BFMTV

La revanche de Ségolène Royal

Ségolène Royal

Ségolène Royal - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

"Assagie", "créative", Ségolène Royal fait son entrée, mercredi, au gouvernement. L'ex-compagne de François Hollande hérite d'un grand ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie. Portrait.

"Je sais que le temps de la réhabilitation viendra". "Arrêter? C'est impensable. J'ai trente ans de vie politique. C'est ma passion", promettait en 2012 Ségolène Royal, après sa défaite aux législatives. Son retour, mercredi, comme numéro trois du gouvernement, ministre clé de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, sonne comme une revanche pour celle qui avait promis à ses électeurs de les emmener vers "d'autres victoires" au soir de sa défaite contre Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle, le 6 mai 2007.

> LES ATOUTS DE ROYAL

• L’expérience d’une femme trois fois ministres. Ségolène Royal a pour elle d’être l’une des femmes politiques les plus capées du Parti socialiste. Après des études dans les Vosges, elle intègre Sciences Po Paris puis l'ENA, où elle rencontre François Hollande au sein d'une promotion "Voltaire".

Puis Ségolène Royal rejoint François Mitterrand en 1982 comme chargée de mission à la Jeunesse, puis aux Affaires sociales. Elle reste à l'Elysée jusqu'en 1988, année où elle entre à l'Assemblée nationale comme députée des Deux-Sèvres après avoir conquis une circonscription réputée "ingagnable".

Ministre de l'Environnement du gouvernement de Pierre Bérégovoy en 1992-1993, elle fait voter des lois sur la gestion des déchets ou les nuisances sonores et obtient du Président un plan de sauvegarde du Marais poitevin. Pendant les années de "gauche plurielle", elle est successivement ministre déléguée à l'Enseignement scolaire puis à la Famille, où elle combat le bizutage et le racket, facilite l'accès à la pilule du lendemain et crée le congé paternité.

• Première femme au 2nd tour de la présidentielle. Ségolène Royal a été élue à la tête de la région Poitou-Charentes en 2004. Elle sera reconduite en 2010 et n'aura de cesse de vanter son bilan. Enfin et surtout Ségolène Royal est la première femme à être arrivée au deuxième tour d'une élection présidentielle, perdant (46,94%) face à Nicolas Sarkozy. Durant la campagne, se disant "voix des sans voix", elle sillonnait les quartiers difficiles, avec qui elle dit garder un lien fort.

• Une femme pugnace. Désormais qualifiée au PS de "super puissante politiquement", Ségolène Royal a connu récemment de cinglants revers. En juin 2012, en perdant à La Rochelle face au dissident socialiste Olivier Falorni. Humiliation supplémentaire, elle a dû encaisser le tweet de Valérie Trierweiler, alors compagne de François Hollande, soutenant le dissident Falorni. Mais la grande force de Ségolène Royal c'est de savoir "panser ses plaies et repartir", formule par laquelle elle introduit son dernier opus, Cette belle idée du courage (mai 2013).

> LES LIMITES DE ROYAL

Mère des enfants de François Hollande. Avec l'entrée de Ségolène Royal, pour la première fois, une ministre d'un gouvernement n'est autre que l'ex-compagne du président de la République, avec lequel elle a quatre enfants. Son entrée au gouvernement est d'ailleurs facilitée par la rupture en janvier de François Hollande avec Valérie Trierweiler. Le risque? "En cas de problème, elle pourrait décrocher le téléphone pour appeler l'Elysée plutôt que le Premier ministre", souligne un ami de l'ancien couple.

Ses sorties très médiatiques. Connue pour sa liberté de ton, Ségolène Royal court le risque que chacune de ses paroles soit commentée à la lumière de son passé intime avec le chef de l'Etat. Courageuse, intrépide pour ses admirateurs, elle est exaltée voire "illuminée" pour ses détracteurs - certains se souviennent de ses envolées quasi mystiques sur la "fraternité" ou encore, tout récemment, de sa pose vêtue d'un drap blanc, dans un magazine, en Marianne du tableau "La liberté guidant le peuple".

Hélène Favier