, qui s'étalera jusqu'à la fin de l'année, avait finalement été ajourné, après l'annonce de la mort de Jacques Chirac. Ce 3 octobren malgré l'attaque contre des policiers au sein de la préfecture de police de Paris, survenue en début d'après-midi, et qui a fait quatre morts parmi les fonctionnaires, le chef de l'Etat a choisi de maintenir son déplacement à Rodez, après s'être rendu aux alentours de 14h30 à la préfecture. 

Debout, micro à la main, le président, qui sera accompagné de Jean-Paul Delevoye en charge de piloter la réforme des retraites, entamera les échanges à 18h30 dans la salle des fêtes de Rodez (Aveyron), une ville qui a massivement voté pour lui lors de la présidentielle de 2017.

Il s'agit d'"ancrer le débat au cœur des territoires", souligne l'Elysée, l'Aveyron étant un département essentiellement rural dont le tiers de la population est âgé de plus de 60 ans.

500 personnes face à Macron, Delevoye et Le Maire

Pour cette première consultation citoyenne sur les retraites, le chef de l’Etat a vu grand. Dans la salle municipale, 500 lecteurs des trois quotidiens du groupe La Dépêche (La Dépêche, Centre-Presse et Midi Libre), partenaire de l’opération, poseront leurs questions.

Parmi les inscrits, "il y a des jeunes, des personnes plus âgées, des étudiants, des chefs d’entreprise, le monde agricole, des ouvriers… Toutes les facettes de la société sont représentées", a expliqué à BFMTV Serge Gelis, directeur général de Centre-presse.

Les questions seront nombreuses puisqu’il y aura "celles de la salle mais aussi celles des 20 titres de la presse quotidienne régionale qui ont accepté de participer", a souligné Olivier Biscaye, rédacteur en chef de Midi Libre et modérateur de ce grand débat.

Trois heures pour éclaircir les zones d’ombre 

Le report imprévu de ce premier débat citoyen sur les retraites a permis à l'exécutif de déminer un peu plus ce sujet explosif, qui a déjà provoqué plusieurs journées de mobilisation. Ainsi dimanche à Guidel, dans le Morbihan, lors de l'université d'été du MoDem, le Premier ministre a publiquement approuvé plusieurs garde-fous énumérés à la tribune par François Bayrou. 

Edouard Philippe a ainsi validé que la valeur du point de retraite serait gérée par une autorité indépendante où siègeraient aussi les syndicats. Que les bénéfices acquis seraient préservés, y compris pour les régimes spéciaux. Et que les fonds des régimes des professions libérales (médecins, avocats) ne serviraient pas à équilibrer l'ensemble du système.

Le chef de l’Etat aura toutefois fort à faire ce soir car de nombreuses interrogations demeurent sur le projet de fusionner en un système unique les 42 régimes existants à l'horizon 2025. A quel âge sera fixé l'âge du départ à la retraite? Quelle sera la durée de cotisation? Combien vaudra le point qui conditionnera le montant des pensions? Quid de la pension des fonctionnaires? Autant de zones grises qu’Emmanuel Macron et ses ministres vont tenter d’éclaircir sans pour autant pouvoir apporter de réponses définitives dès ce premier échange.

Le débat devrait durer trois heures mais l'Elysée n’exclut pas que la discussion soit prolongée, comme celles de la première édition du grand débat qui s'étaient à plusieurs reprises étendues au-delà des six heures.

Emmanuel Macron "prendra le temps qu'il faut" pour "échanger librement", a prévenu le palais présidentiel.

"Assez de grand blabla", une manifestation à 17h30

En écho aux manifestations organisées ces derniers jours à Paris, les opposants à la réforme des retraites ont prévu de se faire entendre dans les rues de Rodez. La CGT, France insoumise, FSU, l'Union des Gilets jaunes, le Parti de Gauche, le PCF et SUD ont appelé à un rassemblement à 17h30 ce jeudi. La quasi-totalité des syndicats de la RATP ont par ailleurs annoncé une grève reconductible à partir du 5 décembre.

"Macron, assez de grand blabla", ont indiqué les contestataires pour qui le président "veut tromper son monde en faisant croire à un débat alors que les conclusions sont déjà écrites".

Ils dénoncent un exercice de "propagande" d'Emmanuel Macron qui "refuse toujours de répondre aux inquiétudes et aux luttes sociales et écologiques qui se multiplient en France et notamment en Aveyron".

Emmanuel Macron se rendra ensuite en Auvergne. Il est attendu à Clermont-Ferrand vendredi soir pour les 100 ans du journal La Montagne, dont il rencontrera des salariés et s'entretiendra avec des chefs d'entreprise de la région

Ambre Lepoivre avec AFP