BFMTV

Accord Copé-Fillon sur des primaires UMP pour la présidentielle de 2017

François Fillon et Jean-François Copé lors du débat pour la présidence de l'UMP, le 26 octobre 2012

François Fillon et Jean-François Copé lors du débat pour la présidence de l'UMP, le 26 octobre 2012 - -

Il y aura bien une primaire à droite pour désigner le candidat UMP à la présidentielle de 2017. L'ombre de Nicolas Sarkozy plane déjà sur cette primaire.

Jean-François Copé et François Fillon se donnent rendez-vous pour 2017. Ou presque. Les deux hommes sont tombés d'accord mercredi sur le principe de l'organisation de primaires à droite pour désigner le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle de 2017.

"Il y aura des primaires à droite, c'est un principe qui est désormais acté", a déclaré François Fillon à l'issue de la réunion de la commission de révision des statuts de l'UMP.

"Nous avons acté des modalités d'organisation de la primaire à la présidentielle", a confirmé de son côté le président de l'UMP, Jean-Françis Copé. "Maintenant, a-t-il ajouté, nous avons la charpente globale de nos nouveaux statuts et nous aurons une nouvelle réunion pour les finaliser à la mi-mai", a-t-il souligné.

Tête-à-tête au restaurant entre Fillon et Copé

Ces primaires seront donc inscrites dans le marbre des nouveaux statuts de l'UMP sur lesquels les militants seront cependant amenés à se prononcer fin mai ou début juin.

Le principe avait été prévu dans l'accord de sortie de crise, co-signé par Jean-François Copé et François Fillon le 17 décembre, après un mois de guerre des chefs pour la présidence de l'UMP.

"Les choses ont vraiment pris une bonne tournure et je crois que le dialogue avec François Fillon y contribue", s'est encore félicité Jean-François Copé. Les rivaux d'hier semblent avoir tourné la page du fiasco de l'élection pour la présidence de l'UMP, qui avaient révélé leurs divisions. Mercredi, les deux hommes se sont retrouvés pour déjeuner en tête à tête dans un restaurant parisien.

"Je crois que c'était une manière très positive d'acter tout ce que nous avons fait ensemble depuis ces 6 derniers mois et de travailler à la reconstruction de notre famille politique", a commenté le député-maire de Meaux.

Nicolas Sarkozy en lice?

Reste une question, toujours en suspens: qui d'une candidature de Nicolas Sarkozy? Début mars, l'ancien président avait évoqué son possible retour en politique, "par devoir pour la France". "C'est une autre histoire qui s'écrira le moment venu", a botté en touche Jean-François Copé au micro de BFMTV tandis que Jean-François Fillon s'est contenté de dire qu'il souhaitait des primaires "les plus larges possibles". Son voeu pourrait être exaucé.

Outre l'ancien président, une autre voix s'est déjà positionnée pour 2017 au sein de l'UMP: il s'agit d'Alain Juppé qui, en janvier dernier, s'était déclaré "libre" de se présenter en 2017.