BFMTV

Marion Maréchal ne veut pas d'"un duel" entre elle et Marine Le Pen

Marion Maréchal-Le Pen - AFP

Marion Maréchal-Le Pen - AFP - -

Sortie de son silence médiatique ce dimanche soir, l'ancienne députée du Front national reste floue sur son avenir politique, n'excluant pas définitivement un retour. Mais pour l'avenir, elle plaide pour une union des droites et appelle le Rassemblement national à trouver un compromis avec d'autres partis.

Élue députée en 2012 à l'âge de 22 ans, Marion Maréchal qui a prononcé son retrait prématuré de la vie politique en 2017, va-t-elle revenir sur le devant de la scène? Après avoir abandonné le nom de son grand-père et de sa tante, l'ex-conseillère régionale de Paca continue d'entretenir le flou sur un éventuel come-back. Partie fonder l'Institut des sciences sociales, économiques et politique (ISSEP) à Lyon, elle garde logiquement un lien avec le milieu mais refuse de se prononcer clairement. Une réserve qui soulève bien des interrogations.

Celle qui n'a pas pris position pour son ancienne famille politique lors de la campagne pour les Européennes, allant jusqu'à refuser le moindre tweet de soutien à la liste emmenée par Jordan Bardella, a assuré être fière de son ancienne vie de femme politique, ajoutant être toujours membre du Rassemblement national:

"Je suis toujours membre mais j'ai démissionné de toutes mes fonctions. Je considère que le RN est indispensable à la vie politique et qu'il faut le dépasser", a-t-elle expliqué ce dimanche sur LCI, plaidant pour un "compromis" avec d'autres formations de droite qui pourrait "aboutir à des coalitions gouvernementales, ou à des alliances de circonstances à des élections, qui serait la seule solution, eu égard à nos modes de scrutin, pour contrer le grand projet progressiste qu'est en train de mettre en place Emmanuel Macron".

2022 dans le viseur?

Pas question pour autant de se revendiquer comme figure du parti: "Je ne vous donnerai pas mon vote, si je vous donne mon vote mécaniquement je vais être associée 'à' et vue comme porte-parole 'de'", a expliqué Marion Maréchal, maintenant le secret de l'isoloir à l'occasion du scrutin européen.

Interrogée sur l'élection présidentielle de 2022, Marion Maréchal a confié qu'il n'y avait pas de raison qu'elle ne soutienne pas une candidature de Marine Le Pen sa tante, tout en assurant qu'il était aujourd'hui impossible de savoir qui allait se présenter, avant d'évoquer son ambition politique.

"Si je peux être utile"

"Je cherche juste à réfléchir à comment demain on peut aller au-delà du Rassemblement national", refusant d'aller contre Marine Le Pen. "Je cherche à éviter d’imposer aux Français une guerre familiale après la fille contre le père, la nièce contre la tante. Je ne veux pas me retrouver dans un duel avec Marine Le Pen", a-t-elle ajouté.

Marion Maréchal a conclu son retour médiatique par un message en forme d'appel du pied au Rassemblement national pour former l'union des droites: "Je n'ai pas d'ambition personnelle. Mais en tout cas, si je peux être utile d'une manière ou d'une autre pour essayer de construire cette grande alliance des droites, je le ferais à mon niveau."

Guillaume Dussourt