BFM Business

Édouard Philippe confirme le maintien de la taxe carbone

Invité de BFMTV-RMC ce mercredi, le Premier ministre a confirmé que la hausse de la taxe sur les carburants au 1er janvier 2019 aura bien lieu, malgré la colère des gilets jaunes.

Au lendemain de la présentation par Emmanuel Macron de la stratégie de transition énergétique de la France et des mesures d'accompagnement des ménages, Édouard Philippe a confirmé la hausse de la taxe carbone au 1er janvier prochain.

"Oui, le 1er janvier" les taxes vont augmenter, a déclaré le Premier ministre sur BFMTV-RMC ce mercredi matin. "Le président l'a dit, on a fixé un cap et on va tenir ce cap."

Ce cap se décompose en deux principe a rappelé le chef du gouvernement. D'abord, l'objectif d'aligner la fiscalité du diesel sur l'essence, "pour corriger une vieille décision française de favoriser le diesel par rapport à l'essence, on pense que ce n'est plus très juste". Puis la taxe carbone, dont la trajectoire de hausse sur le quinquennat a été décidée en 2017, "on ne revient pas dessus, on assume", a insisté Édouard Philippe.

Atténuer la taxe en cas de hausse du prix du pétrole

Alors que le prix des carburants augmente naturellement chaque année avec les taxes, il peut augmenter encore plus si le cours du pétrole s'envole. "On ne fait pas la double peine", a indiqué le Premier ministre ce mercredi.

Comme l'a annoncé Emmanuel Macron mardi, l'exécutif veut mettre en place un mécanisme qui atténue les effets de la taxe lors que le prix du pétrole flambe. Le Premier ministre a précisé son fonctionnement:

"Il y a une trajectoire d'augmentation de la taxe [carbone] qui est prévue au 1er janvier de chaque année, nous maintenons cet objectif", a-t-il rappelé. "Mais dans le courant de l'année, chaque trimestre, on verra l'évolution du prix [du pétrole] et [s'il] est trop élevé, alors dans ce cas-là on pourra revenir au niveau initial qui prévalait au 1er janvier de l'année."

Voici l'explication technique, mais concrètement, de combien baisserait la taxe si le pétrole flambe à nouveau? "Je ne peux pas vous répondre", a indiqué Édouard Philippe. Cet élément doit être fixé par le Parlement dans les prochaines semaines.
J.-C.C.