BFMTV

Edouard Philippe dit être prêt à recevoir une délégation de gilets jaunes

Ce mercredi, face à notre journaliste Jean-Jacques Bourdin, Edouard Philippe a évoqué la concertation à venir sur la transition écologique et a assuré qu'il pourrait recevoir une délégation de gilets jaunes, à la condition qu'elle soit "représentative".

Une "grande concertation" sur la transition écologique a été annoncée mardi par le président de la République, embourbé dans une vaste contestation sociale et fiscale menée par les gilets jaunes. Et Edouard Philippe, ce mercredi sur notre plateau, a assuré qu'il désirait que les gilets jaunes soient inclus dans le processus. "Je souhaite que les gilets jaunes y soient associés. Si une délégation représentative de gilets jaunes veut être reçue je le ferai", a glissé le Premier ministre, précisant qu'il essayerait de "prendre en compte ce qu’ils formulent." Selon nos informations, il devrait accueillir une délégation à l'Hôtel Matignon d'ici à la fin de la semaine, si, bien sûr, les gilets jaunes le souhaitent et en font explicitement la demande. Ce mardi, certains d'entre eux ont pu transmettre leur cahier de doléances au ministre de la Transition écologique, François de Rugy. 

Au-delà, Edouard Philippe a esquissé les contours de la "concertation" à venir. "L’idée, c’est de dire comment on associe l’ensemble des gens intéressés à la définition des bonnes mesures d’accompagnement", a-t-il défini. Il a appuyé: "Comment on fait pour organiser une méthode de travail permettant de trouver des solutions d’accompagnement concrètes ?"

Les interlocuteurs d'Edouard Philippe 

Si le chef du gouvernement envisage d'inviter des gilets jaunes à sa table, il a développé plus longuement la liste des interlocuteurs que l'exécutif espère pouvoir convier au débat: "Mes rendez-vous commencent demain avec tous les représentants des corps intermédiaires, tous ceux qui souhaitent venir pour dire comment ils envisagent cette transition, pendant trois mois." La rencontre avec le collège de parlementaires du conseil national de la transition écologique, initialement prévue ce mercredi après-midi, a été reportée à jeudi.

L'échelon du débat est aussi un point crucial: "Ce doit être très territorialisé, même aller un peu en-dessous du niveau départemental."

Edouard Philippe a voulu illustrer l'attente qu'il nourrit, en matière de mesures d'accompagnement, autour de cette concertation prochaine. Après avoir rappelé que son gouvernement allait aider les contribuables choisissant de renoncer à leur chaudière au fuel pour passer à une chaudière au gaz ou une pompe à chaleur, écologiquement plus propres mais aussi plus onéreuses, il a lancé: "Comment fait-on pour que la solution d’accompagnement touche le Français chez lui ? Il faut discuter avec les banques, distributeurs, associations de consommateurs pour qu’à la fin on trouve des solutions pratiques."

Robin Verner