BFMTV

Déconfinement: ce qu'il faut retenir des annonces d'Edouard Philippe

Dans la foulée de plusieurs pays européens, la France s'apprête à se déconfiner progressivement à partir du 11 mai prochain. Réouverture des commerces, port du masque obligatoire dans les transports, réouverture progressive des écoles, déplacements sans autorisation: le chef du gouvernement a présenté, ce mardi, les modalités de son plan de déconfinement.

A partir du 11 mai, la France va entamer son processus de déconfinement. Le Premier ministre Edouard Philippe en a dévoilé les modalités ce mardi après-midi devant l'Assemblée nationale: tests massifs, réouverture progressive des écoles, des commerces et masque obligatoire dans les transports publics.

"Nous allons devoir vivre avec le virus", a prévenu Edouard Philippe, dans un long discours devant les députés, alors que les Français jugent de plus en plus sévèrement la gestion de la crise sanitaire par l'exécutif. "Un peu trop d'insouciance et c'est l'épidémie qui repart. Un peu trop de prudence et c'est l'ensemble du pays qui s'enfonce", a mis en garde le chef du gouvernement, en résumant: "C'est une ligne de crête délicate qu'il faut suivre".

En France, l'épidémie a déjà tué plus de 23.293 personnes et 88.712 personnes ont dû être hospitalisées pour avoir contracté le Covid-19 depuis le 1er mars dernier. "Aucun plan, aucune mesure, ne permettra d'endiguer l'épidémie si les Français n'y croient pas", a ajouté Edouard Philippe.

  • Circulation libre sauf à plus de 100 km du domicile

Devant l'Hémicycle, Edouard Philippe a d'abord annoncé qu'il serait possible de circuler sans attestation à partir du 11 mai, sauf "pour les déplacements à plus de 100 km du domicile, qui ne seront possibles que pour un motif impérieux, familial ou professionnel".

"Il sera à nouveau possible de circuler librement, sans attestation" sauf pour des longs déplacements, a déclaré le Premier ministre. 
  • Les rassemblements "limités à 10 personnes" 

Edouard Philippe a toutefois tenu à souligner que "les rassemblements organisés sur la voie publique ou dans des lieux privés" seraient limités à 10 personnes. 

"D'une façon générale, il nous faut éviter les rassemblements qui sont autant d'occasions de propagation du virus. (...) En attendant des jours meilleurs, les mairies continueront à proposer, sauf urgence, le report des mariages", a défendu le Premier ministre devant les députés.
  • Le port du masque obligatoire dans les transports 

Un autre point sensible de ce déconfinement est la reprise des transports. Le port du masque va être obligatoire à partir du 11 mai dans les transports en commun, les taxis, les VTC, ainsi que les bus scolaires, a annoncé Edouard Philippe. 

Ce dernier a ajouté que les opérateurs des transports en commun avaient, à partir de ce mardi, trois semaines pour s'organiser afin "de faire respecter les gestes barrières". "Il faudra condamner un siège sur deux, s'assurer par des marquages au sol, la bonne répartition sur les quais, se préparer à limiter les flux en cas d’affluence", a notamment évoqué Edouard Philippe. 70% du trafic de la RATP sera assuré.

De manière générale, le Premier ministre a estimé qu'il était "préférable de porter un masque plutôt que de ne pas en porter".

  • Réouverture des commerces

L'essentiel des commerces, sauf les cafés et restaurants, pourront rouvrir à compter du 11 mai mais avec des mesures de protection sanitaire, notamment le port du masque, recommandé pour le personnel et les clients si la distanciation est impossible, a encore annoncé Edouard Philippe.

Les préfets pourront néanmoins maintenir fermés les centres commerciaux de plus de 40.000 m2. Le gouvernement prendra une décision sur les bars, cafés et restaurants fin mai, pour décider s’ils peuvent ouvrir après le 2 juin, a-t-il précisé. 

  • Réouverture "très progressive" des crèches, écoles et collèges

Pour ce premier train de mesures, les parents pourront, s'ils le souhaitent, renvoyer les bébés en crèches (par groupes de dix maximum). Le gouvernement propose également une réouverture très progressive des maternelles et de l'école élémentaire à compter du 11 mai, partout sur le territoire, et sur la base du volontariat".

"Dans un deuxième temps, à compter du 18 mai, mais seulement dans les départements où la circulation du virus est très faible, nous pourrons envisager d'ouvrir les collèges, en commençant par la 6ème et la 5ème", a-t-il ajouté.
  • Cinémas, théâtres, grands musées et salles de concert resteront fermés après le 11 mai

Les grands musées, les salles de cinéma, de concert et les théâtres resteront quant à eux fermés après le 11 mai, contrairement aux médiathèques, bibliothèques et petits musées qui pourront rouvrir leurs portes, a détaillé le Premier ministre.

"Parce qu'ils peuvent fonctionner plus facilement en respectant les règles sanitaires, les médiathèques, les bibliothèques et petits musées, si importants pour la vie culturelle de nos territoires, pourront rouvrir leurs portes dès le 11 mai", mais a contrario, les grands musées, qui attirent un grand nombre de visiteurs hors de leur bassin de vie, les cinémas, les théâtres et les salles de concert, où l'on reste à la même place dans un milieu fermé, ne pourront pas rouvrir", a-t-il précisé à l'Assemblée.
  • Appel au maintien du télétravail pour trois semaines 

Le Premier ministre a ensuite demandé "avec insistance" aux entreprises de maintenir le télétravail "partout où c'est possible, au moins dans les trois prochaines semaines", afin de limiter l'affluence dans les transports et sur les lieux de travail.

"Personne n'en ignore les contraintes mais celui-ci doit se poursuivre pour limiter le recours aux transports publics et pour limiter plus globalement les contacts", a plaidé Edouard Philippe. Sur le télétravail, il n'y a pas "un avant et un après 11 mai", a-t-il affirmé.

Dans les cas où le télétravail n'est pas possible, il a encouragé "la pratique des horaires décalés dans l'entreprise". "Elle étalera les flux de salariés dans les transports et diminuera la présence simultanée des salariés dans un même espace de travail", a-t-il souligné.

  • Pas de cérémonie religieuse avant le 2 juin 

Les cérémonies religieuses, elles, ne pourront se dérouler "avant le 2 juin", et le chef du gouvernement a précisé qu'il était préférable que les mariages soient reportés.

"Les lieux de culte pourront continuer à rester ouverts. Mais je crois qu’il est légitime de (...) demander de ne pas organiser de cérémonies avant le 2 juin", a indiqué Edouard Philippe, tout en concédant savoir "l’impatience des communautés religieuses".
  • Les plages "inaccessibles au moins jusqu'au 1er juin" Les plages, fermées depuis le début du confinement, resteront "inaccessibles au public au moins jusqu'au 1er juin", a fait savoir le chef du gouvernement, qui a également indiqué, devant les députés, que les parcs et jardins "ne pourront ouvrir que dans les départements où le virus ne circule pas de façon active".
  • Les championnats de sport ne reprendront pas 
"La saison 2019-2020 de sports professionnels, notamment celle de football, ne pourra pas reprendre", a également annoncé le Premier ministre Edouard Philippe, douchant les espoirs des différents championnats interrompus depuis mi-mars en raison de la pandémie.
  • Mise en place d'une carte du déconfinement

"Régions rouges", "régions vertes": à partir de ce jeudi, le directeur général de la Santé Jérome Salomon présentera chaque soir un état des lieux, département par département, de l'évolution de la pandémie afin que chaque région se prépare le mieux possible au déconfinement.

  • Les personnes symptomatiques massivement testées

Le gouvernement compte faire tester massivement les personnes présentant des symptômes du Covid-19 et installer des "brigades" dans chaque département pour identifier leurs contacts, pour inviter à s'isoler toutes les personnes positives, a annoncé mardi Edouard Philippe.

Le Premier ministre a réaffirmé son objectif de disposer de 700.000 tests par semaine à partir du 11 mai et souligné que les personnes testées positives seront invitées à s’isoler soit chez elles, ce qui entraînera le confinement de tout le foyer pendant 14 jours, ou dans un lieu mis à disposition, notamment des hôtels réquisitionnés.

  • De nouvelles décisions attendues fin mai 

La réouverture des lycées ainsi que des bars et autres restaurants ne sera statuée qu'à la fin du mois de mai, a encore prévenu le chef du gouvernement face à l'Assemblée. 

  • Une nouvelle étape de déconfinement prévue le 2 juin

Enfin, Edouard Philippe a annoncé qu'après une première phase de déconfinement le 11 mai, une nouvelle étape s'ouvrira le 2 juin pour trois semaines, avec de nouvelles mesures qui dépendront du niveau de l'épidémie.

"Je donne rendez-vous aux Français à la fin du mois de mai pour évaluer les conditions dans lesquelles nous organiserons une nouvelle phase de déconfinement, et prendrons en particulier des décisions sur l’organisation des cafés, des restaurants, des vacances", a expliqué le Premier ministre, après avoir notamment annoncé la limitation des déplacements entre départements.

Au terme de ce discours, le plan de déconfinement a été débattu par les 75 députés physiquement présents, puis il doit être soumis au vote. En revanche le Premier ministre a reporté le débat sur le projet sensible du traçage des données mobiles StopCovid et annoncé un "vote spécifique", lorsque l'application "fonctionnera et avant sa mise en œuvre". Les questions de libertés publiques "me paraissent fondées. Elles doivent être posées. Elles doivent être débattues", a-t-il souligné.

Jeanne Bulant