BFMTV

La riposte de Fillon à Sarkozy attendue à la Grande Motte

Nicolas Sarkozy et François Fillon, le 12 septembre dernier après un déjeuner commun.

Nicolas Sarkozy et François Fillon, le 12 septembre dernier après un déjeuner commun. - -

Trois jours après le retour de Nicolas Sarkozy devant les cadres de l'UMP, son ancien Premier ministre est attendu pour réaffirmer ses ambitions, jeudi à 19 heures, lors d'un meeting dans l'Hérault.

Pas de farniente pour François Fillon. Ce jeudi à la Grande Motte, à l'heure où les vacanciers profiteront de la plage, le vice-président de l'UMP est attendu pour un meeting dans son costume de présidentiable, trois jours après le retour aux affaires de Nicolas Sarkozy.

Lundi, le discours de l'ancien président devant les cadres de l'UMP n'a, d'après le quotidien Le Monde, pas vraiment été au goût de son ancien Premier ministre. Notamment l'accusation qui lui a été portée d'avoir "divisé" le parti. Ce jour-là, François Fillon est resté assis et n'a pas applaudi. Lançant même, en quittant la pièce: "Le catéchisme est terminé?"

Ses lieutenants n'ont pas caché leur agacement dans la presse. Lui s'est tu. Mais à 19 heures jeudi, les choses pourraient en être autrement. Dans la matinée, son porte-parole Jérôme Chartier a indiqué à TF1 News: "Il a pris acte des remarques de Nicolas Sarkozy. Il en tiendra compte à la Grande Motte."

Candidat "quoi qu'il arrive"

Plus que jamais candidat à la primaire UMP en 2016, l'ancien Premier ministre a nommé, mercredi, les représentants de sa nouvelle association politique, Force Républicaine, dans 20 régions et "plus de la moitié des départements". Sur cette liste, 36 députés sur les 190 que comptent l'UMP, et douze sénateurs.

A cette occasion, François Fillon a appelé son mouvement, en vue de 2017, à "associer les Français à l'élaboration du projet pour la France qu'il prépare". Candidat? Il le sera "quoi qu'il arrive", a-t-il affirmé.

Objectif 2017

Et s'ils ont été ébranlés par le come back de l'ancien chef, les fillonistes ne veulent rien en laisser paraître. "Rien n'entamera la détermination de François Fillon", a prévenu dès mardi sur LCI l'un de ses principaux soutiens, le député Eric Ciotti. "Il a très clairement posé le cap; ce cap c'est 2017, et je crois qu'il est important que d'ores et déjà on regarde vers cet objectif, parce que c'est là où tout se jouera."

Quand à Jérôme Chartier, il l'affirme: "François Fillon est ressorti (du bureau extraordinaire de l'UMP lundi, ndlr) avec un sentiment nouveau: celui d'un affranchissement total face à celui qui fut président et un grand président." A la Grande Motte, pas question donc de ne pas faire de vagues.

Mathilde Tournier