BFMTV

Édouard Philippe: la baisse des APL, "ce n'est pas intelligent"

Édourd Philippe juge la baisse de cinq euros des APL comme une mesure "pas intelligente", mais rappelle qu'il n'en est pas l'auteur.

La baisse de cinq euros des APL, "une connerie sans nom" ? Oui, mais pas celle de ce gouvernement, estime le Premier ministre.

"Ce qui est vrai, c’est que si on avait pu faire autrement, on l’aurait fait", concède Édouard Philippe, invité ce jeudi de BFMTV et RMC.

S'il reconnaît une maladresse politique, le gouvernement n'avait selon lui pas le choix.

"Encore une fois, cette baisse générale des APL, elle est contenue dans le budget précédent, que moi j’exécute, mais que je n’ai pas voté", répète Édouard Philippe. "Ce n'est pas moi qui le dit, c'est la lettre de cadrage adressée à la ministre du Logement" (Emmanuelle Cosse, NDLR.).

Sortir de la politique du rabot

La mesure, contrainte, reste toutefois insatisfaisante à ses yeux:

"C’est pas intelligent, évidemment que c’est pas intelligent. C’est une mesure de rabot, les mesures de rabot, ce ne sont jamais de bonnes mesures."

Depuis le début du quinquennat, le gouvernement a adopté une politique du "rabot" pour réduire le déficit public, avant, à en croire Édouard Philippe, que des réformes "structurelles" ne permettent un retour à l'équilibre. Exemple avec la politique du logement: l'objectif de la réforme serait "certes de baisser les APL, mais surtout de faire en sorte que les loyers baissent également en conséquence".

Louis Nadau