BFM Eco

Édouard Philippe: "Il n'y aura pas de coup de pouce" pour le Smic

Invité de BFMTV-RMC ce mercredi, le Premier ministre a annoncé qu'il n'y aura pas de coup de pouce supplémentaire pour le Smic l'année prochaine. Le gouvernement va se contenter de la revalorisation légale.

Malgré la grogne des Français sur le pouvoir d'achat, le gouvernement n'augmentera pas plus le Smic que la revalorisation minimum prévue par la loi.

"Il n'y aura pas de coup de pouce supplémentaire", a annoncé Édouard Philippe sur BFMTV-RMC ce mercredi. Le Premier ministre estime que le gouvernement a déjà amélioré le pouvoir d'achat des smicards avec la suppression des cotisations salariales maladie et chômage. "Notre politique ce n'est pas de faire des coups de pouce au Smic, c'est de faire que le travail paye", a-t-il déclaré.

Suppression des cotisations maladie et chômage

Le 1er janvier 2018, la CSG a augmenté de 1,7 point pour tous, mais la cotisation maladie pour les salariés a été supprimée et la cotisation chômage abaissée. Cette dernière a été totalement supprimée en octobre. Le solde fait donc augmenter le salaire net (et non brut) des employés du privé.

À ce jour, le Smic horaire brut s'élève à 9,88 euros. Pour un salarié aux 35 heures (correspondant à environ 152 heures de travail par mois), cela représente un revenu mensuel de 1498 euros brut.

Selon le simulateur du gouvernement, la suppression des cotisations représente, pour un smicard, un gain annuel net de 138 euros pour cette année et de 266 euros pour 2019.

simulateur gouvernement.png
simulateur gouvernement.png © -

Le dernier coup de pouce date de 2012

Pour mémoire, en plus d'une revalorisation automatique du Smic, calculée en fonction de l'inflation et de l'évolution du pouvoir d'achat des ouvriers, la loi octroie au gouvernement la possibilité d'accorder une hausse supplémentaire.

Ce "coup de pouce" peut être accordé à n'importe quel moment dans l'année. Le dernier en date remonte à juillet 2012, conformément à une promesse de campagne de François Hollande. En France, environ 1,7 million de salariés sont payés au salaire minimum.

J.-C.C.