BFMTV

Macron "n'aura aucun scrupule" à congédier Bayrou

François Bayrou

François Bayrou - PATRICK KOVARIK / AFP

Si le ministre de la Justice ne respecte pas la discipline gouvernementale, Emmanuel Macron pourrait reconsidérer la présence de François Bayrou au sein de son gouvernement.

"Il n'aura aucun scrupule", affirme à RTL l'entourage d'Emmanuel Macron. François Bayrou est prévenu: si le président de la République juge le garde des Sceaux trop gênant, il n'hésitera pas à le congédier. La situation politique du Béarnais est délicate. Ministre de la justice, le président du MoDem défend le projet de loi "pour la confiance dans notre vie démocratique", alors même que son parti fait l'objet d'une enquête concernant d'éventuels emplois fictifs.

Recadrage concerté

Le coup de téléphone du ministre à Radio France pour protester contre l'enquête de journalistes sur le MoDem n'est pas passé. Mardi, le recadrage d'Édouard Philippe n'avait donc rien d'improvisé. L'avertissement était concerté avec l'Élysée: "Emmanuel Macron était, bien sûr, au courant. Il l'a même approuvé", confie un ministre au Parisien

"Edouard Philippe s'attendait depuis plusieurs jours à être interrogé sur Bayrou et cette fameuse histoire de pression sur France Inter. Il était important de lui rappeler qu'il doit accepter quelques règles de collectif et, surtout, une règle constitutionnelle simple: en France, il y a un Premier ministre, mais pas de vice-Premier ministre", explique l'entourage du président "jupitérien".

"Ça ne peut que mal finir"

L'indépendance d'esprit - et de parole - de François Bayrou pourrait poser problème à terme. "De toute façon, avec Bayrou, il y aura toujours des clashs. Il a un tel ego! Une telle envie d'exister! Ça ne peut que mal finir...", prédit un ancien socialiste, membre de la garde rapprochée d'Emmanuel Macron. Si les proches du Premier ministre temporisent, jurant "qu'il n'y a pas l'ombre d'une interrogation sur sa présence au gouvernement", le son de cloche n'est pas le même au palais. Emmanuel Macron "réfléchit à un plan B" au cas où François Bayrou deviendrait trop encombrant, glisse-t-on.

Le résultat du second tour des élections législatives pèsera bien sûr dans la balance. "Franchement, après le tsunami annoncé des législatives, Macron a-t-il encore vraiment besoin d'élus MoDem dans son gouvernement?", s'interroge un visiteur du soir du président. "François Bayrou fait de la vieille politique", juge l'entourage d'Emmanuel Macron, ce qui déplaît au nouveau Président. De sorte qu'il pourrait être amené à choisir entre un rebelle au sein de son gouvernement et des frondeurs à l'Assemblée nationale.

Les dissidents devront toutefois s'attendre aux représailles d'Emmanuel Macron: "Avec lui, si on franchit la ligne jaune, ça peut passer une fois, deux fois, voire trois. Mais pas plus. Emmanuel Macron n'est pas François Hollande", avertit un ministre. À bon entendeur. 

Louis Nadau