BFMTV

Les bons et les mauvais élèves du Sarkoshow

NIcolas Sarkozy

NIcolas Sarkozy - -

Nicolas Sarkozy a orchestré, lundi, son "non-retour" en politique d'une main de maître. Si les habituels fidèles du président ont joué leur rôle à plein, d'autres ont résisté au "leader naturel" de l'UMP.

"C'est gonflé de faire une journée de triomphe politique sur le fait que l'on a été retoqué pour non-respect de la loi", a commenté Roland Cayrol sur BFMTV, revenant sur la journée de lundi de Nicolas Sarkozy qui faisait son retour sur le devant de la scène. Devant les ténors, l'ancien président a pu compter sur ses soutiens habituels, plus ou moins exaltés par l'événement. Il a aussi pu juger sur pièces que son son retour n'enthousiasme pas tout le monde rue de Vaugirard. Revue des troupes présentes au Sarkoshow.

> N°1 - Dans le rôle de la groupie: Valérie Rosso-Debord

Valérie Rosso-Debord est sortie ravie du discours de Nicolas Sarkozy, au siège de l'UMP. "C'était survolté, les gens étaient debout", a-t-elle expliqué à BFMTV. "Les gens se sont précipités pour l'embrasser, il y avait un côté rock star et en même temps son discours était limpide, il est notre guide".

"Nous sommes sortis revigorés et sereins, certains qu'il reviendra", a conclu, exhalté, la groupie Valérie Rosso-Debord.

> N°2 - La plus paparazzi: Nadine Morano

La très sarkozyste Nadine Morano était également aux anges pour le retour de son champion. Non contente de retweeter l'intégralité du discours à ses quelques 108.000 followers, l'ancienne ministre a photographié "la foule en liesse" à l'arrivée de Nicolas Sarkozy. Les images de BFMTV l'ont d'ailleurs captée, portable en main devant l'entrée du siège de l'UMP.

Assurément une bonne élève.

Nicolas sarkozy est de retour à l'Ump... la foule est en liesse à l'extérieur pic.twitter.com/hbiDcdy7IY
— Nadine Morano (@nadine__morano) July 8, 2013

> N°3 - Dans le rôle de la bonne surprise: Alain Juppé

Il ne devait pas venir, mais a finalement bien apprécié le grand show. "Il y a eu beaucoup de hauteur de vue, il nous a parlé d'Europe, de sa vision du monde, de progrès", s'est enthousiasmé le maire de Bordeaux Alain Juppé au micro de BFMTV. "C'était un discours de très haute tenue". N'en jetez plus le fondateur de l'UMP est conquis.

> N° 4 - Le plus grand fan du "roi soleil": Lionnel Lucca

"Le retour de Nicolas Sarkozy correspond au retour du soleil". Le député Lionel Lucca ne recule devant rien pour rendre hommage à l'ex-président censé sortir l'UMP du brouillard... et en profite pour tacler les "un an sous la pluie" de François Hollande.

Météo politique: le retour de NS correspond au retour du soleil!FH pluvieux d'un an va en prendre ombrage!
— Lionnel Luca (@lionnelluca06) July 8, 2013

> N° 5 - Dans le rôle du bonnet d'âne: Fillon l'ingrat

Entre Nicolas Sarkozy et son ancien Premier ministre François Fillon, le torchon brûle depuis un long moment déjà. Lundi, alors que l'ex-président de la République a fait son entrée au bureau politique de l'UMP sous les vivas des parlementaires et des cadres du parti, François Fillon est resté solidement assis sur sa chaise avant de quitter le siège de la rue Vaugirard sans un mot.

Ambitieux pour 2017, et avant ça la primaire interne, François Fillon a certainement compris qu'il faudra faire avec Nicolas Sarkozy. Pis, les militants se sont eux-mêmes chargés de lui rappelé. A son arrivée le Sarthois a été acceuilli au son de "Nicolas, Nicolas". 

> N°6 - Les "peuvent mieux faire": les sans-cravates

En politique le message peut parfois être subtil. Ainsi, rapporte Anna Cabana dans sa chronique politique quotidienne sur BFMTV, qu' Alain Juppé, Bruno Le Maire mais aussi le fidèle Henri Guaino se sont présentés devant Nicolas Sarkozy sans cravate. Un affront public! Et une attitude qui aurait pu déplaîre à l'ancien chef de l'Etat qui considère que la cravate est une marque de respect à l'adresse de son interlocuteur. Un choix qui, selon Anna Cabana, est tout sauf anodin.

Le message envoyé par Jean-Pierre Raffarin et François Baroin, absent de la grand-messe est encore plus clair.

Samuel Auffray