BFMTV

François Bayrou, une menace pour Emmanuel Macron et Edouard Philippe

Ce mardi, le Premier ministre et François Bayrou se sont renvoyés la balle par presse interposée. C'est le dernier acte, en date, de la gestion difficile d'un ministre de la Justice qui agit en électron libre dans le nouveau gouvernement, sur fond de législatives.

Les protagonistes du duel ne se sont pas cachés ce mardi. Sur France Info, le Premier ministre Edouard Philippe a lancé: "Quand on est ministre, on ne peut plus réagir comme quand on est un simple citoyen. (...) Il se trouve que quand on est ministre, on n'est plus simplement un homme animé par ses passions ou par sa mauvaise humeur ou par son indignation." Il s'agissait d'un recadrage en règle après que mercredi dernier François Bayrou a passé un coup de fil courroucé au responsable de la cellule investigations de Radio France pour protester contre une enquête menée par des journalistes de la Maison de la Radio au sujet d'emplois présumés fictifs d'assistants parlementaires européens du Modem.

Une liste de griefs qui s'allonge

Accusé d'avoir cherché à faire pression sur le média, bien que garde des Sceaux, François Bayrou avait fait valoir qu'il ne parlait alors qu'en tant que "citoyen". Il avait déjà mis en avant ce sens aigu de la nuance lorsqu'on lui avait reproché d'avoir retweeté, le 30 mai, un message de dénégation publiée par Marielle de Sarnez, ministre chargée des Affaires européennes, citée dans l'affaire soulevée autour des assistants parlementaires européens de la formation centriste.

"Ce recadrage intervient aussi à la veille de la présentation de la loi sur la moralisation de la vie politique. Tout le monde doit être exemplaire, a fortiori le ministre de la Justice", remarquait en outre Laurent Neumann sur notre antenne. 

Bras-de-fer au sein de l'exécutif

Autant d'éléments ou d'initiatives du pensionnaire du ministre de la Place Vendôme, à Paris, qui avaient agacé et embarrassé le gouvernement... tout en témoignant d'une certaine liberté de l'intéressé au sein de celui-ci. Et François Bayrou entend bien conserver une certaine latitude, à en juger par la réponse qu'il a adressée à la mise en garde d'Edouard Philippe, depuis Lens ce mardi: "Chaque fois qu'il y aura quelque chose à dire, je le dirai". Sur BFMTV, Camille Langlade a décrypté cette joute mezzo-voce au sein du gouvernement:

"C’est un premier test pour Edouard Philippe d’une part qui doit asseoir son autorité gouvernementale, s’assurer que François Bayrou n’a pas de lien direct avec Emmanuel Macron, qu’il écoute les consignes passées par le Premier ministre, et puis c’est un bras-de-fer voulu par François Bayrou pour montrer qu’il n’est pas un ministre comme les autres. Et d’ailleurs à 'En Marche !' et au sein de l’exécutif on le reconnaît volontiers. C’est le seul qui a failli être candidat, qui a apporté quatre ou cinq points pendant la présidentielle et a sans doute permis à Emmanuel Macron d’être élu."

L'homme qui voulut être "faiseur de roi"

Si l'Elysée est conscient de l'apport, le titulaire du bail commence à s'exaspérer de l'attitude de "faiseur de roi" que François Bayrou aurait adopté: "Bayrou veut jouer les marionnettistes. Il considère qu’il m’a fait roi, que je lui dois tout, que j’ai été élu uniquement grâce à lui et qu’il a fait l’élection. Il veut jouer le président délégué, mais ça ne se passe pas comme ça avec moi", s'est exclamé Emmanuel Macron, selon le Canard enchaîné, à la mi-mai. 

Il faut dire que, dès les premiers jours du premier quinquennat, le président du Modem n'a pas hésité à monter au créneau pour défendre sa paroisse au moment du dévoilement d'une première série d'investitures "La République en marche". Son coup de sang avait eu la vertu de faire passer le nombre de candidats présentés sous le label "La République en marche" issus deux Modem de 40 à 80. Le cas Bayrou est désormais largement lié aux législatives. Dans Le Monde, une source présentée comme un partisan d'Emmanuel Macron avançait ainsi: "La question de la cohabitation avec le bayrouisme triomphant va se poser rapidement". 

La lecture des résultats très positifs des candidats estampillés "La République en marche" lors du premier tour des législatives est en fait à double-entrée. "Depuis dimanche dernier, la donne est un petit peu différente car 'En Marche!' a la majorité absolue, selon les projections, sans le Modem. François Bayrou a-t-il encore les moyens de peser et de jouer dans ce bras-de-fer?" se demandait Camille Langlade sur BFMTV avant, plus tard, de noter que la situation pourrait être cependant plus favorable à la formation de François Bayrou si ses représentants au Palais-Bourbon se retrouvaient en nombre suffisant pour fonder un groupe Modem "qui pourrait être l'empêcheur de tourner en rond d'une majorité "En Marche!". 

Vers un scénario à la Mitterrand? 

Alexis Massart, politologue spécialiste du centrisme, a rapproché auprès de BFMTV.com la situation actuelle du Modem, à la veille de la constitution de la nouvelle Assemblée nationale, de celle du Parti communiste aux côtés des socialistes de François Mitterrand en 1981:

"Après l'élection de François Mitterrand à la présidentielle, le Parti socialiste remporte 54,7% des sièges à l'issue des législatives et n'a pas besoin du PCF. Mitterrand a alors d'autant mieux intégré des ministres communistes dans son gouvernement qu'il pouvait les faire taire! Il les a contraint au fil du temps à accepter des textes qu'ils n'auraient pas dû pouvoir cautionner. Quelques années plus tard, les communistes étaient à 10% et puis à plus rien. C'est le destin qui menace le Modem".

Le politologue note que ce cas de figure est l'une des raisons, selon lui, pour laquelle François Bayrou cherche à bomber le torse: "Dans tous les cas, le Modem pourrait avoir du mal à se faire entendre. Si clash, même, il devait y avoir, ça n'aurait sans doute aucun impact. C'est pour ça aussi que François Bayrou montre les dents maintenant."

La soirée de dimanche prochain aura donc non seulement une fonction d'arbitrage mais elle pourrait même siffler la fin de la partie et étouffer un certain nombres de dissonances.

Robin Verner