BFMTV

Législative du Doubs: Roger Karoutchi appelle à "voter blanc"

Roger Karoutchi, lundi, sur BFMTV.

Roger Karoutchi, lundi, sur BFMTV. - BFMTV

Le sénateur UMP des Hauts-de-Seine estime que le front républicain, auquel il adhérait par le passé, n'a pas fait ses preuves pour faire reculer le FN.

S'il devait voter dimanche prochain lors de la législative partielle du Doubs qui opposera le FN au PS, Roger Karoutchi voterait...blanc. "Mais je n'ai pas de leçons à donner aux électeurs. Vous savez, je crois de moins en moins à la capacité d'un parti politique à donner des instructions de vote, surtout quand il n'a plus de candidat", a déclaré sur BFMTV le sénateur UMP des Hauts-de-Seine (vidéo ci-dessous).

Une nouvelle prise de position qui illustre la division sur la stratégie à suivre au sein de l'UMP. Si certains se sont prononcés d'ores et déjà pour le "ni-ni", ni PS, ni FN, d'autres ont répondu au contraire présent à l'appel du gouvernement à former un front républicain uni face à l'extrême droite. Une tactique politique en laquelle Roger Karoutchi ne croit plus. 

"Le front républicain est un échec"

"J'ai été de ceux qui dans le passé, avec Philippe Seguin, ont été les porteurs de ce que l'on appelait le front républicain. Force est de constater que ça a échoué. Il n'y a même pas dix ans, le Front national était entre 10 et 15%, il est au-dessus de 25% aujourd'hui. Ca prouve que cette stratégie du front républicain a permis au FN de parler d'UM-PS, et ça n'a pas plu à nos électeurs.", analyse le parlementaire.

Lui préfère "recomposer une droite et une centre qui reprennent les vraies valeurs et qui soient en situation d'être au second tour systématiquement. Mais la stratégie du front républicain, c'est une stratégie qui est à terme mortifère, pour la République comme pour la droite." L'UMP doit réunir mardi son bureau politique pour débattre de la ligne à adopter officiellement. Mais les ténors du parti font déjà pencher la balance en faveur du "ni-ni".