BFMTV

Edouard Philippe vient apporter son soutien à Mounir Mahjoubi

Le Premier

Le Premier - Thomas SAMSON - AFP

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est affiché ce vendredi auprès de son secrètaire d'Etat Mounir Mahjoubi, pour lui apporter son soutien aux élections législatives du XIXe arrondissement de Paris.

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est rendu dans la XVIe circonscription de Paris ce vendredi matin aux côtés du nouveau secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi, pour lui apporter son soutien en vue des élections législatives

Dans ce XIXe arrondissement, le jeune Mounir Mahjoubi est un habitué. Le Premier ministre s'est dit "très heureux" de s'être déplacé pour soutenir Mounir Mahjoubi, "pas n'importe quel candidat" puisqu'il "fait partie du gouvernement". 

Le plus jeune ministre de l'ère Macron

Il y affrontera entre autres le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis, "contre" qui Edouard Philippe se défend de s'être déplacé. Lors de la visite d'un espace de coworking, il a précisé:

"Nous sommes dans une démocratie, il y a des gens qui se présentent dans une même circonscription, mon obsession n'est pas contre, mon obsession c'est pour".

Une démission en cas de défaite

Il faut dire que l'enjeu est de taille. En cas de défaite, Mounir Mahjoubi devra renoncer à son poste de ministre. S'il l'emporte en revanche, Delphine O (à droite sur la photo) siégera à l'Assemblée. Le plus jeune membre du gouvernement Philippe, 33 ans, avait été nommé au gouvernement après l'annonce de sa candidature.

Lors d'un arrêt à un café dans le quartier, où il s'est promené pour saluer les passants, le candidat a répété:

"Le fait de devoir démissionner, ce n'est pas ça le plus stressant. Ce qui est important pour moi c'est de gagner pour porter notre projet (...) si on n'apporte pas cette majorité au Parlement, tout ce qu'on a fait depuis un an, tout ce qu'on a promis depuis un an, on ne pourra pas le faire. C'est ça qui m'angoisse le plus". 

Durant cette rencontre, Edouard Philippe a également affiché sa "confiance" envers Richard Ferrand, après les révélations du Canard enchaîné sur une opération immobilière concernant sa compagne. Il a estimé que les électeurs seraient "le juge de paix" pour le ministre et candidat aux législatives du Finistère. 

J.B