BFMTV

Florilège des petites piques de Fillon à l'adresse de Sarkozy

François Fillon, jeudi 11 juillet, à la Grande-Motte

François Fillon, jeudi 11 juillet, à la Grande-Motte - -

L'ancien Premier ministre n'a pas mâché ses mots contre Nicolas Sarkozy, et plus largement contre l'UMP, à l'occasion d'une réunion publique organisée à la Grande-Motte, jeudi soir.

Elle était attendue, elle est venue. La contre-attaque de François Fillon. Jeudi à l'occasion d'une réunion publique à La Grande Motte, l'ex-Premier ministre a attaqué Nicolas Sarkozy, auteur d'un retour sur le devant de la scène UMP en début de semaine. La bataille pour 2017 paraît d'ores et déjà lancée entre les deux hommes. Florilège des petites piques de La Grande Motte

> Fillon, le sniper

"Je ne lie pas l'avenir de l'UMP à un homme" a asséné en ouverture François Fillon. "L'UMP ne peut vivre congelée, au garde à vous, dans l'attente d'un homme providentiel", a-t-il poursuivi , sans jamais citer le nom de Nicolas Sarkozy.

Et François Fillon de conclure: "en vérité, chaque français est l'homme de la situation".

> Fillon, le candidat

François Fillon ne cache plus depuis longtemps qu'il ambitionne de représenter l'UMP aux présidentielles de 2017. "Chacun a le droit de vouloir servir son pays et chacun aura le droit d'être candidat aux primaires, mais personne ne peut dire 'circulez' il n 'y a rien à voir, le recours c'est moi!", a-t-il lancé dans une nouvelle allusion non-voilée à son ex-patron, démontrant par la même une patience déjà mise à rude épreuve et un niveau d'exaspération à son paroxysme.

Les sifflets des militants UMP à son arrivée au siège du parti lundi ont contribué à cet état de fait et conduit François Fillon à répliquer sans tarder.

> Fillon, le "militant parmi les militants"

Mais s'il semble s'être clairement affanchi de la tutelle du "chef légitime" Nicolas Sarkozy, François Fillon n'a pas que fanfaronné à la Grande-Motte: "Nous devons tous faire nos preuves, moi le premier. Depuis plusieurs mois, je multiplie les déplacements, comme un militant parmi les militants. [...] Rester sur son piedestal en attendant que la gauche s'effondre et en espérant être plébiscité par les Français: ça, c'est l'assurance d'échouer".

> Fillon, l'agent de circulation

François Fillon n'a pas non plus manqué d'adresser un message, subiminal à son ancien rival Jean-François Copé. Ainsi, pour l'UMP il "existe deux voies", a-t-il dit. Soit...

1. Epouser l'humeur, additionner ttes les colères, épouser ttes les démagogies, s'allier avec n'importe qui, pour promettre n'importe quoi
— François Fillon (@FrancoisFillon) July 11, 2013

2. plus audacieux : hisser la France au-dessus de ses peurs, offrir aux Français une raison de se rassembler pour relancer leur pays
— François Fillon (@FrancoisFillon) July 11, 2013

> Fillon, le reniement

Mais François Fillon ne pouvait achever son discours que par une ultime pique à Nicolas Sarkozy et attaquer une nouvelle fois le bilan du quinquennat.

"Il faut avoir le courage de s’interroger sur soi-même, la lucidité de peser le pour et le contre de notre bilan, a-t-il dit. Il faut se montrer fort dans nos convictions mais humble dans notre démarche".

Les messages d'unité clamés haut et fort en début de semaine paraisent loin déjà. Comme 2017.

S. A.